lundi 19 mars 2012

Crimes coloniaux de la France en Algérie : des regrets officiels pour une vraie réconciliation



Alors que les souvenirs douloureux d’une guerre qui aura laissé, de part et d’autre, de profondes cicatrices continuent d’entretenir un climat passionnel, voire malsain des deux côtés de la méditerranée, l’anniversaire le 18 mars 2012 des 50 années de la signature des accords d’Evian, qui auront ouvert la voie, 4 mois plus tard, à l’indépendance de l’Algérie, est une très bonne occasion pour revenir sur une question régulièrement placée sur le devant de la scène :
La France doit-elle se repentir pour son comportement envers le peuple algérien, pendant toute la période de la colonisation de 1830 à 1962 ?
Le gouvernement algérien continue de revendiquer cette repentance officielle sans laquelle il affirme qu’on ne pourra jamais tourner la page de cette sinistre époque.
Il faudrait cultiver une dose de mauvaise foi hors du commun pour nier que la France a commis de nombreuses exactions et des crimes épouvantables au cours de la période coloniale, puisque la conquête de l'Algérie aura entraîné la disparition de près d'un tiers de la population locale.
De 1830 à 1962, les massacres, les déportations, les exécutions sommaires et les tortures se seront pratiqués au fil des avancées de la colonisation et des différentes révoltes qui auront jalonné les 130 années de la domination française en Algérie.
Les tristement célèbres "enfumades" des années 1844 et 1845, au cours desquels périront des milliers d'algériens, dont des femmes et des enfants, resteront à jamais comme le summum des horreurs perpétrées par le régime colonial de l'époque.
Oui, la France pays des droits de l’homme, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité a gravement porté atteinte, en Algérie, aux valeurs universelles qu’elle a toujours véhiculées aux quatre coins du monde.
Oui, elle a commis de multiples crimes de guerre contre le peuple algérien, qui sont incontestables, et de ce fait, elle est redevable d'une dette immense envers l'Algérie.
Au regard de telles évidences que les historiens se seront chargés de nous révéler, au-delà des haines et des rancœurs du passé, je crois sincèrement que le temps est venu pour la France de se résoudre à reconnaître les faits et à exprimer officiellement des regrets.
Cela serait tout à l’honneur d'un pays qui s’est égaré jadis dans des actes d’une indignité en tout point révoltante.
On ne pourra jamais avancer de manière significative dans les relations franco-algériennes tant que les choses resteront en l'état, tant que le silence perdurera, que les tabous persisteront.
Il faut qu'un geste très fort soit entrepris pour donner le signale d'une réconciliation définitive.
Et dans ce domaine, il revient à la France de tendre la main à l'Algérie. 
L'énorme symbolique de cette action permettrait de franchir un palier d'une importance capitale dans les relations entre les deux pays qui sont si compliquées, si empreintes de méfiance et d'incompréhension depuis l'indépendance de l'Algérie.
Cela dit, si l'état algérien est dans son droit le plus strict en demandant la repentance de la France pour ses crimes coloniaux, il ne doit pas occulter les agissements passés de ses propres compatriotes.
Le gouvernement algérien devrait veiller à ce que sa mémoire, un peu trop sélective, s'ouvre sur une vision plus réaliste et plus conforme à l'histoire commune entre la France et l'Algérie.
En effet, pendant la guerre d'Algérie, au cours de la période de 1954 à 1962, les combattants de l'ALN (Armée de libération nationale) n'étaient pas en reste en matière d'exactions et de crimes de guerre.
Pis encore, c'est après les accords d'Evian et plusieurs jours après la proclamation de l'indépendance de l'Algérie, le 5 juillet 1962, que des enlèvements massifs et les massacres de plusieurs milliers de civils européens, hommes, femmes et enfants, auront été commis.
Et que dire de l'extermination organisée des harkis et de leurs familles, tous considérés comme des traîtres, quelques jours seulement après l'indépendance ?
On peut naturellement comprendre la haine viscérale des algériens envers les harkis qui est à comparer avec celle des français envers ceux qu’on appelait les collabos au cours de la seconde guerre mondiale, mais rien ne justifie le massacre systématique, dans des conditions abominables, de plusieurs dizaines de milliers de personnes dont des centaines de familles entières.
Force est de reconnaître que dans le monde de l'horreur absolue, dans ce qu’il existe de plus abject, de nombreux algériens auront surpassé leurs "maîtres" français en matière de terreur et de bestialité.
Ces crimes atroces ne doivent pas être passés sous silence et l'état algérien ne peut s'en démarquer.
Il n'est écrit nulle part que sous prétexte qu'on lutte pour l'indépendance de son pays, les exactions et les assassinats massifs, commis contre ceux qui sont considérés comme les envahisseurs, sont absous sur l'autel de l'histoire.
La guerre d'Algérie était une guerre si sale qu'elle s'est poursuivie malgré les accords d'Evian et malgré la proclamation de l'indépendance.
Après cinquante années de non-dits, de mensonges d'états, tant en France qu'en Algérie, il serait peut-être temps désormais que chaque partie prenne conscience des vérités de l’histoire, même si elles heurtent les sensibilités, exacerbent les susceptibilités et bouleversent les discours propagandistes. 
Et si la France doit incontestablement être la première à formuler des regrets pour ses crimes contre le peuple algérien, ce même peuple ne saurait passer au travers de ses propres exactions, et il appartient au gouvernement algérien d'en tirer lui aussi toutes les conséquences. 
Je ne terminerai pas sans avoir une pensée particulière pour les grands oubliés de cette sale guerre, les harkis, qui étaient au service de l'armée française.
Leur abandon par l'état français qui a refusé à l'époque de donner des consignes pour un rapatriement général en métropole, afin de les protéger de ce qui était inévitable, restera comme l'une des plus grandes infamies de toute l'histoire de France.

