mardi 31 janvier 2012

Lorsque l'intégrisme islamique s'approprie le printemps arabe pour mieux asseoir son influence dans le monde



Alors que le printemps arabe de 2011 restera sans nul doute comme l'un des évènements les plus importants de ces 50 dernières années, que le monde entier aura observé la fin de quelques régimes dictatoriaux qui paraissaient indétrônables, on constate aujourd'hui, non sans un certain effroi, que la démocratie ardemment souhaitée par les peuples opprimés risque de se transformer, au fil des mois, en un totalitarisme religieux peut-être encore plus liberticide que les régimes précédents.
Dans plusieurs articles en 2011, j'ai salué chaleureusement et sans réserve, la chute des dictateurs et la détermination de ces populations arabes qui ont accompli une tâche empreinte d'un courage absolument admirable.
Comme beaucoup de monde certainement, j'étais sous le charme irrésistible de ces révolutions arabes qui ont tout balayé sur leur passage et dont les hommes et les femmes ont arraché le droit de croire qu'un monde meilleur était possible.
Anesthésiés par les images de ces peuples décidés coûte que coûte à briser leurs chaînes, emportés par ce tsunami révolutionnaire, nombre d'entre nous ont omis de prendre en réelle considération la menace intégriste, pourtant si présente, pour nous complaire dans une attitude béate d'admiration.
Aujourd'hui, en ce début d'année 2012, l'euphorie passée, il convient de revenir rapidement sur terre.
La montée progressive et inéluctable de l'intégrisme religieux, dans les pays traversés par le printemps arabe, est profondément inquiétante.
J'observe avec consternation que les barbus ont su parfaitement utiliser le concept de la démocratie pour parvenir au pouvoir ou s'en rapprocher fortement.
Ce qui se passe, particulièrement en Tunisie où les islamistes ont gagné les dernières élections, rappelle quelque peu, toute proportion gardée, l'arrivée au pouvoir de Khomeiny en Iran, revenu de son exil français après la chute du shah.
A l'époque, une dictature avait été chassée pour laisser la place à une autre, encore plus pernicieuse.
Alors que Monsieur Marzouki, l'actuel président de la Tunisie, mord la main de ceux qui l'ont accueilli pendant son exil en France, en critiquant ouvertement les français pour leur prétendue islamophobie, dans son propre pays, une poussée intégriste harcèle et fustige les femmes afin qu'elles cessent de s'habiller à l'occidental et qu'elles portent au moins le hijab avant qu'on ne leur impose la burqa.
Par la même occasion, des barbus illuminés menacent les librairies qui vendraient des livres ne respectant pas les valeurs de l'islam.
On assiste donc, de manière graduelle, à un mauvais remake du régime des mollahs et des ayatollahs de Téhéran.
En Egypte, alors que l'armée vient de transférer le pouvoir législatif à la nouvelle chambre basse du Parlement, les formations islamistes, vainqueurs des dernières élections organisées récemment, s’affairent pour consolider leur influence et s'octroyer définitivement les rênes du pays.
En Libye, où la guerre civile a laissé des traces encore bien visibles, chaque jour les intégristes profitent de la faiblesse des institutions étatiques pour avancer leurs pions et peser de tout leur poids sur le gouvernement de transition qui prône pourtant très clairement un islam modéré.
A la lumière des diverses incertitudes et des menaces intégristes qui se dessinent, les opinions publiques européennes comprendront mieux aujourd’hui les raisons pour lesquelles les pays occidentaux ont longtemps soutenu des régimes comme celui de Ben Ali en Tunisie ou de Moubarack en Egypte.
Ceux-ci constituaient un rempart solide contre l'avancée du fanatisme religieux.
La frilosité de la France, lors des premiers remous tunisiens fin 2010, trouve donc une explication plus cohérente, un an après la chute du pouvoir local.
Et au regard de ce que nous observons en Tunisie, en Egypte et en Libye, il serait peut-être temps de tirer un premier bilan d'une situation de plus en plus inquiétante et confuse, où l'espoir de parvenir à une vie meilleure n'est plus aussi évident aujourd’hui qu'au moment de la chute des dictateurs.
On pourrait se montrer désinvolte et jouer l'éternelle politique de l'autruche en affirmant que la montée de l'intégrisme, dans les pays du printemps arabe, n'aura de conséquences qu'au sein des états concernés.
