lundi 7 février 2011

Lorsque le lobby juif impose la loi de la repentance permanente


Aussi loin que je me souvienne, au plus profond de ma mémoire, dès mon plus jeune âge, à la télévision, j'ai toujours eu le souvenir de ces films, de ces séries ou de ces reportages dont le sujet abordé était la Shoah.
Régulièrement, au fil des années, des décennies, les programmes télévisés ont traité de ce domaine douloureux qui m'a souvent horrifié.
Et en passionné d'histoire que je suis, cette terrible période reste indubitablement un élément fondamental de mes connaissances sur les évènements qui ont marqué l'humanité.
Aujourd'hui, à l'aube de mes cinquante printemps, sans vouloir paraître présomptueux, peu d'éléments essentiels concernant la "solution finale" a échappé à mon attention, à ma soif de savoir, à mon désir  de comprendre.
Jamais d'ailleurs au cours de l'histoire médiatique, les gens auront vu et revu un tel sujet s'inviter régulièrement dans leurs programmes télévisés.
Et sur le plan littéraire, personnellement, le journal d'Anne Frank, cette jeune fille formidable, et l'histoire de sa courte vie, auront marqué mon adolescence et souvent embué mes yeux de larmes.
J'ai toujours pensé qu'il était primordial de raconter la Shoah pour que jamais l'oubli ne s'installe et pour rendre hommage à des gens qui ont subi des horreurs inimaginables, que seul l'homme est capable de commettre dans le but de détruire son prochain.
Le devoir de mémoire m'est toujours apparu indispensable afin que l'être humain puisse se servir des monstruosités perpétrées jadis pour ne jamais les renouveler.
Pourtant, de tout temps, l'homme n'a jamais retenu les leçons du passé.
Après s'être contenté de discours éloquents pour sensibiliser les foules et des "plus jamais ça" de circonstance, il s'est toujours empressé de reprendre son naturel violent pour reproduire ailleurs d'autres crimes abominables contre ses semblables.
Mais les horreurs de l'humanité n'ont pas commencé ni fini avec la Shoah et celle-ci ne détient pas, malheureusement, le monopole de l'extermination de l'homme par l'homme même si, en nombre de victimes, on a atteint, ici, des chiffres effroyables.
Je songe aux chrétiens massacrés sous l'ère romaine, aux amérindiens exterminés au cours de la colonisation des Amériques par les européens, aux innombrables victimes africaines de l'esclavage et de la colonisation, aux arméniens éliminés par les turcs, aux tutsis du Rwanda, aux bosniaques de l'ex Yougoslavie et j'en oublie d'autres encore.
Je garde cependant pour la fin le pire de tous les massacres de masse et dont on ne parle pratiquement jamais malgré ses 80 millions de victimes dans le monde, le communisme. 
Sans doute que cette tuerie là, qui s'est prolongée sur de nombreuses années n'est pas suffisamment fédératrice pour impliquer les foules et intéresser les médias.
Staline, Mao et Pol Pot, là où ils se trouvent, doivent bien rigoler tous les trois.
Peu importe en fait que des gens aient été exterminés pour leurs différences religieuses, leur couleur de peau ou leur refus d'adhérer à un idéal politique, le résultat final est le même, la destruction massive de l'espèce humaine.
Aujourd'hui, je crois que beaucoup a été fait dans les médias, dans la littérature pour qu'on se souvienne particulièrement de la Shoah et cela est plus que légitime même s'il faut en convenir, il existe deux poids deux mesures dans le traitement des génocides ou des massacres de masse.
Aussi, les gens de confession juive, ne peuvent plus éternellement s'inscrire en victimes uniques et permanentes de l'humanité.
Le lobby juif, trop puissant à mon goût et très actif dans certains pays occidentaux, ne peut plus continuer de tenter inlassablement de culpabiliser la terre entière au nom de la Shoah et de ce fait, de réclamer péremptoirement par ci et là des excuses ou des gestes de repentance pour tout et parfois n'importe quoi.
Le dernier épisode en date où le lobby juif américain a exigé le repentir de la SNCF pour le transport de 76 000 français de confession juive vers les camps d'extermination pendant la seconde guerre mondiale, aura été pour moi la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.
STOP, C'EST ASSEZ !!!
Cette repentance conditionnait l'acceptation de la candidature de la SNCF à la construction d'une ligne de train à grande vitesse aux Etats-Unis.
Bien-sûr, au regard des enjeux financiers qui concernent plusieurs dizaines de milliards de dollars en cas d'obtention du contrat, on peut comprendre que la SNCF, par l'intermédiaire de son Président Directeur Général, ait accepté de se soumettre à une sorte de "commedia dell'arte" entièrement imposée.
