mardi 13 septembre 2011

Robert Bourgi : Le déballage affligeant d'un bouffon éconduit


Les déclarations de Robert Bourgi, sur les valises d'argent qu'il aurait livrées à Jacques Chirac, Dominique  Villepin, voire Jean-Marie Le Pen, mettent en pleine lumière le financement occulte de la vie politique française et le côté obscur de cette fameuse françafrique au marigot décidément bien nauséabond.
Les accusations à l’emporte-pièce de cet homme de l'ombre, qui se dit  porteur de valises de la république et qui reconnait n’avoir strictement aucune preuve de ce qu’il avance, n’ont certainement pas pour but, comme il l’affirme sans aucune honte, de soulager sa conscience et de vouloir une France propre.
Un personnage comme Robert Bourgi n’a pas plus de conscience que les divers hommes politiques qu’il a servis pendant de nombreuses années et se fiche royalement de l'état de propreté de la France,
Ce barbouze en costume cravate, avocat à ses heures perdues, ne fera jamais croire, que sous l'apparat d'une Jeanne d’Arc des temps modernes, une révélation divine lui a commandé de faire le ménage dans le monde politique français en étalant les immondices de la république sur la voie publique.
On peut s'interroger sur les raisons de ce déballage infect qui donne une image épouvantable de la politique telle qu’elle est pratiquée en France mais surtout de la morale des politiciens qui s'évertuent à jouer les vierges effarouchées chaque fois qu’une accusation les montre du doigt mais qui se comportent en fait comme de véritables « petites frappes » sans scrupules.
Jacques Chirac, Dominique Villepin et Jean Marie Le Pen  sont donc les premières « victimes » des accusations  fracassantes d’un homme au repentir bien trop tardif pour être honnête, qui aura servi pendant 25 ans les intérêts d’une république de coquins et d’escrocs.
Certes, le fait que des roitelets africains aient financé les campagnes électorales de certains hommes politiques français à coups de valises remplies d'argent n’est pas réellement un scoop au sens le plus noble du terme.
Des rumeurs persistantes indiquaient depuis longtemps que certains chefs d'état d’Afrique excellaient dans cette pratique depuis plusieurs décennies en agissant discrètement dans l’arrière-cour marécageuse de la françafrique.
Mais jusque là, personne n’avait osé porter des accusassions publiques nominatives et la bombe qui vient d’exploser, un 11 septembre s’il vous plait, cela ne s'invente pas, risque de produire des dégâts collatéraux  dont certains hommes politiques, et non des moindres, auront peut-être grand mal à se relever.
En effet, ces dénonciations en appellent sans doute d’autres car les langues vont peut-être désormais se délier et nous ne sommes pas au bout de nos surprises quant aux prochaines allégations qui viendront certainement poindre à l'horizon, dans les jours et les semaines à venir.
La gravité et la précision des accusations vont certainement amener l’ouverture d’une enquête de justice même si celle-ci a très peu de chance d’aboutir, par manque de preuves et du fait de la prescription de certaines actions.
Monsieur Bourgi, qui a certainement profité très largement du système et qui a décidé de
« passer à table » après tant d’années, ne met en cause que les sieurs Chirac, Villepin et Le Pen alors que c’est sans doute toute la classe politique française, de droite comme de gauche, qui a bénéficié de la générosité des présidents africains.
Une possible vengeance de celui qu'on appelle le « bouffon éconduit », pour avoir été écarté des sphères du pouvoir à une certaine époque et qui s'en est senti humilié,  me parait plus que probable.
Le problème pour cet homme à l'influence certaine, qui a une connaissance très poussée des méthodes de la françafrique et qui se dit très proche de Nicolas Sarkozy, est que ses révélations soudaines, par ricochet, risquent de mettre directement en cause son propre ami président qui n’est sans doute pas tout blanc dans cette histoire de versements d'argent.
En effet, peut-on croire sérieusement que Monsieur Sarkozy n’aurait pas suivi l’exemple de ses prédécesseurs en acceptant lui aussi quelques valises bien remplies pour financer sa dernière campagne présidentielle ? 
Et dans cette république bananière qu'est devenue la France, à travers les accusations de Robert Bourgi, ce sont les principes même de la démocratie qui sont remis en cause.
Aussi, sans préjuger de ce qu'il adviendra des soupçons qui pèsent lourdement sur la classe politique française, on s'explique on ne peut mieux désormais les complaisances coupables de nos dirigeants envers certains régimes africains, champions du viol caractérisé des droits de l'homme, de la tricherie électorale flagrante et des biens mal acquis.
Entre racailles, quelque soit la couleur de peau, la nationalité, la solidarité reste de rigueur et on se comprend toujours !
Il faut espérer que les dénonciations aux motivations douteuses de ce Monsieur Bourgi servent au moins à éradiquer définitivement des procédés mafieux qui portent atteinte à l'intégrité de toute une nation.
La France va devoir balayer fermement devant sa porte avant de jouer de nouveau les éternelles donneuses de leçons aux quatre coins d’un monde qui, actuellement, doit se pouffer de rire.
Quant à ceux qui là-bas en Afrique fustigent, à juste titre, les hommes politiques français pour leur cupidité honteuse alors que le continent a encore tant besoin d'argent pour se développer, qu'ils n'oublient que pour danser le tango, il faut être deux.
On ne peut pas critiquer le corrompu sans demander des comptes au corrupteur.