20 commentaires:

  1. Vous traitez là un sujet bien délicat Phemga.
    Bien sur que la France a commis des crimes pendant la colonisation de l'Algérie et il y a longtemps qu'elle aurait dû s'excuser pour ce qui s'est passé. Mais la peur d'avoir à s'excuser pour l'ensemble de son œuvre vis à vis de tous les autres pays qu'elle a colonisés la rend peu encline à franchir le pas. Si demain la France s'excusait offiellement, nous verrions une bonne partie des pays africains exiger eux aussi des excuses. Et c'est cela qui fait peur à la France. Reconnaitre que globalement la colonisation a été un procédé néfaste pour ceux qui en ont subi les conséquences. Vous avez eu raison de rappeler qu'en Algérie la France n'a pas eu le monopole des horreurs. La nécessité d'avoir à défendre son pays n'est pas un sauf conduit pour commettre des atrocités. Et sur ce plan, je crois que les algériens n'ont rien eu à apprendre des français. J'espère comme vous qu'un jour un président français aura le courage d'exprimer les excuses de la France pour les crimes de la colonisation. C'est à elle de faire le premier pas car c'est elle qui a été l'envahisseur dans cette période coloniale.

    RépondreSupprimer
  2. Pendant la moitié de votre article j'ai cru que vous faisiez un véritable plaidoyer pour la repentance de la France sur les crimes de la colonisation en Algérie et je me disais que vous omettiez étrangement de rappeler les crimes commis par les rebelles algériens pendant et juste après la guerre d'Algérie.
    J'ai été pris à contre-pied et j'ai eu le plaisir de constater que vous n'avez pas oublié le comportement tout aussi condamnable des algériens.
    Vous le décrivez d'ailleurs fort bien. Je crois donc que la France, si elle doit s'excuser pour ses crimes ne doit pas le faire seule mais avec l'Algérie qui elle aussi doit émettre des excuses. Sans excuses algériennes, pas d'excuses françaises.
    C'est mon opinion qui en vaut une autre.

