vendredi 6 mai 2011

Attentat de Marrakech : Une absence de revendication troublante


Plus d'une semaine après l'attentat de Marrakech, dont le bilan des victimes vient d'être revu à la hausse avec une 17e personne décédée, les autorités marocaines sont parvenues à capturer 3 suspects, dont l'auteur  présumé des explosions des bombes qui ont endeuillé le café Argana sur la  place Djemaa el Fna.
Le fait que le probable poseur de bombes se prétende un admirateur d'Al-Qaïda n'est certainement pas un scoop mais en revanche, la surprise vient surtout de l'absence de revendication de cet attentat.
Tout le monde s'attendait à la réception d'un message émanant d'un groupuscule quelconque affilié à d'Al-Qaïda mais le silence total qui persiste jusqu'à présent est très surprenant, voire même incongru.
En effet, ne pas revendiquer un attentat aussi médiatisé que celui de Marrakech, où de nombreux touristes ont trouvé la mort est tout à fait contraire aux habitudes des organisations terroristes qui cultivent la terreur comme un art de vivre et qui ressente un  besoin absolu de s'affirmer sur la scène médiatique pour exister aux yeux du monde.
On peut donc en conclure, non sans une certaine prudence, qu'Al-Qaïda n'est pas responsable du carnage au café Argana.
La question qui se pose donc est de savoir si le poseur de bombes et ses complices n'auraient pas agi de leur propre initiative, uniquement pour se faire connaître des responsables de groupes terroristes connus, dans lesquels ils souhaiteraient étroitement adhérer.
Cet attentat pourrait constituer un gage d'allégeance et de "bonne conduite" envers Al-Qaïda pour s'attirer les faveurs des principaux responsables de cette nébuleuse.
Une sorte de curriculum vitae qui ouvrirait des portes jusque là hermétiquement fermées.
La révélation la plus inquiétante actuellement est que l'auteur principal  de l'attentat aurait fabriqué les bombes lui même, dans la maison de ses parents, en se documentant uniquement sur internet.
Cela signifie que n'importe quel illuminé, possédant un minimum de connaissances, est donc en mesure de déclencher la terreur à tout moment, dans le lieu de son choix, dès qu'il l'aura décidé.
S'il est déjà très compliqué pour les services de renseignements du monde entier de découvrir les préparatifs ou les tentatives d'attentats de groupuscules terroristes organisés, il demeure impossible, à moins d'avoir une chance fabuleuse, de parer l'action d'un individu esseulé, imprévisible, qui agirait exclusivement en solitaire ou qui serait aidé par un ou deux complices de circonstances.
S'il se confirmait que l'attentat de Marrakech était le résultat d'un acte isolé, sans aucun soutien extérieur ou commanditaire, il faut espérer que d'autres dégénérés désœuvrés ne soient pas tentés de suivre cet exemple dans le but unique d'attirer l'attention d'une organisation terroriste.
Les prochains jours devraient donc apporter plus d'éclaircissements car les autorités marocaines, dont l'efficacité est évidente, n'ont pas l'intention de laisser le moindre répit aux auteurs de ce triste et funeste "exploit", dont 8 français auront payé de leur vie leur attirance pour l'un des plus beaux pays du monde.
Mais dans quelques semaines, tout ce qui est arrivé sera oublié.
Les médias seront passés à autre chose et les touristes, un temps méfiants, reprendront leurs voyages au Maroc comme s'il ne s'était jamais rien passé et c'est en fait le meilleur qui puisse advenir pour le tourisme local.
Seules les familles endeuillées et les survivants meurtris continueront de supporter leur chagrin et leur douleur, en maudissant l'enfant de salauds qui a décidé de transformer un petit coin de paradis en véritable enfer.

5 commentaires:

  1. Si c'était Al Qaida, qui avait commandité l'attentat, on aurait déjà reçu une revendication.
    Et il n'y a toujours rien aujourd'hui.
    La thèse du type qui agit tout seul dans son coin sans rien demander à personne se tient donc. Mais on ne peut encore être sur de rien tant que la police marocaine n'aura pas tout tiré du poseur des bombes.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne voudrais pas paraître insensible à la souffrance des victimes mais actuellement la saison touristique au Maroc doit être plombée. Personnellement si j'avais prévu un voyage dans ce pays, je l'annulerais ou je rentrerais bien vite chez moi. Et oui, on ne peut rien contre la peur.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai entendu ce soir qu'Al qaida avait réfuté toute implication dans l'attentat et on n'a aucune raison de croire le contraire puisqu'ils se permettent de démentir.
    Il est donc de plus en plus probable que le terroriste a agi de son propre chef.

    RépondreSupprimer
  4. L'enfant de salauds mon cher Phemga il doit passer de mauvais moments avec la police marocaine qui ne s'embarrasse sans doute pas des droits de l'accusé comme on pourrait le faire en France. Je me demande en plus comment ce genre de type peut avoir le moindre droit. Il est sûr que dans les prochaines semaines, les touristes auront oublié l'attentat du 28 avril. J'en veux pour preuve que je vais passer 15 jours au Maroc fin juin et je n'ai pas l'intention d'annuler mes vacances alors que si j'avais dû partir quelques heures après l'attentat, j'aurais surement repoussé mon séjour.

    RépondreSupprimer
  5. Le destin est rempli de mystères où la cruauté côtoie la chance.
    Il suffit de s'assoir à la terrasse d'un café, de partir juste après sa consommation ou de décider de rester un peu plus longtemps pour voir sa vie se poursuivre ou s'effondrer. Entre la chance et le malheur la frontière est bien souvent imperceptible.

    RépondreSupprimer