samedi 2 juillet 2011

DSK : Coup de tonnerre à New York


La libération sur parole de Dsk, de son assignation à résidence ce 1er juillet, aura constitué indubitablement un rebondissement inattendu dans une affaire sordide qui, sans doute, n'a pas encore dévoilé tous ses secrets.
La pauvre petite femme de chambre, violentée, humiliée, outragée et traumatisée à vie n'était donc pas aussi innocente que ses avocats et sa famille souhaitaient ardemment le faire croire au monde.
Le vent aura donc subitement tourné pour Nafissatou Diallo qui, pour l'instant tout du moins, semble avoir perdu toute crédibilité puisque sa version de la prétendue agression dont elle aurait été victime, est désormais sérieusement mise en doute par le procureur de Manhattan chargé de l'affaire.
Au fil des semaines, au fur et à mesure que l'enquête avançait, l'impitoyable procureur Cyrus Vance aura donc relevé plusieurs incohérences, de la présumée victime, sur les circonstances exactes de l'agression et ses mensonges perpétrés devant le grand jury, alors qu'elle témoignait sous serment, auront effrité peu à peu les arguments les plus solides de l'accusation.
Cependant bien que Dsk soit désormais libre d'aller et venir sur toute l'étendue du territoire américain, il reste pour l'instant toujours inculpé d'agression sexuel et son passeport ne lui sera pas rendu tant que ces charges continueront de peser  sur lui.
Les avocats de Dsk viennent donc de remporter une première grande bataille et la moralité douteuse de la plaignante, qui n'apparait plus comme la "vierge effarouchée" qu'on a bien voulu nous décrire, ne peut que jouer en faveur d'un prochain non lieu.
Certes, les avocats de Nafissatou Diallo ne vont pas renoncer aussi facilement à l'accusation d'agression sexuelle mais tout ce qu'ils pourront affirmer à présent sera forcément sujet à caution et le doute s'étant installé, leur chance d'envoyer Dsk croupir en prison semblent désormais infimes.
On se demande effectivement comment une prétendue victime d'une agression sexuelle, spécialiste du mensonge, fréquentant des trafiquants de drogue et ayant touché de l'argent suspect sur plusieurs comptes cachés, continuerait de paraître crédible aux yeux de l'opinion publique.
Je conçoit aisément qu'on puisse posséder tous les défauts de la terre et être tout de même victime d'une agression sexuelle mais la pauvre petite immigrée guinéenne, honnête, travailleuse et mère de famille exemplaire a vu son excellente réputation, bien lissée pour mieux émouvoir,  foudroyée en plein vol.
Mais qu'on ne s'y trompe pas !
Ce coup de tonnerre qui s'est abattu sur New York et qui a redonné le sourire à Dsk, ne fera jamais oublier le comportement pour le moins ambigu, sinon affligeant, d'un homme pour qui la femme est, avant toute autre chose, un objet de plaisir sexuel.
Si cet homme à femmes ne peut être condamné pour sa vie dissolue, tant que les "objets" de son désir demeurent consentants, la moralité d'un personnage qui a exercé l'une des fonction les plus prestigieuses qui soit et qui, peut-être, aurait aspiré à devenir le président d'un grand pays européen reste des plus contestable.
Or, c'est justement cette moralité équivoque qui l'aura conduit à sa perte et à se retrouver à la une de tous les médias internationaux, humiliant par la même occasion gravement son pays.
En effet, même si dans quelques jours Dsk bénéficiait d'un non lieu, personne n'oubliera jamais la vision hallucinatoire de cet homme au visage hagard, menotté dans le dos, accusé d'agression sexuelle et entouré par une escorte de policiers l'emmenant au tribunal et par la suite en prison.
Ces images resteront pour longtemps gravées dans la mémoire collective.
Aussi, comment ne pas songer que si Dsk avait entretenu un comportement exemplaire dans sa vie privée,  plus en rapport en tous les cas avec son statut d'homme marié, il n'aurait pas prêté le flanc à une éventuelle manipulation d'individus peu scrupuleux qui auraient joué sur son point faible pour en tirer profit ou le faire tomber ?
Et à peine libéré, lorsque j'entends ou que je lis dans les médias que désormais la porte à la présidentielle de 2012  pourrait lui être ouverte, j'en ai la nausée.
La perspective de repousser les primaires socialistes pour lui permettre éventuellement de proposer sa candidature à la prochaine présidentielle constituerait pour moi un véritable non sens et une atteinte aux valeurs qu'un homme d'état se doit de véhiculer lorsqu'il est appelé à présider aux destinées d'une nation.
En effet, quelle crédibilité aurait un président de la république française dont la passion  immodérée pour le sexe, à tort ou à raison, l'a conduit en prison et à une inculpation d'agression sexuelle?
Dans aucun pays de droits, il n'existe un tel exemple sur lequel on pourrait se référer.
Dsk est sans aucun doute un homme très brillant et il n'est pas question pour moi de remettre en cause ses compétences économiques et politiques mais si celui-ci aime vraiment son pays, il lui évitera une seconde humiliation internationale en ne se portant pas candidat à la présidentielle de 2012.
Je pense que Dsk doit donc se résigner à rentrer dans le rang et qu'il serait plus avisé de sa part de consacrer plus de temps à son adorable épouse, au regard du courage énorme qu'elle a montré devant l'adversité et de ses écarts coupables de  mari volage.
Dsk a sans aucun doute beaucoup de choses à se faire pardonner et avant de vouloir faire le ménage dans la maison France, il serait bon qu'il balaie à l'intérieur de sa propre demeure.
Je reste tout de même très curieux de savoir combien de français seraient susceptibles de voter encore pour Dsk après ses turpitudes américaines.
Je ne doute pas que les instituts de sondage ne vont pas manquer de nous éclairer à ce sujet.
Je pense malheureusement que notre "séducteur national"  n'a pas vraiment perdu de son aura en France et serait encore en mesure de faire un tabac dans les intentions de vote.
Si aux Usa, l'homme serait définitivement perdu pour la politique, en France, le probable dénouement heureux de ses mésaventures New-Yorkaises, dans le cas d'une candidature, pourrait fort bien le faire exploser dans les sondages.
Et à cette idée, je ressens un certain malaise.

