lundi 16 avril 2012

Raymond Aubrac : Une grande voix de la résistance s'est éteinte


 

L’un des derniers géants de la résistance française, Raymond Aubrac, a cessé le combat et vient de déposer les armes à 97 ans, ce 10 avril 2012.
Raymond a donc rejoint son inséparable Lucie qui, depuis 5 années, l’attendait avec sans doute beaucoup d'impatience dans ce monde qu'on appelle l'éternité.
Un monument de l'histoire contemporaine de la France vient de tomber mais sa légende demeurera toujours présente dans ce pays qu'il a aimé passionnément et qu'il a défendu jusqu'à son dernier souffle.
A notre époque où le patriotisme, notamment chez beaucoup de jeunes, est souvent considéré comme un sentiment ringard, où ces derniers situent parfois la seconde guerre mondiale comme datant de la préhistoire, il est bon de se rappeler que des hommes et des femmes, un jour, on refusé la défaite pour dresser, au péril de leur vie, le flambeau de la justice et de l'espérance.
Il y a peu de français qui ont pris la réelle mesure de ce qu’ils doivent à des personnages comme Raymond Aubrac, résistant de la première heure à la dernière minute.
En tirant sa révérence, ce héros de l'ombre que l'on croyait immortel, nous lègue un héritage historique et intellectuel d’une très grande valeur, qu'il nous appartient de protéger et d’entretenir pour les générations actuelles et à venir.
Ingénieur des ponts et chaussées, il rencontrera Lucie, professeur agrégé en histoire et géographie, qu'il épousera en 1939.
Prisonnier de guerre en juin 1940, c'est grâce à elle qu'il s'évadera pour rejoindre la zone libre.
C'est avec elle qu'il s'engagera la même année dans l'un des premiers mouvements de la résistance, Libération Sud.
Alors que le régime de Vichy choisit peu à peu la compromission, la collaboration, la trahison et la déportation, déshonorant ainsi la France comme elle ne l'avait jamais été au cours de sa longue histoire, Raymond Aubrac fait partie très tôt de cette minorité agissante qui refuse l'armistice signée par Pétain dont ce dernier était alors encore considéré par tous les français comme le vainqueur de Verdun.
Raymond Aubrac deviendra ainsi l'un des plus grands symboles de la résistance française.
Et Lucie Aubrac, qui organisera de nouveau magistralement sa fuite après sa capture par la Gestapo à Caluire en 1943, où seront pris dans ce coup de filet plusieurs responsables de la résistance, dont Jean Moulin, achèvera de faire entrer ce couple mythique dans la légende de la résistance.
Même les allégations de l'ancien chef de la Gestapo de Lyon en 1983, le tortionnaire Klaus Barbie qui, au cours de son procès pour crimes contre l'humanité, accuse Raymond Aubrac d'avoir joué un rôle dans l'arrestation de Jean Moulin à Caluire, relayées par son avocat Jacques Vergès, spécialiste de la désinformation, ne parviendront pas à ternir la réputation de Raymond Aubrac.
Cela dit, si les différentes enquêtes des historiens et les nombreux témoignages d'anciens combattants disculpent totalement Raymond Aubrac, il subsiste malgré tout des zones d'ombre qui n'ont jamais été mises en lumière, transformant l'affaire de Caluire en l'une des plus grandes énigmes de la résistance.
Mais comment croire en la parole d'un ancien nazi malade, fourbi par le poids des âges et certainement manipulé par un avocat sans cesse avide de grands spectacles et de révélations théâtrales, alors qu'on sait que Barbie vouait à son grand ennemi Raymond Aubrac une haine jamais apaisée, malgré les années passées ?
La vie de Raymond Aubrac, ne se résume pas cependant à la seule période de la seconde guerre mondiale où il a organisé et supervisé certains courants de la résistance.
Pendant plusieurs décennies après la libération, il se sera placé au service de l'état, occupant différents postes à responsabilités.
Personnellement, je regrette ses sympathies pour les communistes bien qu'il n'ait jamais été encarté.
Il y a certainement une signification à ce paradoxe pour un homme riche de tant de principes et de convictions !
Il faut reconnaître que de nombreux résistants français, au cours de la seconde guerre mondiale, étaient de sensibilité communiste.
Par égard pour la mémoire de Raymond Aubrac, je ne créerai pas de polémique dans cet article sur les véritables motivations de ces résistants rouges dont je ne parviens pas encore à savoir s'ils se battaient contre les Allemands pour sauver la France ou pour aider leurs grands camarades russes aux prises avec Hitler.
Un peu des deux sans doute...
J'ai en revanche beaucoup apprécié le souci permanent de Raymond Aubrac de se donner pour mission de transmettre aux générations futures, l'histoire de la résistance française et ses enseignements.
Pendant de nombreuses années, avec son épouse Lucie, il aura témoigné très souvent, dans les collèges et les lycées, de ses nombreux engagements pour la France, de ses idées, de ses espoirs.
Ce valeureux témoin du passé, toujours tourné vers l'avenir, n'aura donc jamais cessé de se battre pour que le souvenir de la résistance française perdure au fil du temps, afin que jamais ne disparaisse le sens de l'honneur et des responsabilités, dès lors qu'il s'agit  de défendre son pays.
Et si une grande voix de la résistance s'est éteinte, la flamme de Raymond Aubrac continuera encore longtemps de briller dans la mémoire collective de ceux pour qui le mot patriotisme a encore une signification en ce début de 21ème siècle.

