dimanche 30 janvier 2011

La polémique sur le mariage Homosexuel

 

En France, le Conseil Constitutionnel a donc refusé de statuer sur le mariage homosexuel en renvoyant, entre les mains des politiques, la décision de changer la législation sur ce sujet pour le moins délicat.
Cela n'est pas une surprise et on s'y attendait tous un peu même si beaucoup de couples homosexuels fondaient d'immenses espoirs quant à la décision des Sages.
Ces derniers ont donc maintenu le principe de la constitution française et du code civil selon lequel le mariage est : "l'union entre un homme et une femme".
De nombreux couples gays ont traduit la décision du Conseil Constitutionnel par une réponse catégoriquement négative.
Or, ce n'est pas le cas. 
Je rappelle que le Conseil Constitutionnel, qui a été saisi par un couple gay pour statuer sur le sujet, n'a pas vocation à se prononcer contre les textes de la constitution française mais au contraire à indiquer si la situation est conforme à ceux-ci. 
Or, en l'occurrence, elle l'est sans aucun doute possible.
En refusant actuellement de célébrer un mariage gay, l'état ne viole pas la constitution mais en applique les termes indiqués par le code civil en vigueur.
Il appartiendra donc aux politiques, à l'assemblée nationale et au sénat, de formuler des propositions afin qu'une modification de la loi soit possible.
Il est donc fort probable que le mariage gay aura toute sa place dans les débats au cours de la prochaine campagne des élections présidentielles de 2012.
Aussi, la question majeure qui se pose est de savoir si l'opinion publique serait favorable à l'autorisation du mariage par les couples homosexuels. 
Selon un dernier sondage, 58% des français accepteraient une révision du code civil. 
Cela signifie que la société a considérablement évolué au fil des décennies et que tout porte à croire que dans les 2 années à venir, un couple gay aura sans doute tout le loisir de se marier à la marie, comme n'importe quel autre couple hétérosexuel. 
Il est donc nécessaire d'attendre encore, même si je peux comprendre l'impatience des couples gays pacsés qui n'ont toujours pas les mêmes droits, en termes de fiscalité ou de succession, que les gens mariés.
Il ne faudrait pas non plus vouloir avancer plus vite que la musique.
Si une dizaine de pays dans le monde autorise le mariage entre personnes du même sexe, dans de nombreux pays, essentiellement du sud, l'homosexualité est considérée comme un crime et est parfois punie de mort.
On peut toujours accuser la France d'état rétrograde et de tous les vilains mots de la terre sous le coup de la déception mais le courant de pensée a tout de même considérablement évolué dans l'approche de l'homosexualité. 
Certes, on ne pourra jamais empêcher certains esprits sectaires, voire déphasés ou dégénérés, de crier au scandale, à la honte et de prêcher la violence contre les personnes gays, mais chacun sait que la nature humaine ne fonde aucune limite en matière de bêtises.
Quoi qu'il en soit, les couples homosexuels finiront par obtenir gain de cause.
Il faut seulement laisser le temps au temps.
La patience est une grande vertu dont les homosexuelles seraient bien avisés de s'inspirer.
Nous connaissons tous ce proverbe qui est attribué à Rablais : "Tout vient à point, qui peut attendre".
Et Voltaire aimait à dire : "Il faut savoir cultiver son jardin".

5 commentaires:

  1. Phemga tu te gardes bien de donner ton avis précis sur le sujet mais si encore une fois je lis entre les lignes, tu ferais partie des 58%.
    Je crois que les homos ont parfaitement le droit de se marier comme n’importe quel couple dit normal. Il faut évoluer avec son temps et ne pas rester dans une léthargie défraichie.

    RépondreSupprimer
  2. Désolé, mais je ne fais pas partie des 58% de français qui approuveraient le mariage gay.
    Je n’ai rien contre les homosexuels. Les gens font bien ce qu’ils veulent mais je trouve qu’il y a des traditions qu’on ne doit pas bousculer. L’état pourrait parfaitement donner les mêmes droits aux homosexuels pacsés que ceux qui sont acquis par les couples mariés hétérosexuels sans avoir pour autant à recourir au mariage.
    Le mariage, c’est un homme et une femme puis par la suite la fondation d’une famille issue d’un homme et d’une femme.
    Si 2 hommes ou de femmes veulent s’unir, je ne vois pas d’inconvénients mais que ça soit fait dans une union autre que le mariage traditionnel.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n’est que partie remise puisque c’est sur que le sujet sera abordé par les futurs candidats aux élections de 2012. Pour s’attirer les faveurs des homosexuels, les présidentiables donneront forcément leur accord au mariage gay sauf du côté de front national. Donc comme vous le dites, il faut être patient et laisser le temps au temps.

    RépondreSupprimer
  4. Si les homos veulent se marier c'est d'abord pour bénéficier des mêmes droits que les gens mariés. Ce qui n'est pas le cas avec le pacs.
    C'est donc avant tout pour des raisons de gros sous. Autant réviser les termes du pacs afin qu'ils obtiennent ce qu'ils désirent plutôt que de permettre un mariage qui doit rester l'exclusivité des hétéros.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne vois pas pourquoi on considèrerait les couples homosexuels comme des couples de seconde zone. Que l'église n'accepte pas les mariages gays est une chose mais que l'état laïc s'y oppose est une forme de ségrégation.

    RépondreSupprimer