    RépondreSupprimer
  3. Et bien mon Phemga, s'il existe un sujet qui peut t'attirer un maximum de commentaires outranciers c'est bien celui de la guerre d'Algérie. Trop de passion, trop de rancœur existent encore aujourd'hui mais tu as le mérite de t'essayer sur un sujet excessivement sensible qui fait que prendre une position neutre est très difficile.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien aimé votre article Phemga et vous expliquez très bien les responsabilités des uns et des autres. Pourtant, si vous n'avez pas hésité à écrire que la France devait s'excuser pour ses crimes pendant la colonisation en Algérie vous avez été beaucoup moins précis sur les excuses algériennes qui selon moi s'imposent également. Vous indiquez que l'Algérie doit tirer toutes les conséquences des crimes commis par les algériens mais vous ne vous prononcez pas explicitement pour des excuses algériennes comme vous l'avez fait lorsqu'il s'est agi de la France. Vous faites une allusion mais la nuance que vous avez employée me trouble.

    RépondreSupprimer
  5. Il se trouvera sans doute un président français pour faire un jour des excuses à l'Algérie mais n'imaginez pas un seul instant que l'Algérie fera des excuses pour ses propres crimes.
    La logique de victimisation permanente est tellement présente chez les Algériens qu'ils ne vont pas en plus s'excuser pour des actes qu'ils assimilent à de la légitime défense.
    Dans quelques siècles peut-être un changement de mentalité interviendra mais il y a bien longtemps que nos enfants et nos petits enfants ne seront plus de ce monde.

    RépondreSupprimer
  6. Si la France devait se repentir ça serait pour les crimes commis lors de la colonisation d'une grande partie de l'Afrique et non pas seulement de l'Algérie. Au nom de quel privilège il faudrait qu'elle se repente pour l'Algérie seulement alors que d'autres pays ont durement souffert du colonialisme français. Je pense par exemple à Madagascar où des dizaines de milliers de gens sont morts après de nombreuses répressions. D'autre part, qui dit colonialisme dit aussi esclavage. Il y aurait là aussi beaucoup de choses à dire et d'autres excuses à faire. Le jour où la France aura le courage de s'excuser pour ses crimes coloniaux et la traite des esclaves auprès de tous les pays qu'elle a dominé, alors on pourra affirmer qu'une page a définitivement été tournée. Mais ce jour là n'est pas près d'arriver. Vous parlez Phemga des crimes commis par les algériens sur les européens et les harkis. Cela est regrettable mais à côté des crimes de la France pendant la colonisation, ils ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan.

    RépondreSupprimer
  7. La conquête de l'Algérie dès 1830 et la guerre d'Algérie qui aura mis fin à la domination française en 1962 resteront encore pour longtemps des sujets particulièrement sensibles tant les souffrances endurées furent importantes. Il ne faut pas oublier que c'est la France qui a envahi l'Algérie au cours d'une conquête militaire. C'est elle qui a commis les premiers crimes, les premières exactions, qui a organisé les nombreuses déportations de populations. Elle se doit par conséquent d'exprimer une repentance pour ce qu'elle a fait pendant cette période. Je crois comme vous Phemga que c'est à la France d'effectuer le premier pas pour permettre une évolution importante des relations franco algériennes qui restent empoisonnées par un trop lourd passé dont on ne sait pas encore tout. Les algériens ont commis aussi de nombreux crimes contre les européens et les harkis et vous avez raison de le souligner car la souffrance n'a pas été que d'un seul côté. Mais tant que la France n'acceptera pas d'exprimer des excuses pour son comportement pendant la colonisation, il ne faudra rien espérer des algériens dans la reconnaissance de leurs propres crimes.
    Comment réagiraient les français s'ils étaient à la place des algériens ?
    On oubli souvent de se poser cette question.

    RépondreSupprimer
  8. Tout ça c'est bien jolie mais en attendant quand on voit ce que les algériens ont fait toutes ces années après leur indépendance, on peut se demander si tous les sacrifices qu'ils ont consentis pour obtenir leur liberté valaient vraiment le coup. Je serai tenté de dire: tout ça pour en arriver là?
    C'est assez consternant.