9 commentaires:

  1. Ho Phemga!!!!
    Traiter de racailles les puissants de ce bas monde......tu n'as pas honte?
    Je ne serais pas surpris si ce Bourgi avait un "accident' après son show devant les médias. Ce type connait bien trop de choses sur les manigances de la république pour continuer de déballer ce qu'il sait à tort et à travers.
    C'est une terrible bombe à retardement.
    Bon, je vois peut-être un peu trop de polars à la télé.
    Au fait, tu sais danser le tango toi?

    RépondreSupprimer
  2. Phemga, le moins qu'on puisse dire, c'est que vous ne prenez pas beaucoup de gants pour exprimer votre opinion sur cette affaire. Je vous ai connu plus mesuré, plus diplomate dans vos propos.
    Vous n'avez pourtant pas tort. Le monde politique est bien pourri et si le déballage de Robert Bourgi peut assainir la situation dans l'avenir, il n'aura pas été inutile.
    La françafrique vit peut-être ses derniers jours et on ne le regrettera pas.

    RépondreSupprimer
  3. Bourgi ne nous a rien appris que nous ne sachions déjà. La nouveauté c'est qu'il donne des noms en évitant au passage d'égratigner Sarko. Comme vous le dites Phemga, Sarko n'a surement pas dérogé à la règle de la valise au cours de sa campagne présidentielle. Nous n'en saurons jamais rien car il n'y aura jamais de preuves, comme pour Chirac et Villepin. On pense bien que personne n'a signé de reçu pour la réception des valises. Tout cela ne donne pas envie d'aller voter. Le slogan "tous pourris" a encore de beaux jours devant lui.

    RépondreSupprimer
  4. Le déballage affligeant d'un bouffon éconduit.
    Votre titre m'a bien fait rire même si je ne trouve pas affligeant les révélations de cette balance de Bourgi. Ca confirme les doutes que les gens avaient sur la moralité des hommes d'état français et africains tous unis autour de la françafrique de plus en plus moribonde heureusement.

    RépondreSupprimer
  5. Phemga s'est un peu lâché dans ce dernier article.
    On peut toutefois se demander pourquoi ce Mr Bourgi a décidé maintenant de porter de telles accusations alors qu'il en avait largement la possibilité depuis de nombreuses années. Il faut croire qu'il n'a pas touché toutes les commissions qui ont dû lui être promises par Mr Chirac et Dominique Villepin. Tout cela pue la vengeance et la frustration. il y a encore une histoire de gros sous derrière ces accusations.
    On nage dans le sordide total. Quelle honte!

    RépondreSupprimer
  6. Tout ça est écœurant alors que tout l'argent qui a été versé aux hommes politiques français aurait pu servir au développement.
    Ce n'est pas seulement l'attitude des politiciens français qui est condamnable mais aussi celle de ces présidents africains, que vous appelez justement roitelets. Non contents d'extorquer les revenus de leur pays pour les placer sur de multiples comptes bancaires dans le monde, ils ont poussé le vice à les distribuer à des étrangers. Peut-être y a t'il ici une sorte de raison d'état qui les a forcés à agir de la sorte. De toute façon nous ne connaitrons jamais la vérité sur cette histoire de financements occultes. Encore, une fois la raison d'état mettra un point final à cette affaire, comme celle des biens mal acquis

    RépondreSupprimer
  7. Superbe votre article. Il est impitoyable, trop peut-être mais très bien traité.

    RépondreSupprimer
  8. Le tango dont vous faites allusion Phemga est le tango de la françafrique. Il est grand temps qu'on se décide enfin à arrêter la musique et à jeter les danseurs dans la fosse aux lions. Ils y apprendront alors une autre danse.

    RépondreSupprimer
  9. Un jour, tu recevras (peut-être, tout espoir n'est pas perdu) une énorme valise de billets (bien entendu) pour te faire taire : vraiment trop de vérité émane de tes articles si bien écrits.

    RépondreSupprimer