vendredi 14 janvier 2011

Eric Zemmour en question



Eric Zemmour, journaliste au Figaro mais surtout chroniqueur et polémiste de renom dans plusieurs émissions de télévision est jugé actuellement pour diffamation et provocation à la haine raciale.
Plusieurs associations, des droits de l’Homme ont porté plainte devant les tribunaux après avoir retenu contre lui des propos prononcés sur Canal + en mars 2010.
En effet, Eric Zemmour avait affirmé :

 « Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait »

Dans le feu de la discussion, au cours de l’émission en question, Eric Zemmour a sans aucun doute employé une phrase que l’on pourrait qualifier d’inopportune.
Cependant, les propos tenus par ce dernier sont-ils foncièrement inexacts ?
Cela ne paraît pas être le cas mais bien au contraire, révèle une vérité incontestable, aussi déplaisante soit-elle.
Ayant quelques amis dans la police et pour avoir discuté régulièrement avec eux, je sais que les divers listings tenus par les commissariats des petites et grandes agglomérations indiquent que près de 60% des infractions commises par les gens sont attribuées à des individus dont les noms ont une consonance maghrébine ou africaine.
Aussi, j’ai beau retourné dans tous les sens la phrase de Monsieur Zemmour, je ne parviens pas, avec la meilleure volonté du monde, à trouver la moindre provocation à la haine raciale.
Il me semble que ces nombreuses associations des droits de l’Homme, dont l’existence demeure fondamentale à mes yeux, ont un sens de la susceptibilité très prononcé et procèdent à une dénonciation très sélective des prétendues propos racistes employés par les uns et les autres au travers des médias.
Je doute en effet fortement, que SOS Racisme ou la Licra auraient envoyé Monsieur Zemmour devant les tribunaux s’il avait prononcé la phrase suivante :
 « Les Français de souche sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des pédophiles sont blancs, c’est comme ça, c’est un fait »
Aujourd’hui, dans notre société, lorsqu'il s'agit de débattre sur le thème de l'immigration, il se trouvera toujours une association, prétendument bien-pensante, pour vous accuser de racisme, de discrimination, de fascisme et d’autres termes aussi méprisables les uns que les autres dès que vous oserez dévoiler le fond de votre pensée.
Cette remise en cause systématique de la liberté d’expression, dès qu’on aborde ce sujet délicat, pour ne pas dire tabou, me paraît insupportable.
Je n’apprécie pas spécialement Eric Zemmour dont les constantes et péremptoires certitudes m’indisposent le plus souvent.
Les gens qui ne doutent jamais de rien et qui donnent sans cesse l’impression de détenir la vérité ne m’inspirent pas confiance.
Quoiqu’il en soit, la teneur de ses propos me semble plus relever d’une analyse personnelle en rapport avec la délinquance et l’immigration que d’une volonté délibérée de fustiger les gens de couleur et les maghrébins dont l’immense majorité mérite le plus grand respect.
La question qu’on est en droit de se poser aujourd’hui avec cet afflux de plaintes, suite à tel ou tel mot prononcé ici et là, est de savoir si la liberté d’expression, si chère à notre culture, ne serait pas en grave danger de disparition dès qu’on ose transgresser la ligne hypocrite du politiquement correct, qui annihile le débat républicain en imposant un système de pensée unique.
Cette surveillance généralisée de la pensée me rappelle les pires heures du régime de Vichy ou encore, plus récemment, celles de l'abominable communisme dans les pays de l'est.
Naturellement, il n'est pas question un seul instant de se servir du droit à s'exprimer librement pour errer sur des chemins de traverses où l'insulte ferait figure de cheval de bataille. 
Il y a tout un monde entre la libre expression de ses idées et le déballage d'un vocabulaire nauséabond, contraire au respect des valeurs républicaines.
Il appartient bien entendu à la justice de se prononcer sur la teneur des propos d’Eric Zemmour mais le verdict qu’elle annoncera à l’issu du procès intenté par certaines associations des droits de l’Homme préfigurera immanquablement de l’avenir de cette liberté d’expression qui tient tant à cœur au peuple français.
Et si nous ôtons les soupapes de sécurité qui garantissent notre droit à l’expression, nos plus brillantes plumes, nos plus fameux orateurs, de peur de se retrouver dans les geôles de l’état, finiront par pratiquer l’autocensure de leurs idées les plus profondes pour nous agrémenter de textes et de discours fades et sans saveurs, préfabriqués dans le moule de l’air du temps, que certains esprits vicieux et tourmentés, à titre purement personnel, tentent de nous inoculer par la force des tribunaux.
Et le pire reste à venir car ces prétendus défenseurs des êtres opprimés, inconscients de leurs propres dérives, ouvrent un immense boulevard au Front National, au risque de voir son représentant se retrouver au second tour de la prochaine élection présidentielle de 2012.
Cela ne vous rappelle rien ?

6 commentaires:

  1. Faudrait quand même pas perdre de vue que Zemmour est aussi un provocateur qui aime se faire de la pub sur le dos des autres. Je trouve en tout cas que c'est une bonne chose qu'il soit obligé de s'expliquer devant la justice pour ses débordements verbaux à la mords moi le nœud.
    Ca lui fait les pieds, ca l'emmerde et c'est bien ainsi. En plus, il ne risque pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  2. Comme tu le dis si bien, il ne faut pas que la liberté d'expression soit le prétexte pour dire des choses qui ne correspondraient pas à l'esprit républicain. Je n'aime pas ce Zemmour qui comme tu le fais comprendre se la pète un max et s'imagine au dessus des lois. Le fait qu'il ait à répondre de ses propos devant les tribunaux est une bonne leçon qui lui est donnée même si franchement ce qu'il a dit n'est pas un scoop. Tout le monde le sait et rien n'est bien nouveau. Il n'a quand même rien inventé Zemmour mais il faut reconnaître qu'il dit souvent tout haut ce que nous pensons tout bas et que nous n'osons pas dire, justement pour ne pas nous retrouver à sa place.

    RépondreSupprimer
  3. Moi je l'aime bien Zemmour. Il n'a pas peur des mots et n'hésite jamais à dévoiler le fond de sa pensée. C'est d'ailleurs ce qu'on lui reproche en fait, son parlé vrai. On apprécie ou pas mais on n'est jamais indifférent.
    En plus il n'est pas à plaindre car même au tribunal il se fait sa propre pub. Quel malin ce type qui profite de toutes les situations pour faire parler de lui.

    RépondreSupprimer
  4. Sacré Zemmour. Toujours le sens de la répartie, même devant la justice. Je suis d'accord avec toi, si le respect dans les propos doit toujours être de mise dire le fond de sa pensée ne devrait pas être considéré comme un délit. C'est toute la liberté d'expression qui est alors remise en question et donc les fondements de notre démocratie.

    RépondreSupprimer
  5. Vous dites ne pas apprécier Eric Zemmour mais vous le défendez bien tout de même en prétextant la liberté d'expression. Ce mec m'horripile et me donne des boutons tellement il est imbus de lui même. Vous le reconnaissez d'ailleurs.
    Je ne serai pas étonné qu'il ait des accointances avec le Fn.

    RépondreSupprimer
  6. Quand je vois Zemmour à la télé je pense à la phrase de Bertrand Russel : "L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes."

    RépondreSupprimer