samedi 14 janvier 2012

La France a perdu son triple A


Comme on pouvait s’y attendre depuis des semaines, l'une des trois agences de notation financière, Standard and Poor’s, a officiellement abaissé d’un cran la note de la France qui vient donc de perdre son fameux triple A, un vendredi 13 s’il vous plait.
Cette sanction n'est pas injustifiée au regard de la situation économique du pays qui, depuis 3 décennies, subit une lente dégradation de ses comptes publics, enregistre une perte de compétitivité constante depuis 10 ans et éprouve de nombreuses difficultés à mettre en place les réformes qui s'imposent.
Les premières conséquences sur son économie, déjà chancelante, vont rapidement se faire sentir.
En premier lieu, cette perte du triple A va entraîner une hausse des taux d’intérêt auxquels la France finance sa dette.
D’autre part,  l’accès au crédit par les entreprises et les particuliers va se durcir.
En effet, les banques qui vont être contraintes d’emprunter plus cher et dont la situation risque de se dégrader, vont répercuter ces frais supplémentaires en augmentant le coût du crédit.
Les entreprises françaises seront donc contraintes de réduire leurs investissements, de rogner sur les salaires et de geler les futures embauches.
Il y aura également un effet domino puisque cette perte du triple A va entraîner des dégradations en chaîne des notes de tous les organismes dont le capital est principalement détenu par l'état et qui sont de grands émetteurs de dettes tels que l’Unedic, la Caisse d’amortissement de la dette sociale, la Caisse des dépôts et consignations, La Poste et Réseau ferré
L’activité économique va certainement se contracter, provoquant une récession qui parait inévitable.
Je ne pense pas cependant qu'au niveau des marchés financiers, qui ont anticipé la perte du triple A, les choses aient une incidence véritablement négative et la bourse de Paris ne devrait pas dévisser pour autant lors de son ouverture lundi prochain.
Quoi qu'il en soit, La France se trouve au milieu d’une tempête économique dont les français seront les premiers à en subir les conséquences, puisqu’ils vont devoir endurer une probable hausse du chômage, le gel des salaires, une éventuelle augmentation des impôts et une baisse significative de leur pouvoir d’achat.
Les politiques de droite réagissent en affirmant que la France reste malgré tout une valeur sure et qu'il n'y a pas péril en la demeure.
On peut comprendre que le gouvernement cherche à dédramatiser la perte du triple A mais lorsque le ministre de l'économie, Monsieur Baroin, compare la dégradation de l'appréciation financière de l’hexagone à la baisse d'une note scolaire qui passerait de 20/20 à 19/20, il manque foncièrement d'honnêteté.
Il aurait été plus sincère d'évoquer une perte de 3 points au lieu d'un seul alors que la nouvelle qui est tombée, bien qu'attendue, a fait l'effet d'une bombe.
A trop vouloir rassurer, on perd en crédibilité et on suscite de la méfiance.
En dehors des conséquences économiques pour la France et les français, on peut déjà se demander quelles seront les répercussions de la perte du triple A sur les prochaines élections présidentielles de 2012.
En fait, à qui va profiter la dégradation de cette note financière ?
Au premier abord, tout porte à croire que c'est Monsieur Hollande qui bénéficiera de cette conjoncture.
Le camp socialiste ne va pas manquer d'occuper toute l'étendue du terrain médiatique et de tirer à la mitrailleuse lourde sur le bilan économique de Nicolas Sarkozy.
Cela paraît logique car les chiffres parlent d’eux même et la décision de Standard and Poor’s confirme l’échec de la politique économique du président Sarkozy qui vient de perdre une bataille importante.
La droite aura donc le plus grand mal désormais à argumenter sur une situation qu'elle ne sera pas parvenue à maitriser.
Cependant, malgré un contexte favorable pour eux, les socialistes ne sont pas assurés, loin s'en faut, de jouer sur du velours face à une bête politique blessée, qui n'a désormais plus rien à perdre et qui va prendre tous les risques.
Au cours de ces dernières années, contre toute attente, il a été constaté que la côte de Nicolas Sarkozy avait très sensiblement augmenté chaque fois qu’une crise importante était survenue.
Cela peut paraître pour le moins paradoxal, mais à un peu plus de 3 mois du scrutin présidentiel, les français, très souvent imprévisibles, pourraient fort bien s’inscrire dans une logique selon laquelle on ne change pas de capitaine au beau milieu d’une tempête aussi importante que celle dont le pays est confronté.
Avec la perte du triple A, les différents discours d’austérité du gouvernement, depuis les derniers mois, peuvent produire un effet positif sur les français qui vont peut-être intégrer le fait que des sacrifices sont réellement indispensables pour remonter la pente.
Si Monsieur Sarkozy parvient rapidement à imposer une rigueur cohérente, qui soit appliquée à toutes les classes sociales, sans distinction, les mesures d’austérité seront mieux perçues.
Beaucoup de français sont conscients que la crise économique n’est pas uniquement hexagonale mais européenne et mondiale et que Nicolas Sarkozy a pris le gouvernail du vaisseau France au moment où celui-ci entrait progressivement dans la bourrasque.
Lorsqu'on leur pose la question de savoir si François Hollande, à la place de Nicolas Sarkozy, aurait fait mieux, la réponse est en majorité négative.
Dans le climat actuel, le candidat de gauche, François Hollande, ne parait pas montrer qu’il a les épaules assez larges pour tenir le cap d’un navire qui sera encore dans la tempête tout au long de l’année 2012, année de tous les dangers sur le plan économique et social.
Bien sûr, il reste le favori incontestable de ces élections présidentielles, mais là où Dsk aurait certainement balayé tout espoir de la droite de garder le pouvoir, dans les circonstances présentes, l’absence de charisme de François Hollande, son inexpérience des affaires de l'état permettent à Nicolas Sarkozy de continuer à entretenir une flamme qui, encore, pourrait fort bien briller au soir du 6 mai 2012.
Et même si les sondages sont à prendre avec une extrême précaution, ceux qui ne manqueront pas de nous parvenir très prochainement, nous donneront une indication non négligeable sur les conséquences de la perte du triple A pour les 2 principaux candidats.
Aussi, malgré ce revers important, il ne faut pas se murer dans un pessimisme à tout va.
La France, seconde économie de la zone euro, dispose toujours d'immenses atouts et des fondamentaux solides qui lui permettront de relever la tête et de récupérer son triple A dans les 5 à 8 années à venir.