A cet effet, il est hautement regrettable que Monsieur Guillaume Pepy n'ait pas cru bon d'ajouter, au cours de son discours sur la prétendue repentance de son entreprise, qu'il ne fallait pas oublier les 800 cheminots exécutés par les nazis et les 1200 autres déportés pour des faits de résistance pendant l'occupation.
Que cela plaise ou non à nos amis juifs, la SNCF aura été aussi un haut lieu de la résistance française à l'occupant.
Il faut se remettre dans le contexte de l'époque.
Alors que la convention d'armistice a été signée en 1940 entre la France vaincue et l'Allemagne victorieuse, les nazis ont réquisitionné la SNCF et en ont pris le contrôle total dans l'organisation et la prise des décisions. 
Au cours de cette période très sombre, rien n'échappait aux nazis qui se sont servis d'un matériel déjà existant pour accomplir leur basse besogne.
Naturellement, je ne cherche pas à minimiser ces ignobles voyages au bout de l'enfer de ces dizaines de milliers de malheureux dans les trains de la SNCF mais je me demande en quoi cette entreprise était responsable des décisions prises par l'ennemi nazi en territoire occupé voici plus de 70 ans ?
Pour moi, ce genre de repentance est aussi incongru que si on exigeait de quelqu'un des regrets publics après le vol de sa voiture où on aurait commis par la suite un terrible crime.
Oui, il y en a assez !
Il y en a assez de ces tentatives régulières et parfois grotesques de faire passer des non-juifs pour des coupables potentiels dès qu'il est constaté des divergences d'opinion.
A force de crier à la repentance permanente, à force de conspuer et d'accuser d'antisémitisme toute personne qui n'irait pas dans le sens des idées et des objectifs provenant du lobby juif, la démarche devient contre productive, lassante et plus encore, nauséabonde.
Je me poserai toujours la question de savoir qu'elle valeur peut refléter une repentance comme celle qui a été formulée par la SNCF lorsque celle-ci a été imposée par le chantage de personnages  aux motivations douteuses qui, souvent, tendent à se croire au dessus des lois sous prétexte que l'humanité entière leur devrait réparation.
Nous évoluons là, dans le monde de l'hypocrisie absolue.
Au risque de déplaire fortement, je me permettrai de rafraichir l'esprit un peu trop sélectif de certains individus dont les symptômes étonnants de la maladie d'Alzheimer ne peuvent effacer de la mémoire collective des taches à jamais indélébiles.
Je pense tout particulièrement à l'état d'Israël que j'ai souvent admiré mais dont on ne peut occulter certaines actions ou inactions politiques et militaires dans lesquelles les massacres de Sabra et Chatila constituent un sommet de l'horreur, un acte caractérisé de crime contre l'humanité.
On peut avoir subi les pires atrocités et se fourvoyer malgré tout dans des évènements où la non assistance à peuple en danger fait de vous des complices d'un carnage qui vous déshonore durablement.
Qui viendra donc aujourd'hui demander des comptes à l'état d'Israël pour avoir laissé exterminer volontairement quelques milliers de réfugiés palestiniens par une milice libanaise dont les nazis auraient été fiers des méthodes employées ?
La repentance que le peuple palestinien attend depuis près de 30 ans surviendra t'elle un jour ?
Vous voyez donc combien il est aisé de trouver quelques failles profondes au sein d'un lobby qui revendique un passé de martyr mais qui est souvent tenté de manipuler les sentiments de culpabilité des uns pour que d'autres avancent leurs propres intérêts idéologiques, politiques ou stratégiques.
Et surtout, qu'on ne vienne pas m'accuser d'antisémitisme primaire sous prétexte que je ne serais pas politiquement correct en rappelant ce triste épisode de l'histoire d'Israël.
Beaucoup de nations dans le monde portent un fardeau plus ou moins lourd, même le pays de la Terre Promise.
Et il est donc important de procéder d'abord au ménage chez soi si on souhaite demeurer crédible lorsque l'on a pour objectif de passer, continuellement et de manière ostentatoire, la serpillière chez les autres.
Mon émotion pour les horreurs de la Shoah, aussi vive soit-elle,  ne me conduira jamais à fermer les yeux sur les égarements coupables de quelques descendants des victimes de la "solution finale".
Quant à la repentance permanente imposée par certains groupes d'individus, elle doit prendre fin et il faut cesser de baisser la tête et de détourner les yeux lorsqu'on tente indignement de nous faire endosser indirectement des crimes qui ne nous concernent pas et qui n'ont donc aucune raison d'assombrir notre présent ou notre avenir.
Les vrais amis se trouvent toujours parmi ceux qui nous disent la vérité dans les moments les plus délicats, surtout lorsque celle-ci est pénible à entendre, voire inacceptable.


