jeudi 13 janvier 2011

La France en guerre au Sahel


Les terroristes islamiques ont donc réussi à frapper une nouvelle fois la France au Sahel en enlevant, dans un restaurant très fréquenté 2 jeunes français et ce, en plein centre de Niamey, la capitale Nigérienne.
Leur exécution par la suite, dans les sables du désert, aura pétri d’effroi toute une communauté d’expatriés qui sait désormais qu’elle ne peut être en sécurité nulle part dans toute la zone sahélienne.
Il ne fait pas de doute que l’action d’éclat d’une bande de tueurs sans foi ni loi, dans une zone sensée être sécurisée par les autorités locales fera date et que, de ce fait, toutes les habitudes de vie des expatriés à la peau blanche vont s’en trouver considérablement bouleversées.
Ceux-ci vont donc rester cloîtrés chez eux à la nuit tombée et le temps des petites soirées sympathiques dans les restaurants, bars et boites de nuit locaux est désormais révolu.
Quel qu’ait  pu être le sort des tueurs dans la nuit du désert, ce qu’ils ont réalisé peut  être considéré comme  une grande victoire médiatique et psychologique.
Une victoire médiatique parce que le monde entier aura parlé de leur action.
Une victoire psychologique parce qu’ils auront réussi à instaurer la peur chez les occidentaux en démontrant qu’aucune zone, même sécurisée, ne peut leur être interdite.
L’Aqmi, puisqu’il faut la citer, peut se targuer d’une belle réussite et la France, incontestablement, se trouve en difficulté dans tous les pays du Sahel.
Cela dit, en faisant intervenir à plusieurs reprises ses forces spéciales, la France bien que touchée, continue de lancer un message clair aux barbares du désert.
« Vous pouvez certes nous frapper en enlevant et en tuant nos compatriotes mais nous aussi nous avons la possibilité de vous poursuivre et de vous détruire. Nous avons la volonté de vous combattre et vous ne pourrez plus désormais vous considérer en totale sécurité lorsque vous nous attaquerez »
Je ne pense pas que cette nouvelle stratégie de la France au Sahel empêchera l’Aqmi de frapper à nouveau mais il me parait évident que tout être humain, si on peut appeler ces individus des êtres humains, y réfléchit toujours à deux fois avant d’entreprendre une action criminelle s’il sait que l’impunité n’existe plus et que son repère n’est plus un sanctuaire.
A deux reprises la France à lancé ses soldats aux trousses des terroristes de l’Aqmi.
Et si chaque fois, les otages n’ont pu être sauvés, les pertes en hommes enregistrées par les terroristes sont un coup dur porté à cette organisation criminelle.
Il ne faut pas se faire d’illusions cependant.
La France ne gagnera pas la guerre du désert au Sahel.
Elle peut seulement limiter la casse en essayant de rendre coup pour coup comme elle le fait déjà, en espérant un jour tuer ou capturer le chef principal de l’Aqmi.
Mais quand bien même, un autre chef le remplacera et encore un autre puis un autre avec de nouveaux combattants toujours disponibles.
La guerre contre le terrorisme moderne, dans des zones très étendues, ne se gagne pas.
La France, comme les autres pays occidentaux, n’aura d’autre choix que de tenter de briser temporairement l’élan des terroristes en les éliminant dès que cela sera possible mais elle n’en viendra jamais à bout.
L’exemple du Pakistan, de l’Irak et bien sûr de l’Afghanistan en sont tous les jours une preuve irréfutable.
Je ne terminerai pas sans lever mon chapeau à l’opposition française et particulièrement au parti socialiste qui a su aller au-delà des clivages politiques et des divergences pour soutenir l’action de la France dans sa dernière intervention contre la barbarie et ce, malgré la perte des otages.
Certes, il reste encore bien des zones d’ombre sur ce qui s’est passé sur le terrain et sur la mort des 2 jeunes français mais en attendant d’y voir plus clair, avec sans doute l'arrivée de nouvelles révélations sur cette triste affaire, il est bon de constater que l’union sacrée existe en France lorsque le pays se trouve en difficulté dans son combat contre le terrorisme.
Ce comportement, est aussi un message sans ambigüité envers l’Aqmi.
Le pays ressert les liens lorsqu’il est attaqué !

5 commentaires:

  1. Bonne analyse de la situation même si je pense que tu es trop pessimiste lorsque tu affirmes qu’il n’est pas possible de gagner une guerre face aux terroristes.
    Si on part de ce principe pourquoi donc se battre contre eux ?
    Acceptons donc toutes leurs revendications délirantes……
    Pour ce qui est de l’opposition la solidarité ne devrait pas durer, enfin, on verra bien.

    RépondreSupprimer
  2. Tant que notre société n’admettra pas que pour lutter contre ces barbares il faut employer leurs méthodes, nous aurons toujours un coup de retard.
    Et c’est sur dans ces conditions on ne peut pas gagner la guerre contre cette vermine

    RépondreSupprimer
  3. Quelle tristesse tout de même pour ces jeunes qui avaient plein d’avenir et qui aimaient l’Afrique. Si dieu existe, pourquoi c’est trop souvent le mal qui triomphe sur cette terre ?
    Je pense à leurs familles qui doit être effondrée.

    RépondreSupprimer
  4. Je parie que dans cette affaire nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
    Des révélations vont tomber et je me demande si en fait les 2 otages n’auront pas été flingués par les forces spéciales françaises.
    Une bavure est si vite arrivée dans ces circonstances.
    Je ne serai pas étonné que les Rambos de Sarko aient flingué et les otages et les gendarmes Nigériens.
    Triste histoire quand même où les méchants sont souvent les gagnants

    RépondreSupprimer
  5. Je suis de votre avis Hugo.
    Il y a eu un pataquès dans les sables et on ne nous a pas tout dit car les différentes versions divergent radicalement.
    Il y a des révélations dans l’air et ça ne va pas être triste.

    RépondreSupprimer