5 commentaires:

  1. Pour une surprise c'est une sacrée surprise même si je me doutais bien que la victime n'était peut-être pas aussi victime que ça.
    Même si le dsk semble atteint d'une addiction sexuelle cela ne fait pas de lui un pestiféré pour autant et je crois que s'il est vraiment reconnu innocent il a tout à fait le droit de se présenter à l'élection présidentielle en 2012.
    Bon un président qui a fait de la taule cela n'est pas courant mais il faudra respecter son choix quel qu'il soit. Ensuite, ce sera aux français de décider en cas de candidature.

    RépondreSupprimer
  2. Donc la pauvre petite guinéenne agressée par Dsk n'est pas aussi blanche que cela, si j'ose m'exprimer ainsi.
    On va surement en apprendre encore de plus belles sur son cas et les révélations à venir vont encore nous étonner. Quand on apprend que la nana, après son agression sexuelle présumée, a été faire le ménage dans une autre chambre avant de revenir dans le chambre de dsk on en reste bouche ouverte, si j'ose encore m'exprimer ainsi. Enfin avant de juger trop sévèrement cette pauvre fille on va attendre d'en savoir encore plus sur ces petites manigances.
    Quant à Dsk, le malheureux, il aura été puni par là où il a pêché après tout.
    Il faut espérer que désormais il gardera ses attributs dans son slip et ses mains dans les poches.
    Je ne crois pas que même avec un futur non lieu il se présentera en 2012. Il restera marqué à vie par cette affaire de cul mal embouchée et il lui faudra beaucoup de temps pour oublier cette humiliation personnelle. A moins d'une énorme surprise, la présidentielle pour lui c'est foutu.

    RépondreSupprimer
  3. C'est incroyable que tout se soit précipité comme ça. Je suis de votre avis Phemga, un homme qui a un tel passé, un tel comportement avec les femmes n'a rien à faire en tant que président de la république et j'espère qu'il aura la décence de se faire oublier quelque temps.
    Un président ex taulard ça ne serait pas à l'honneur de la France. Après tout, innocent ou un peu coupable, juste un peu quand même, ce type, même s'il peut être brillant dans son métier, ne mérite effectivement plus de présider la France.

    RépondreSupprimer
  4. Et oui Phemga, le premier sondage n'a pas tardé à paraître.
    Dans le Parisien dimanche 49% des personnes interrogées sont favorables à un retour de Dsk dans la politique contre 45% qui ne le veulent pas. Je crois que si la manipulation dans cette affaire d'agression sexuelle est confirmée, ce que beaucoup de gens croient, et si Dsk propose sa candidature pour 2012, le prochain président du pays s'appellera Dsk tout simplement. Il est connu qu'en France jamais un homme n'a été freiné dans ses ambitions politiques pour des histoires sexuelles, surtout si le délit de viol ne tient plus. Pourtant, je ne crois pas que Dsk se présentera car il a quand même pris un super coup derrière la tête et je pense qu'il va rester sonné encore plusieurs mois.
    Pour se présenter à une élection présidentielle il faut être psychologiquement au top et ce n'est surement pas son cas.

    RépondreSupprimer
  5. Je vous trouve très sévère avec Dsk et je ne vois pas pourquoi cela serait une nouvelle humiliation pour la France s'il se portait candidat à l'élection présidentielle, surtout s'il est déclaré innocent de ce qu'il est accusé. Jusqu'à preuve du contraire, dans un pays de droits, avoir des aventures extra conjugales n'est pas un délit. C'est vrai que dans un pays comme les Usa, faussement pudique et surtout très hypocrite, sa carrière serait terminée mais heureusement en France on ne jette pas les gens dans la fosse aux lions pour une histoire de fesses qui aurait mal tourné.
    Si Dsk a des comptes à rendre c'est seulement à sa femme et à personne d'autre. Cela s'entend bien sur si les charges d'agression sexuelle contre lui sont levées.

    RépondreSupprimer