jeudi 23 décembre 2010

Outrage au drapeau.


Une personne d'origine Algérienne vient d'être condamnée à Nice à 750 euros d'amende avec sursis pour avoir brisé, dans un moment de colère, la hampe du drapeau français.
On appelle ce geste "outrage au drapeau".
Il a été également ajouté une condamnation de 4 mois de prison avec sursis pour rébellion aux forces de l'ordre, une participation obligatoire à un stage de citoyenneté et le remboursement des frais engagés pour réparer les dégâts occasionnés.
Les raisons invoquées par l'avocat de cette personne, pour justifier son comportement, est qu'elle aurait "pété les plombs" suite aux nombreuses lourdeurs administratives de la préfecture des Alpes-Maritimes dont elle se disait victime.
Le geste en lui même, bien que choquant, n'est pas très grave; En tous les cas infiniment moins sérieux que si l'individu avait brûlé le drapeau tricolore sur la place publique.
Cela dit, une sanction s'imposait et il est bon qu'elle soit intervenue rapidement au tribunal, dans le cadre de la procédure de comparution immédiate et ce, quelque soit la raison pour laquelle l'homme s'est montré belliqueux envers le drapeau tricolore.
Je peux néanmoins comprendre qu'on puisse "péter les plombs" lorsqu'on est obligé de supporter des fonctionnaires dont les carences et le manque de rigueur vous causent quelques tracas sans cesse renouvelés.
Cependant, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qui se serait passé si ce même homme, dans son pays en Algérie, avait commis le même acte de dégradation.
Allez, en n'étant pas trop sévère, ce dernier aurait pris au minimum 5 ans de prison.
Cinq années d'enfermement pour avoir brisé la hampe d'un drapeau national dans un moment d'égarement, c'est très honnêtement cher payé et le jeu n'en vaut pas la chandelle.
Je reste donc persuadé que notre briseur de hampe du drapeau national connait parfaitement le risque qu'il aurait encouru en commettant un tel acte dans son propre pays et, que de ce fait, il se serait aisément contenu et n'aurait pas "pété les plombs"
Cette différence de comportement montre le gouffre profond effroi qu'il existe entre une démocratie permissive et tolérante, malgré ses nombreux défauts, et une dictature de l'âge de pierre où on peut se retrouver dans une geôle immonde pour avoir bu un simple café, en pleine journée, en période de ramadan.
Cela indique aussi, que l'être humain, sait parfaitement adapter son comportement en fonction des règles de la société dans laquelle il évolue.

3 commentaires:

  1. Comme d'habitude, il faut savoir lire entre les lignes avec toi !
    Je suis bien certain que ce genre de type n'aurait jamais agi ainsi dans son pays.
    Cela prouve bien que trop de permissivité tu la démocratie et amène des actions semblables à celles que tu décris.
    5 ans de prison en Algérie ? Tu as oublié mon cher la rébellion aux forces de l'ordre. Ajoutes-y 5 ans de mieux pour faire 10.

    RépondreSupprimer
  2. Si on doit lire entre les lignes comme l'indique Rogange, on soupçonne un peu de relent anti Algérien non ?

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais pas eu vent de cette histoire et je la découvre en lisant cet article.
    Oui, c'est sûr que ce type savait bien où il se trouvait pour commettre un tel geste et qu'il n'aurait jamais oser le faire dans son propre pays. La dernière phrase de l'article résume bien la nature humaine.
    Je ne vois pas comme le dit Anonyme de relent anti algérien dans cet article. D’ailleurs l'auteur n'a même pas pris la peine de réponde à ce que j'appellerai une provocation de bas étage.(Anonyme en plus)

    RépondreSupprimer