Malheureusement, les évènements politiques actuels, s'ils perdurent, créeront inévitablement un impact négatif sur les pays occidentaux et spécialement sur la France qui, depuis des années, voit chaque jour avancer insidieusement l'intégrisme religieux dans ses banlieues les plus défavorisées mais également dans celles qui le sont moins.
Cela serait une pure folie de nier la montée en puissance de l'intégrisme islamique, souvent lié au terrorisme et qui canalise les peurs les plus vives de notre société moderne.
Si nous ne relevons pas la garde, celui-ci parviendra certainement à déstabiliser tous les fondamentaux de notre vieille démocratie.
A terme, les pays du printemps arabe, que les opinions publiques occidentales auront soutenues avec la plus grande ferveur dans leur quête pour un monde nouveau, pourraient devenir les têtes de pont privilégiées de l'avancée des intégristes islamistes vers le continent européen.
L'islam radical, qui est une insulte infâme à l'islam modéré, n’est pas autre chose qu’une idéologie de combat dont le principal objectif est d'imposer par tous les moyens la charia, de détruire toute valeur démocratique et de s’octroyer le pouvoir.
Dans les années à venir, alors qu'à l'intérieur de notre tissu social, de plus en plus de problèmes d'incompatibilités dans les modes de pensée voient le jour, c'est tout l'édifice politique et culturel de la France qui pourrait s'en trouver menacé.
Et la première question qui me vient immédiatement à l'esprit me semble fondamentale :
Pendant combien de temps tolérerons-nous encore sur notre sol des populations, certes très minoritaires mais appelées à croître considérablement, qui méprisent nos traditions et nos valeurs tout en s’accommodant fort bien de nos lois pour faire valoir leurs différences, au nom de notre liberté républicaine ?
Jusqu'à présent, par crainte d'atteintes aux droits de l'homme et pour ne pas s'attirer les foudres des associations contre le racisme, les politiques ont toujours montré une incapacité flagrante à dénoncer et à contenir cet obscurantisme d'un autre temps qui, peu à peu, grignote les bases de notre société.
Le fameux printemps arabe, que nous avons tant admiré, risque de se transformer en cheval de Troie susceptible de déverser sur l'occident quelques centaines de chefs religieux fanatiques supplémentaires qui, se prétendant investis d'un droit divin, combattront nos idées et prétendront détenir la vérité sur la manière dont nous devrons concevoir notre existence.
Il n'est pas dans mes intentions de faire ici le procès d'une religion et de revenir sur mes propos tenus dans un précédent article en avril 2011 : "La laïcité en question et la place de l'islam en France"
J'affirmais alors que l'islam modéré avait toute sa place dans la société laïque française et que nous devions faciliter la construction de lieux de culte.
J'assume plus que jamais mon opinion à ce sujet car j'ai toujours éprouvé un profond respect pour l'islam modéré dont les vrais préceptes, qui invitent à la tolérance et à l'acceptation des différences religieuses, sont aux antipodes d'un islam radical qui impose, par la violence, ses lois nauséabondes venues du moyen âge.
Cependant, les récentes "embrouilles" politiques qui se déroulent dans les pays du printemps arabe, me conduisent désormais à formuler une prudence de tous les instants face à un fléau qui n'aura jamais gagné autant de terrain depuis ces 12 derniers mois.
Et à cet égard, les "prêcheurs de haine", les "faiseurs de terreur" qui manipulent les foules et qui interprètent le coran au gré de leurs intérêts et de leurs délires, doivent être combattus sans aucune concession, sans compromis possible.
Chaque parcelle de tolérance, consentie à l'endroit de ces fous furieux, est une grande victoire pour l'intégrisme et une régression sur l'échelle des libertés pour notre société.
J'ose encore espérer que ces milliers de héros des révolutions en Tunisie, en Egypte et en Libye ne se feront pas subtiliser les valeurs pour lesquelles ils ont engagé ce combat si noble pour cette liberté qu'ils ont tant appelée de leurs vœux et dont beaucoup d'entre eux ont sacrifié leur vie.
Dans le cas contraire, il ne serait être question d'accepter à nos portes des régimes à l’iranienne, qui alimenteraient les bûchers de l'inquisition jusqu'aux parvis de nos églises et qui tenteraient d'acquérir l'arme nucléaire.
Et le printemps arabe, qui nous a rempli de tant d’émotions et d'espérance, pourrait fort bien nous entraîner un jour dans un conflit meurtrier pour défendre notre mode de vie qui n'est pas exempt de reproches, mais qui n'en demeure pas moins le nôtre et auquel nous tenons par dessus tout.