12 commentaires:

  1. Ho Phemga, j'en connais qui vont t'envoyer le mossad histoire de t'apprendre le respect du peuple juif. Ca va encore être ta fête.
    Trêve de plaisanterie, je suis en accord total avec toi. Il y a des limites qui ont été atteintes depuis trop longtemps. La SNCF n'est pas la seule à avoir subi ce genre de chantage et il y en aura d'autres tant que personne n'aura le courage de dire stop. Le gain éventuel de gros contrats fait perdre la tête et surtout la dignité.
    J’ai beaucoup aimé la photo d’Anne Frank.
    Elle décrit bien ce que tu ressens, malgré ton coup de gueule.
    Ha, cet art de dire les choses sans les dire...

    RépondreSupprimer
  2. N’est-ce pas là un article foncièrement antisémite qui se cache derrière de fausses émotions et la photo d’Anne Frank ?
    Cette méthode me semble encore plus dangereuse que celles employées par ceux qui estiment que les nazis n'ont pas fait correctement leur travail.
    Je serai certainement censuré mais j’avais quand même besoin de le dire, de l'écrire.

    RépondreSupprimer
  3. Cher David,
    Votre interprétation de mon article ne m'autorise pas à vous censurer; Le respect et les formes que vous avez mis pour exprimer votre opinion vous donnent entièrement le droit de paraître sur ce blog.
    Vous devez bien imaginer que je ne me reconnais nullement dans votre point de vue et je reste persuadé que je pourrais argumenter pendant des jours pour vous expliquer mes sentiments que vous resteriez invariablement sur vos positions.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  4. Votre article est surprenant par le style employé. Vous distribuez le chaud et le froid mais vous maintenez un remarquable équilibre entre votre sympathie pour des gens qui ont beaucoup souffert et votre refus d’accepter les abus qui ressortent de cette souffrance passée.
    Le coup de Sabra et Chatila, ça fait mal même si c’est vrai que chacun doit assumer ses erreurs s’il veut jouer les donneurs de leçons.
    La photo d’Anne Frank juste après votre article me semble être un joli message d’espoir que vous envoyez.
    Toujours ce désir de jouer avec le chaud et le froid sans doute.

    RépondreSupprimer
  5. Le sujet est terriblement polémique et je vois que l'accusation d'antisémitisme est encore de mise. Bravo Phemga pour votre courage en abordant un thème risqué où la foudre pourrait s'abattre sur vous. Je trouve en tout cas que vous avez gardé une grande mesure en vous exprimant tout en balançant des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire.
    C'est vrai que la photo de cette malheureuse Anne Frank à la fin envoi un message particulier après lecture de votre article. Il est dommage que David ne l'ait pas interprété à sa juste valeur.

    RépondreSupprimer
  6. Vos articles sont toujours très intéressants même lorsqu'ils touchent un sujet aussi sensible que celui de la cause juive. Sabra et Chatila resteront toujours comme une épine dans le pied d'Israël et il est bien que vous n'ayez pas hésité à parler de ce drame qui incrimine directement les israéliens. Je crois en effet que les juifs ont souvent tendance à tenter de mettre en avant la shoah pour parvenir à des fins qui ne sont pas toujours très honnêtes mais je pense que ce comportement fait partie de la nature humaine et n'est pas à imputer aux seuls juifs. Quant au lobby juif, il n'est pas toujours très recommandable mais il a au moins le mérite d'exister pour protéger une communauté qui comme vous l'avez très bien signalé a beaucoup souffert.

    RépondreSupprimer
  7. Le peuple juif a été martyrisé bien avant l'existence des nazis et cela dure depuis plus de 2000 ans. Il y a donc de quoi rester toujours soupçonneux sur l'espèce humaine. Le lobby juif américain est très puissant et ses moyens financiers sont illimités. Sans lui Israël ne serait pas ce qu'il est et il influencera toujours les Usa pour qu'ils soutiennent inconditionnellement l'état hébreu. Pour cela on peut y faire un parallèle avec la françafrique où tous les coups sont permis pour arriver à ses fins. Pour sabra et chatila je n'aurais peut-être pas osé porter des accusations aussi lourdes même si en regardant sur le web, je m'aperçois que vous n'avez pas vraiment tort. Sur ce coup là les israéliens ne sont pas franchement tout blancs.