12 commentaires:

  1. Quelles répercussions cela va-t-il avoir sur l'économie des pays francophones ?
    Le niveau de vie risque également de baisser; toutes les provisions venant principalement de l'Europe vont augmenter; les tarifs avion également. Cette crise est relativement mondiale, et il ne semble pas qu'un génie se présente au dernier moment pour effectuer un miracle : malheureusement.

    RépondreSupprimer
  2. Sarkozy vient de prendre un vrai coup de massue bien qu'il s'y attendait. Je crois en tout cas que la perte du triple A signe la fin de ses espoirs d'être réélu. S'il avait encore une chance, c'est terminé maintenant.
    Oui, les français sont imprévisibles et il faut s'attendre à tout. Pourtant, je ne crois même plus qu'il passera le premier tour des présidentielles. Je vois bien désormais Hollande - Le Pen au second tour.

    RépondreSupprimer
  3. La nouvelle a fait l'effet d'un bombe, c'est vrai mais tout le monde s'y attendait. Les marchés avaient anticipé depuis plusieurs semaines la perte du triple A. L'année 2012 va être très difficile pour la France et l'Europe et on se demande quand cette crise finira tant elle est longue et dure. Je ne crois pas que François Hollande sera l'homme de la situation compte tenu de sa gravité. Je n'apprécie pas Sarkozy que je trouve arrogant mais malheureusement, il reste celui qui a le plus de capacités à sortir la France de ce très mauvais pas malgré les erreurs qu'il a commises.

    RépondreSupprimer
  4. Entre 5 et 8 ans pour récupérer un triple A je croyais que tu faisais de l'humour Phemga mais en regardant sur le net, c'est effectivement la moyenne. Par contre pour perdre une note il faut seulement quelques mois.
    Bon, il ne faut pas non plus être trop pessimiste. La perte du triple A par la France fait surtout très mal à notre fierté nationale mais on s'en relèvera. Les conséquences que tu évoques sont réelles mais je crois qu'il faut quand même relativiser. On n'assiste pas à un naufrage. En attendant, l'ami Hollande doit jubiler de voir Sarko en grande difficulté. S'il devient président, on jugera enfin de ses capacités à redresser le pays. De tout manière, on sait bien qu'il ne fera rien de mieux et qu'il se contentera d'accuser son prédécesseur de tous les péchés de la terre.

