vendredi 21 octobre 2011

Kadhafi : Game over !




Après 42 ans de règne sans partage, où il a impitoyablement entretenu une des dictatures les plus sanguinaires qui ait existée, Kadhafi est mort comme il a vécu : 
Dans la violence et le sang !
Actuellement, il y existe une grande confusion sur les circonstances exactes de sa mort alors qu'une vidéo montre qu'il a été capturé vivant par les combattants du CNT.
La version donnée par le CNT sur une fusillade qui serait intervenue entre ses gardes du corps et les ex rebelles, juste après sa capture où il aurait été victime de tirs croisés, est fort peu convaincante.
Tout au long de cette révolution libyenne, les combattants du CNT ont de nombreuses fois démontré, non seulement qu'ils n'étaient pas très disciplinés, mais aussi qu'ils magnaient la désinformation avec la même dextérité que leur ancien maitre Kadhafi.
Beaucoup d'entre eux n'ont d'ailleurs rien à envier à ce dernier en matière de cruauté et de sauvagerie.
Une exécution sommaire de Kadhafi est infiniment plus probable que la version officielle mais il y a peu de chance pour que cette thèse, gênante pour le CNT, soit confirmée.
Si on peut regretter la mort du tyran avant qu'il ne soit jugé pour les très nombreux crimes qu'il a commis et les attentats qu'il a organisés, on peut se réjouir que l'ère Kadhafi soit définitivement révolue.
Par ailleurs, quelques dirigeants occidentaux et certains anciens chefs d'état à la retraite, ne sont surement pas mécontents de la disparition prématurée de l'ancien guide libyen.
En effet, avec Kadhafi disparaissent quelques éventuelles révélations sur les compromissions d'une partie d'entre eux.
Dans un passé plus ou moins récent, nos chers hommes politiques, toujours prompts à faire la morale aux autres, pour des raisons purement commerciales, n'ont pas hésité à recevoir "leur amis" Kadhafi en grandes pompes, feignant d'oublier le passé terroriste d'une ordure qui les méprisait et qui se moquait ouvertement d'eux.
Pour ce qui est de l'avenir proche de la Libye, si la fin de Kadhafi met officiellement un terme à une guerre qui aura duré plus de 7 mois, la liesse générale qui prévaut dans tout le pays ne doit pas faire oublier que le chemin de la paix reste encore long car les défis à relever sont gigantesques dans un pays qui ne possède aucune expérience de la démocratie.
Incontestablement, une grande éclaircie remplie d'espoir est apparue dans le ciel libyen  pour tout un peuple privé de liberté depuis toujours, mais celle-ci pourrait laisser rapidement la place à une énorme masse nuageuse contenant de cruelles désillusions venues des égoïsmes et des intérêts personnels de tel ou tel clan.
Par le jeu d'alliances de circonstances entre certains chefs tribaux qui ne s'apprécient pas forcément, le risque d'éparpillement et d'affrontements internes au sein de l'ex rébellion est loin d'être négligeable, et les conflits d'intérêts pourraient largement prendre le dessus sur toute velléité de paix.
Il ne faut jamais perdre de vue que la notion de tribu est très développée en Libye et qu'elle prime avant toute autre forme de considération, même nationale.
Et on peut déjà imaginer les divers chefs de guerre se disputer tel ou tel privilège ou revendiquer quelques récompenses qu'ils estimeront avoir méritées pour leur aide à chasser Kadhafi du pouvoir.
Il y aura certainement des mécontents, des frustrés et ceux-ci voudront sans doute le faire savoir.
La capacité du CNT, en cette fin de conflit, à rassembler les hommes et à gérer la transition démocratique  sera déterminante pour l'avenir du pays.
Les responsabilités du gouvernement en place sont donc colossales et bien des embûches sont à prévoir avant de parler de paix et de démocratie.