15 commentaires:

  1. Et oui, les barbus comme vous dites Phemga ont considérablement refroidi l'ardeur de ceux qui ont soutenu les révolutions dans le monde arabe. Les intégristes musulmans sont devenus les grands gagnants du printemps arabe et on peut sérieusement s'inquiéter pour l'avenir. Si ça continue, il faudra enclencher une seconde révolution pour stopper ce qui semble inévitable. A moins que ceux qui se sont battus pour que les choses changent estiment qu'un régime intégriste convient parfaitement à leur style de vie.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison Phemga, lorsqu'on voit comment les évènements tournent on comprend mieux pourquoi les occidentaux ont soutenu aveuglément ces régimes totalitaires pendant des décennies. Les retards à l'allumage de la France lors de la révolution tunisienne ne sont peut-être pas issus d'une simple maladresse du gouvernement français mais d'un besoin évident de peser le pour et le contre du changement qui s'annonçait.
    Quant aux occidentaux, les faiblesses qu'ils montrent à l'encontre des intégristes couteront sans doute très cher.
    Il faut se souvenir qu'on a eu la même nonchalance à l'égard des nazis dans les années 1920 et on sait ce qu'il est advenu du monde.

    RépondreSupprimer
  3. Ho là là Phemga, tu vas te faire lapider par les barbus mon frère et on va te ramasser à la petite cuillère.
    Et bien oui, puisqu'au nom de la démocratie et des diverses libertés de ceci et de cela il faut laisser tout le monde dire et faire n'importe quoi, il est normal qu'on permette aux intégristes de déverser leurs flots de haine contre les infidèles que nous sommes. Il est normal qu'ils le fassent en plus chez nous sans qu'ils soient inquiétés. Mais il ne faut pas nous plaindre. Nous n'avons que ce que nous méritons et nous ne récoltons que ce que nous avons semé. Nos propres libertés et notre démocratie finiront par nous perdent car Allah akbar.
    Alleluia.

    RépondreSupprimer
  4. Phemga, vous dites tout haut ce que les gens pensent tout bas mais préfèrent taire pour ne pas être accusés de racistes. La menace intégriste ne date pas du printemps arabe mais vous avez raison, les fanatiques religieux se serviront de ces évènements fabuleux pour étendre leur influence partout dans le monde et pas seulement en occident. Tout cela est assez effrayant mais comme le dit Rogange les occidentaux ne vont récolter que ce qu'ils ont semé. Rien n'arrive jamais par hasard.

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve que vous diabolisez un peu trop les intégristes musulmans au point de vouloir engendrer des peurs qui ne sont pas vraiment fondées. Il faut bien entendu rester vigilant mais la fin du monde occidental tel qu'il est n'est pas pour demain ni après demain. Je ne crois pas du tout en une vaste machination des intégristes musulmans pour dominer le monde. Ils n'auraient pas les moyens d'y parvenir et en sont bien conscients. Le tableau que vous brossez est trop pessimiste même si tirer la sonnette d’alarme n’est pas inutile.

    RépondreSupprimer
  6. En fait, ce que vous proposez Phemga, sans oser le dire, c'est une nouvelle croisade contre les musulmans. Si vous relisez l'histoire, les croisades se sont toutes mal terminées pour ceux qui les ont organisées. Je vous concède néanmoins qu'il y a de quoi être inquiet sur ce qui se passe en Afrique du Nord où, cela est vrai, les intégristes sont de plus en plus influents.