10 commentaires:

  1. Bel hommage à Raymond Aubrac Phemga.
    On sent quand même que vous avez certains problèmes avec les communistes puisque dans vos propos, vous ne pouvez pas vous empêcher d'envoyer quelques observations assez tendancieuses à leur intention.

    RépondreSupprimer
  2. Une des dernières mémoires de la résistance vient de disparaître. Il fallait bien que cela arrive un jour, nul n'étant éternel même si on a tendance à le croire quelque fois.
    Raymond Aubrac manquera beaucoup à ceux qui sont férus d'histoire et de témoignages sur la résistance.

    RépondreSupprimer
  3. Raymond Aubrac a peut-être emmené dans sa tombe des secrets qui ne seront jamais élucidés.
    C'est mieux ainsi pour tout le monde.
    Puisque nous ne savons pas grand chose sur la fameuse affaire de Caluire, il n'est pas utile de laisser la place aux doutes et il serait indigne d'encourager la calomnie.
    Un héros de la France est mort et il mérite tout le respect et l’hommage de la nation.
    La légende de la résistance continue ainsi de perdurer.

    RépondreSupprimer
  4. Le vieux Raymond a rejoint sa dulcinée Lucie au paradis des héros.
    Tous les 2 avaient des accointances avec les communistes mais à l'époque être communiste c'était adhérer à un idéal de vie. De très nombreux jeunes partageaient cet idéal. Placé dans le contexte de la guerre et du joug nazi, il représentait un formidable espoir de liberté.

    RépondreSupprimer
  5. Et oui Aurore, une chose est sure, Phemga ne votera pas pour Mélenchon.
    Raymond Aubrac est donc parti et il a reçu logiquement les hommages de la nation reconnaissante.
    Son courage pendant la guerre n'est plus à démontrer et tout ce qu'il a entrepris au cours de cette triste période a considérablement rehaussé l'honneur de la France dont une partie de la population et surtout le régime de Vichy se sont fourvoyés avec l'ennemi.

    RépondreSupprimer
  6. Les anciens résistants se font de plus en plus rares. Comme pour les anciens combattants de la première guerre mondiale qui ont totalement disparu, ceux de la seconde s'éclipsent un peu plus chaque année. Il reste les enfants et les petits enfants pour entretenir la flamme des héros qui sont partis. C'est vrai Phemga, pour certains jeunes, la guerre de 39/45 c'est un peut la préhistoire et les valeurs du patriotisme ne sont plus ce qu'elles étaient. La société change, les mentalités aussi. Aujourd'hui, le bleu, blanc, rouge pour les 15-20 ans ne sont pas des couleurs plus importantes que le vert, jaune et noir. Raymond et Lucie Aubrac n'ont pas eu le temps de se rendre dans toutes les écoles de France pour transmettre leur message

    RépondreSupprimer
  7. Il fallait beaucoup de courage à l’époque pour entrer dans la résistance tant les moyens et les effectifs étaient peu importants. Il fallait vraiment avoir la foi pour lutter dans ce climat de défaite de collaboration et de trahison. Beaucoup de résistants anonymes y ont laissé leur vie et n’ont pas eu la chance d’être médiatisés comme la famille Aubrac.

    RépondreSupprimer
  8. La couple Aubrac était un mythe de la résistance. Avec le départ de Raymond Aubrac, on a l'impression que tout un pan de la mémoire de la résistance est parti avec lui. C'était un grand Monsieur et je lui tire mon chapeau.

    RépondreSupprimer
  9. Aubrac était un héros de la résistance et on ne pourra jamais le lui enlever ça. Dommage quand même qu'il ait été impossible de trouver des réponses détaillées de ce qui s'est vraiment passé à Caluire. Il y a sa version et celle de Barbie. On a tendance à croire Raymond Aubrac puisqu'il a été innocenté des calomnies de Barbie et de Vergès mais il y a quand même un petit doute qui subsiste parce que justement la version d'Aubrac a changé à plusieurs reprises. Ce sont ces différents changements qui maintiennent le doute. Il n'en reste pas moins que je salue son rôle dans la résistance. Il a fait partie de ceux qui ont redonné de l'honneur à la France qui en a tant perdu pendant cette période.

    RépondreSupprimer
  10. Il est regrettable que la France ait manqué de héros de cette trempe à cette époque. Malheureusement, ce qu'on retiendra de ce terrible conflit est que la collaboration et la trahison ont brillé bien plus que le courage. Pétain aura vraiment égaré les français dans sa trop grande précipitation à lever les bras en l'air dès qu'il a obtenu les responsabilités de l'état. Et dire que ce monsieur était considéré comme un héros de la grande guerre...

    RépondreSupprimer