Il faut espérer que l'expérience douloureuse de l'après guerre en Irak, éclairera les différents protagonistes libyens sur les erreurs à ne pas commettre pour gagner la paix, souvent bien plus difficile à obtenir qu'une victoire militaire.
Dans le cas contraire, le sacrifice de ceux qui ont donné leur vie pour la liberté aura été totalement inutile et c'est de nouveau l'horreur qui règnera en Libye.
Un autre élément et non des moindres, demeure extrêmement préoccupant parce qu'il touche directement à la sécurité des compagnies aériennes internationales.
De très nombreuses armes, dont des missiles à courte portée ont disparu des différents dépôts de munitions disséminés sur l'ensemble du territoire.
Or, celles-ci ne sont pas perdues pour tout le monde.
Il est très probable que les terroristes de l'Aqmi aient bénéficié de ces disparitions soudaines et qu'ils se soient emparés d'engins redoutables dont ils voudront se servir à l'avenir contre des cibles occidentales ou contre des pays africains.
Je pense particulièrement à d'éventuels attentats contre des avions civils aux abords des aéroports.
Il faut donc s'attendre malheureusement à cette éventualité et à moyen terme, l'élimination du régime de Kadhafi risque d'avoir un goût amer, même si elle était absolument nécessaire.
Il est donc encore difficile de se projeter dans l'avenir post Kadhafi tant les aléas sont nombreux et périlleux.
Je ne terminerai pas sans reconnaître un certain panache à Kadhafi et cela me coûte de l'avouer tant ce sale type me faisait horreur.
Celui-ci a toujours affirmé qu'il ne se rendrait jamais et qu'il combattrait jusqu'à la mort.
Sans doute aurait-il pu quitter son pays par des voix détournées comme l'ont fait déjà avant lui d'autres tyrans.
Cela n'a pas été le cas et il s'est battu jusqu'au bout, comme il l'avait indiqué aux médias internationaux.
Et le fait qu'il soit mort après une résistance acharnée, au cours d'une sortie désespérée de son fief de Syrte, a démontré que l'homme n'était pas dépourvu de courage.
Avec la présence des avions de l'Otan  qui patrouillaient dans le ciel de Syrte et des troupes du CNT qui l'encerclaient, il n'avait pratiquement aucune chance d'en sortir indemne.
Et dans une telle situation où tout est perdu, le courage ne laisse jamais indifférent, quelque soit la valeur ou la réputation de l'homme qui en fait preuve.
Aussi, je ne peux m'empêcher de réprouver sincèrement les images d'extrême violence que nous avons visionnées dans les médias et qui montrent un homme seul face au déferlement de haine d'une foule de sauvages dont les individus, prononçant le nom d'allah, se sont non seulement déshonorés par leur acte indigne mais ont discrédité gravement le gouvernement en place, le CNT.
Si j'ai ardemment appelé de mes vœux la chute de Kadhafi, en aucune manière je n'aurais souhaité l'exécution sommaire d'un homme prisonnier, blessé de surcroît, et qui ne menaçait plus personne.
Ce qui s'est passé dans les faubourgs de Syrte va à l'encontre des principes élémentaires de justice qui font que, même si la peine de mort aurait sans doute été requise par les juges libyens pour les atrocités commises, à partir de l'instant où Kadhafi a été capturé vivant, seul un procès pouvait décider de son sort.
Mais quoi qu'il en soit, aussi paradoxal que cela puisse paraître, hier soir devant ma télévision,  pendant quelques minutes, j'ai mis de côté mes convictions les plus solides.
J'ai ouvert une bouteille de champagne et j'ai pensé à mes amis disparus dans l'explosion du vol UT772 d'Uta, un certain 19 septembre 1989.
Avec émotion, je me suis remémoré un passé fait de rires, de plaisanteries et d'instants de vie inoubliables.
J'ai levé ma coupe pleine et après 22 années d'attente, sans le moindre remord, les yeux humides, je n'ai pu m'empêcher de crier : 
JUSTICE EST FAITE !!
Que voulez-vous, même votre serviteur a ses faiblesses !