    RépondreSupprimer
  7. A part vous Abbrigot, personne ne parle de croisade contre les musulmans. C’est malheureusement toujours la même chose. Dès que des gens osent écrire certaines choses sur des sujets sensibles, on essaie de les culpabiliser. Je suis étonnée que vous n’ayez pas parlé de racisme anti musulman. Il n’y a qu’à se promener dans Paris, même dans les beaux quartiers, pour compter le nombre de femmes qui sont voilées. Il y en a de plus en plus et elles prouvent, s’il en était encore besoin, que l’intégrisme franchit chaque jour des pas supplémentaires en France. Il y a encore quelques années voir une femme portant le hijab était exceptionnel et faisait l’objet d’une simple curiosité. Allez donc dans les grandes, moyennes et petites villes de France et vous verrez que l’exceptionnel est devenu courant. Il en sera de même pour le port de la burqa qui aujourd’hui reste marginal mais qui demain paraîtra normal. Etant française de confession musulmane et fière de l’être, je ne crains pas de dire que les femmes en hijab et en burqa sont la preuve vivante, avec leur nombre de plus en plus important, que l’intégrisme a fait son nid en France et en Europe.
    Malheureusement, le nid deviendra grand et plus imposant avec les années si rien n’est fait par les autorités pour en limiter l’influence. Car comme le dit Phemga, l’intégrisme sait très bien se servir des valeurs de la démocratie pour s’approprier le pouvoir et fermer les portes à double tour ensuite. La tactique est éprouvée depuis bien longtemps.

    RépondreSupprimer
  8. Le printemps arabe a été porteur d'immenses espoirs et il l'est encore. L'influence des intégristes malheureusement tendrait à gâcher la fête mais il appartient à ceux qui ont lutté pour chasser les dictateurs du pouvoir de ne pas se laisser voler leur combat pour la liberté. Et si pour cela la révolution doit reprendre, et bien qu'il en soit ainsi. Une fois les intégristes bien installés il sera très difficile de les déloger. Toute médaille a un revers et celle du printemps arabe peut avoir un goût très amer.

    RépondreSupprimer
  9. Vous qui parlez tous là, est ce que vous ne vous êtes jamais demandés que ce qui arrive est tout simplement la volonté de dieu. Or on ne lutte pas contre sa volonté. Ce qui doit arriver viendra.

    RépondreSupprimer
  10. Plus le temps passe et plus on se dirige doucement vers une nouvelle guerre de religions. Les prochaines générations ont vraiment de quoi être inquiètes. Dans les commentaires précédents on parlait de croisade. Je crois qu'elle a déjà commencé depuis longtemps mais au lieu d'être nord-sud elle est sud nord.

    RépondreSupprimer
  11. Comme d'habitude Phemga vous n'avez pas votre plume dans la poche. Il est difficile de vous contredire tant ce qui se passe devant nos yeux est troublant. Après les réjouissances, le printemps arabe pourrait bien être la source d'une très grande instabilité mondiale. Mais attendons de voir avant de crier et de pleurer. La vie est faite de plein de surprises qui ne sont pas toutes désagréables.

    RépondreSupprimer
  12. Hou là. Rien qu'en voyant les photos de l'article j'ai peur.

    RépondreSupprimer
  13. C'est encore moi Phemga. Tu sais comme j'aime te pourrir l'existence. Au lieu de stresser sur les intégristes, profite de la Can et des victoires des panthères du Gabon. Bon je te laisse. Je viens de m'apercevoir avec horreur que ma vilaine femme a oublié sa burqa avant de sortir avec ses copines. Je ne te dis pas la raclée à son retour. Je prépare les petits cailloux.

    RépondreSupprimer
  14. Le printemps arabe était un évènement énorme mais les intégristes le colonisent et pour eux il y a une opportunité unique d'influencer durablement toute l'Afrique du Nord. Ils ne laisseront pas passer cette occasion inespérée et s'ils ne sont pas contenus, les désillusions vont arriver en masse. Et puis si les choses finissent mal, on demandera à Sarkozy d'envoyer ses Rafales. Heu, ça sera surement Hollande. Et avec Hollande pas de Rafales.

    RépondreSupprimer
  15. Les intégristes musulmans ne font que se comporter comme les prêtes qui évangélisaient les pays colonisés par les européens dans les siècles précédents. Nous assistons à un juste retour de baton.

    RépondreSupprimer