    RépondreSupprimer
  5. La perte du triple A vient de ruiner les derniers espoirs de Nicolas Sarkozy d'être réélu. Je ne peux pas imaginer un seul instant qu'il puisse se relever d'une telle claque. Avec les Français il faut toujours s'attendre à des surprises mais là, c'est plus qu'improbable. Le problème est qu'avec François Hollande, notre seule chance que les choses s'arrangent serait que cette crise mondiale perde en intensité. Dans le cas contraire, on va droit dans le mur. Je n'ai rien contre Mr Hollande mais il ne m'inspire pas confiance. Ses discours ne me parlent pas. Je ne ressens rien lorsqu'il s'exprime. Il lui manque une dimension, une largeur d'épaules comme vous le dites Phemga.

    RépondreSupprimer
  6. Votre analyse sur la possibilité que les français votent malgré tout pour le président Sarkozy est pertinente. Le revers qu'il vient de subir peut lui être profitable dans 3 mois.
    Les français ont souvent fait mentir les sondages. Mais dans le duel Hollande Sarkozy, on a trop tendance à oublier le troisième larron qu'est Marine Le Pen. Je la vois bien au second tour au détriment de l'un des 2 favoris. Ceci étant, ce n'est pas elle qui aura la capacité de redonner son triple A à la France. Avec cette femme là, la France serait mal barrée.

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que la presse a bien dramatisé cette perte du triple A alors qu'elle était attendue depuis plusieurs semaines. Il y aura des conséquences, c'est évident mais ce n'est pas l'apocalypse et la vie doit continuer malgré les difficultés à venir. Comme le dit Rogange, là où nous avons le plus mal c'est surtout à notre fierté nationale.
    Je ne suis pas de votre avis Phemga sur les chances de Sarkozy aux prochaines élections. Avec cette perte du triple A, il est fini. Standard and Poor’s vient de le condamner. Le suspens ne joue plus. Sauf miracle on va se taper Hollande et c'est sans doute cela la plus mauvaise nouvelle pour la France en ce début d'année 2012.

    RépondreSupprimer
  8. Les Usa ont perdu également leur triple A et on a vu qu'ils ont très bien géré la situation par la suite. Les indicateurs économiques de la France ne sont pas aussi favorables que ceux des américains mais ce n'est quand même pas la fin du monde parce qu'on passe de AAA à AA+. Par contre pour Sarkozy, c'est cuit. Il ne s'en remettra pas et il peut dire adieu à un second quinquennat.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis d'accord avec vous Phemga, ce revers pour la politique de Sarkozy peut très bien lui être favorable. Mes sensibilités ne vont pas du côté de ce monsieur mais lorsque je vois Hollande, je pense qu'il vaudrait mieux garder le capitaine à la barre, comme vous le dites, qu'un type dont on n'est pas certain qu'il sache où il va mettre les pieds en cas de victoire. C'est vrai, Dsk me semblait tout indiqué pour reprendre le flambeau mais voilà, il est hors course et il faut l'oublier. Pour l'heure, les français vont devoir encore se serrer la ceinture et l'avenir n'est pas rose.

    RépondreSupprimer
  10. Ok, nous avons perdu le triple A mais la terre tourne toujours aujourd'hui. Seuls ceux qui supportent encore Sarkozy s'accrochent à l'espoir qu'il peut être réélu. L'homme est dans la mouise jusqu'au coup et il faudrait une grue incroyablement puissante pour le soulever et le remettre sur la bonne route.
    Mais avec les français, tout peut arriver. Sarko le sait très bien et il va jouer ses dernières cartes avec toute son énergie.
    Mais de l'énergie, après la gifle qu'il vient de prendre, le lui en reste t'il?

    RépondreSupprimer
  11. Adieu veau, vache, cochon, couvée pour reprendre une expression bien connue de La Fontaine. Nicolas Sarkozy va sortir par la petite porte.
    J'entends par là qu'il ne passera même pas le premier tour des élections présidentielles. Marine Le Pen et François Hollande doivent jubiler car les portes du second tour sont pratiquement grandes ouvertes.

    RépondreSupprimer
  12. Puisque vous parlez des présidentielles de 2012, le plus terrible est d'avoir l'impression qu'il ne s'offre aucun choix satisfaisant au niveau des candidats. C'est vraiment déprimant.

    RépondreSupprimer