10 commentaires:

  1. J'espère que le champagne était bon Phemga même s'il devait avoir un arrière goût d'amertume.
    Les images de votre article sont d'une rare violence et vraiment très impressionnantes.
    Et oui, Kadhafi est mort comme il a vécu, dans la violence et je ne crois pas qu'il pouvait en être autrement. Ce qui s'est passé montre que les partisans du Cnt sont incontrôlables, que leurs chefs sont incapables de les tenir et cela n'augure rien de bon pour l'avenir si ça continue ainsi car les règlement de comptes ne sont certainement pas terminés.

    RépondreSupprimer
  2. Le tyran a trépassé et on ne va pas s'en plaindre. Phemga, mon vieux frère, ta sensibilité te perdra. Kadhafi a mérité mille fois son sort ne serait-ce que pour ce qu'il a fait à nos potes il y a 22 ans. Pour moi le déshonneur aurait été de lui permettre de déblatérer ses conneries et de délirer devant les médias au cours d'un procès et son exécution évite bien des tracas à tout le monde. Cela permet de passer plus rapidement à autre chose pour permettre enfin à la Libye de se démocratiser. Moi depuis hier je n'ai cessé de jubiler et je ne me pose pas toutes tes questions trop romantiques à mon goût. Tel que je te connais même si tu hais kadhafi autant que moi, tu serais bien capable de nous parler de crime de guerre à son encontre. Pardon, pas ça...
    Je suis sûr que tu y as pensé mais que tu n'as pas osé l'écrire. Allez mon vieux, comme tu l'as dit, justice est faite, point à la ligne.
    Au fait, c'est à qui le tour maintenant ?

    RépondreSupprimer
  3. Assurément, nous les ex-congolais, ne pouvons pas oublier l'explosion du vol UTA dans lequel nous avions tous des amis ou des connaissances.
    C'était un dimanche et nous étions à M'Vassa et nous rions : Subitement à l'annonce de ce drame, nous nous sommes tous regardés avec stupeur.
    Ne serait-ce que pour ce crime qui nous concernait personnellement, je suis heureuse que Kadhafi soit mort, mais pas qu'il ait été assassiné lâchement : Il aurait dû mériter un procès puis être pendu sur la grande place de Tripoli.

    RépondreSupprimer
  4. Kadhadi n'a eu que ce qu'il méritait. Il est mort de la même manière qu'il a traité son peuple pendant plus de 40 années. C'est vrai que les images de sa capture et la manière dont il a été frappé sont troublantes mais désormais tout est fini et la Libye va pouvoir se reconstruire sans la présence de Kadhafi et c'est bien ainsi.
    On ne va quand même pas s'apitoyer sur une telle ordure pour employer le mot de Phemga.

    RépondreSupprimer
  5. Rogange, je pense plutôt que l'honneur aurait été de lui permettre de se défendre devant un tribunal et pas de l'achever comme un vulgaire animal. Ok, sa mort ne sera pas une grande perte pour l'humanité mais Kadahfi même dictateur sanguinaire ne méritait pas d'être lynché.Il faut aussi savoir qu'en Afrique Kadhafi avait beaucoup de sympathisants. Il a représenté pour beaucoup d'africains le seul chef d'état qui ait osé résister aux grandes puissances. Et pour cela il était admiré. Il n'en reste pas moins qu'il était un vrai tortionnaire et qu'il a massacré de nombreux libyens. En le tuant, on a privé des milliers de gens d'un procès qu'ils espéraient depuis le début de la révolte.

    RépondreSupprimer
  6. Moi j'ai été choqué par sa mort brutale. Qu'il soit condamné à mort pour ses crimes d'accord mais pas tué comme une bête. Cela montre que les rebelles ne valent pas mieux que lui mais aussi que dans une guerre civile, la convention de Genève qui protège les prisonniers de guerre n'est pas reconnue. Comme beaucoup de gens, j'aurais aimé le voir devant des juges qui l'auraient surement condamné à mort et là, nous aurions affirmé que justice est faite.
    Je comprends la position de Phemga par rapport à l'explosion de l'avion de l'uta mais lui aussi reconnait que son exécution, si elle s'avère exacte, était injustifiée.
    On peut haïr un homme mais ne jamais oublier le sens de l'honneur.