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai qu'à la longue ça devient fatigant de toujours faire attention à ce qu'on doit dire pour ne pas être placé dans la case des antisémites. Il est préférable souvent de jouer les hypocrites et de taire ses sentiments pour éviter des problèmes inutiles.
    Lorsque jétais ado, j'ai lu moi aussi le journal d'Anne Frank. Son histoire m'avait bouleversée et je me demande si on ne devrait pas obliger tous les jeunes au lycée à lire cette tragédie qui ferait sans doute comprendre bien des choses sur la shoah et qui amènerait aussi un peu plus de tolérance les uns envers les autres.

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi j’ai été choquée par l’attitude de la Sncf qui n’avait pas à s’excuser pour quelque chose qu’elle n’a pas choisi de faire mais le contrat en jeu explique un peu les choses.
    Si ça continue, il faudra bientôt qu’on demande aux anciens soldats français survivants de la seconde guerre mondiale de s’excuser pour ne pas avoir su empêcher les allemands d’envahir la France.
    Il faut effectivement que tout cela s’arrête car il n’existera bientôt plus aucune valeur à la repentance. Cela ne voudra plus rien dire et à force on va pousser les sentiments anti juifs à se radicaliser encore plus.

    RépondreSupprimer
  10. Vous faites allusion à Sabra et Chatila mais la colonisation de force des terres palestiniennes est aussi un drame qui mériterait d'être cité.
    Tant que les américains soutiendront israel personne ne pourra rien faire pour stopper les exactions et les abus de toutes sortes contre le peuple palestinien. Je ne suis pas du tout antisémite mais les choses doivent être dites sans détour. En fait, c’est tout le pouvoir américain qui est dominé par le lobby juif. Dominé est même un euphémisme. Je dirai gangréné.

    RépondreSupprimer
  11. Je suis étonnée par la mesure des gens qui ont commenté l’article de phemga.
    J’imagine que phemga a habilement filtré les nombreux débordements antisémites qui n’ont certainement pas du manquer.
    Un article comme celui-ci ne peut qu’attiser les pires réactions mais je comprends les motivations de son auteur qui a su mesurer ses propos tout en déployant un arsenal de mots qui ne fait pas honneur aux juifs. Mais ce n’était pas le but.
    Je constate moi aussi des abus sur le sujet de la repentance et à la longue cela fini par discréditer ceux qui imposent de telles actions surtout si elles ne sont pas justifiées.
    Pour le cas de la Sncf, je dois dire que le matériel appartenait tout de même à cette société même si les hommes qui dirigeaient à l’époque étaient les nazis. Je pense donc qu’un petit geste de regrets pour ce qui s’est passé était souhaitable même s’il a été obtenu par la force, ce qui est pour moi anormal et peut être considéré par les gens comme une sorte d’abus de pouvoir.
    Il faut comprendre qu’il reste encore beaucoup de survivants de la Shoah et qu’ils ont transmis leur souffrance à leurs enfants et petits enfants qui eux aussi se sentent imprégnés par ce terrible malheur. Dans 100 ans, dans 1 000 ans les juifs en parleront encore et personne n’y peut rien. Le monde entier n’a pas à s’excuser pour les crimes commis par une minorité de fous mais le lobby juif, pour employer votre expression, doit rester vigilent pour éviter qu’une telle chose se renouvelle à l’encontre des juifs.
    C’est exact que la shoah n’a pas le monopole des horreurs de l’humanité phemga mais je crois que si un peuple n’a jamais subi un génocide, il ne peut comprendre exactement les réactions de celui qui a connu un tel acte.
    Nous pourrions discuter des jours entiers là-dessus.
    Je voulais terminer par vous dire que contrairement à David, je ne voyais aucun sentiment caché antisémite dans votre article.
    Celui-ci ne fait pas plaisir mais il est franc, direct et sans doute très honnête même si je ne suis pas très d’accord avec certaines références dont vous faites allusion.
    La photo d’Anne Frank juste après vos remontrances m’a fait grand plaisir. Elle dénote pour moi que vous avez malgré tout conscience de la souffrance qui a été celle des juifs et qu’il y a en vous, malgré ce que vous affirmez, un sentiment particulier pour la cause juive. Certains de vos mots ne peuvent cacher cette évidence.

    RépondreSupprimer
  12. Lorsqu’il y a des contrats énormes à la clé comme celui de la sncf aux usa on est un peu obligé d’accepter toutes les bassesses de la terre surtout si le concurrent direct de la sncf est une société allemande qui n’a pas du se faire prier pour se prosterner devant le lobby juif.
    Je suppose que si on avait demandé au pdg de la sncf de dire que c’est lui qui avait conduit les trains vers les camps il aurait obtempéré.
    Quelques milliards de dollars valent bien un léchage de bottes.

    RépondreSupprimer