    RépondreSupprimer
  9. La page de la colonisation française en Algérie a déjà été en partie tournée. La France est le premier partenaire commercial de l'Algérie et si les algériens n'avaient pas décidé d'avancer, ils ne commerceraient pas du tout avec la France. Bien sur, personne n'a oublié ce qui s'est passé parmi les algériens âgés mais l'écrasante majorité des gens dans ce pays à moins de 40 ans et elle ne se sent pas forcément concernée par l'histoire de la colonisation française. Le principal problème du peuple algérien à notre époque est de parvenir à sortir de la pauvreté en trouvant un emploi. L'histoire du pays et la lutte pour l'indépendance ne sont pas du tout des sujets qui font débat chez les jeunes.
    Il faut avouer pourtant que des excuses de la France pour les crimes commis lors de la colonisation seraient bien accueillis mais si la repentance ne vient pas, la vie continuera pour chercher d'abord à s'en sortir. Le reste n'est que symbole et politique.

    RépondreSupprimer
  10. Si la France accepte de s'excuser pour ses crimes pendant la colonisation de l'Algérie elle va devoir s'excuser, un à un chez tous les autres pays qu'elle a colonisés. Cela va créer un précédent très désagréable pour l'hexagone.
    Je ne dis pas que la France ne doit pas s'excuser, bien au contraire, mais une telle action ne restera jamais limitée à la seule Algérie car tous les autres dirigeants africains voudront leur part du gâteau. Et cela, je serai très étonné si la France acceptait de suivre ce chemin qui reviendrait à reconnaître que son action soi disant civilisatrice n'était que conquêtes, esclavage et violence. Cela signifierait que la France accepte aussi de remettre en question une partie de son histoire. Et pour employer le vocabulaire de Xeros, si cela arrive il y aura bien longtemps que nos enfants et nos petits enfants ne seront plus de ce monde.

    RépondreSupprimer
  11. Mes grands parents étant pieds-noirs, je doute très fort Phemga qu'ils aillent dans votre sens en ce qui concerne votre opinion sur la repentance de la France. Lire votre article pourrait d'ailleurs les mettre dans une colère violente. Votre article fait très bien la part des choses et décrit parfaitement les responsabilités des uns et des autres dans les atrocités commises. Il pose un vrai problème de conscience. Vous avez bien entendu raison lorsque vous évoquez les crimes de la France mais pour les pieds noirs, l'Algérie était également leur pays. Or, ils y ont été chassés après avoir subi eux aussi des massacres horribles. Pour mes grands parents, l'amour pour l'Algérie, leur pays, est toujours aussi intense mais si vous leur demandez ce qu'ils pensent d'une éventuelle repentance de la France, il n'y aura qu'un seul mot qui sortira de leur bouche: Jamais
    Et moi, petite fille de pieds noirs, je pense qu'une repentance réciproque serait la meilleure solution. Vous suggérez d'ailleurs cette possibilité à la fin de votre article. Je regrette aussi comme Gaby57 que vous n'ayez pas été plus précis sur ce point comme vous l'avez été en ce qui concerne la France.
    J'ai apprécié votre pensée pour les harkis qui ont été abandonnés par l'état français. C'est une honte éternelle pour notre pays.

    RépondreSupprimer
  12. Si l'Algérie est devenue une nation indépendante depuis 1962, elle n'est malheureusement pas encore libre. Si nous faisons le bilan de ce qui s'est passé depuis 50 années, on peut légitimement se demander à quoi ont servi les sacrifices d'un peuple qui s'est révolté contre la tyrannie coloniale. 50 années d'indépendance dont plus de 10 ans d'une guerre larvée contre les intégristes qui s'est avérée très meurtrière, une bande de privilégiés au pouvoir qui s'en sont mis plein les poches au détriment du peuple et une misère qui touche une majorité d'algériens dans un milieu où la seule loi qui règne est celle de la corruption généralisée. Cette situation n'est pas glorieuse et elle ne justifie pas le sacrifice de centaines de milliers d'algériens. Triste Algérie, triste vie pour un pays qui regorge de matières premières. Les histoires qui concernent la repentance de la France, l'algérien de base, il s'en fiche. Cette repentance ne lui apportera pas un meilleur niveau de vie et ne remplira pas son estomac. Que peut-on faire de symboles politiques qui ne visent qu'à enorgueillir une infime minorité de la population?