    RépondreSupprimer
  7. Kadhafi est mort et Sarkozy est fier maintenant.
    Ses avions auront lancé les premières bombes et les dernières en arrêtant son convoi mais il n'a pas su empêcher les rebelles de le massacrer. Je dis il n'a pas su mais je devrais écrire il n'a pas voulu car il avait trop peur que des choses inavouables soient dévoilées au cours du procès de Kadhafi. Il y a quelques présidents européens qui ont léché les pieds de Kadhafi pour obtenir des marchés juteux et Sarkozy en fait partie. Donc pour lui, la mort de Kadhafi c'est tout bénef.

    RépondreSupprimer
  8. On ne va quand même pas pleurer pour la mort d'un tel assassin non?
    Il a été lynché et alors?
    Combien de gens a t'il tué de ses propres mains?
    On devrait poser quelques questions à ses victimes qui ont survécu et certains moralisateurs comprendraient peut-être qu'un tel tyran ne peut finir que sous les coups du peuple qu'il a martyrisé pendant 40 ans. Oui, Kadhafi a été refroidi et justice est faite.
    Rogange a dit, point à la ligne. C'est exactement ça.

    RépondreSupprimer
  9. Si on en croit le dernier rapport de l'Otan un drone américain a lancé une bombe sur le convoi de Kadhafi qui était composé de 75 véhicules. Une voiture a été détruite et le convoi s'est dispersé. 2 mirages français sont alors entrés en action et ont détruit ou endommagé 11 véhicules arrêtant net la progression du convoi.
    Quand on voit la forme disloquée des véhicules à la télé après le bombardement, il n'y a pas dû avoir beaucoup de survivants. On pense que Kadhafi était déjà blessé par le bombardement lorsqu'il s'est enfui à pied avec quelques fidèles.
    L'Otan a bien joué le coup mais n'a pas prévu que les rebelles exécuteraient Kadhafi. Dans ce cas on pourrait parler de bavure dont l'Otan est indirectement responsable. Il faut savoir également que si on se fie aux règles de la convention internationale et du conseil de sécurité, jamais l'Otan n'aurait dû autoriser de frappes contre le convoi qui était seulement en fuite et qui ne menaçait pas la population locale. Dans ce cas, on peut considérer que le drone américain et les Mirage français ont violé le règlement international et les Russes sont furieux. On peut aussi se demander si l'Otan a vraiment donné son accord pour les frappes et si les américains et les français n'ont pas agi seuls en ayant des informations précises qui indiquaient que Kadhfi était dans le convoi.
    L'acharnement des Mirages français est quand même suspect.
    Pour rappel, les français et les britanniques par exemple, n'ont pas attendu une autorisation de l'Otan pour envoyer des forces spéciales sur le terrain ou pour livrer des armes aux insurgés.
    Certains ont fait leurs petits coups en douce et l'Otan a fermé les yeux.

    RépondreSupprimer
  10. On ne saura jamais la vérité sur ce qui s'est passé entre les résistants et Kadhafi.
    Tout le monde va y aller de son mensonge pour embrouiller les enquêteurs. Je suis surpris par l'ampleur des bombardements des avions français. Ils ont détruit beaucoup de véhicules au sol comme s'ils cherchaient à viser quelqu'un en particulier. Or, ça ne pouvait être que Kadhafi. Donc on a bien cherché à le tuer contrairement aux allégations de l’Otan qui dit qu’on ne savait pas que Kadhafi se trouvait dans le convoi.
    Si les français ont envoyé des forces spéciales pour surveiller ce qui se passe sur le terrain ce n’était pas pour chercher du pétrole. Ce sont certainement eux ou d’autres forces spéciales alliées qui ont renseigné les avions.
    Les combattants de la rébellion ont alors fini le travail sans que personne ne puisse ou ne veuille intervenir.
    De toute façon, on ne va pas regretter Kadhafi et il est bien là où il est désormais.
    Vous dites vrai Phemga, le chemin de la paix est encore long.
    Les rebelles ou ex rebelles maintenant n’ont pas une grande idée de ce qu’est la démocratie et l’ironie de cette guerre serait l’avènement d’un nouveau Kadhafi.
    Si cela ne serait pas risible, ça serait un sacré pied de nez à l’histoire et à Sarkozy.

    RépondreSupprimer