    RépondreSupprimer
  13. Cette guerre là a fait couler beaucoup d'encre. Les excuses de la France ne doivent pas concerner seulement l'Algérie.
    C'est quoi cette histoire?
    Les français ont colonisé la moitié du continent africain et une partie du moyen orient et il n'y aurait que l'Algérie qui aurait droit à des excuses pour les crimes commis par les colonisateurs?
    Cette affaire, il faut la généraliser à l'ensemble des pays colonisés.
    L'Algérie n'a pas subi l'esclavage contrairement aux pays d’Afrique noire.
    Phemga, vous nous avez oublié nous les blacks.

    RépondreSupprimer
  14. C'est pour tout son passé colonial que la France devrait s'excuser et pas seulement pour ce qui a eu lieu en Algérie. Les allemands se sont bien excusés pour le nazisme pourquoi les français ne suivraient pas cet exemple en s'excusant pour le colonialisme ?
    On peut espérer que si un jour il y a une repentance française pour les crimes de la colonisation en Algérie, d'autres repentances viendront. Le plus dur c'est de faire le premier pas.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne m'attendais pas à une telle position de votre part Phemga.
    Etant moi même pied-noir, je n’accepterai jamais que l'état français conçoive l'idée d'un repentir envers l'Algérie. Je précise que je n'ai rien contre les algériens. J'ai des amis parmi eux avec lesquels je joue régulièrement à la pétanque. Je ne vais pas vous raconter ma vie mais les horreurs que ma famille a vécues en Algérie en 1962, après les accords d'Evian, resteront toujours gravées au plus profond de notre âme. Je sais que les algériens ont beaucoup souffert également, je ne le nierai pas mais j'espère de tout cœur que le jour où la France exprimera des excuses à l'état algérien, je serai déjà mort depuis longtemps

    RépondreSupprimer
  16. Les excuses viendront bien un jour, j'en suis persuadée. Il faut qu'elles viennent. C'est obligatoire pour apaiser les consciences. L'idéal serait qu'elles ne s'expriment pas trop tard pour que ceux qui ont souffert dans leur chair soient encore de ce monde. Il n'a jamais été honteux de demander pardon.

    RépondreSupprimer
  17. Je n'ai jamais été pour le culte de la repentance. On ne refera pas l'histoire et ce qui a été fait ne peut être défait. Allons plutôt de l'avant en évitant de trop se retourner, sinon on avance à reculons.

    RépondreSupprimer
  18. Si ça continue, on va exiger que la France se repente pour les campagnes napoléoniennes. Quand allons nous demander aux romains de s'excuser pour la colonisation de la Gaule ?

    RépondreSupprimer
  19. Je suis d'accord Phemga. L'honneur de la France voudrait qu'elle fasse des excuses à l'Algérie pour les crimes de la colonisation. Mais je crois que ces excuses ne viendront jamais où alors dans quelques dizaines d'années. La France n'est pas encore prête à reconnaitre les conséquences dramatiques de sa politique coloniale. Les algériens ont eux aussi commis des crimes mais cela était uniquement dans le cadre de la libération de l'Algérie. Ce qui s'est passé après les accords d'évian et l'indépendance était toujours dans la suite de cette guerre. Je ne veux pas défendre les crimes des algériens mais donner seulement une explication. Les algériens n'ont jamais demandé à la France de leur voler leur pays. Les haines accumulées depuis tant d'années ont été la cause directe de toutes les exactions dont vous parlez.

    RépondreSupprimer
  20. Je pense que la priorité de l'Algérie devrait être de redonner de l'espoir à sa jeunesse qui vit sans illusions et qui est plus ou moins livrée à elle même. Je ne suis pas pour des excuses de la France comme je ne suis pas plus pour des excuses algériennes. A quoi cela sert de regarder en arrière. Les dirigeants algériens devraient montrer plus d'orgueil à rendre heureux leur peuple qu'à exiger des excuses qui les flatteraient personnellement.

    RépondreSupprimer