mercredi 30 mai 2012

Eric Zemmour, ce chroniqueur qui dérange les adeptes du politiquement correct



Après sa critique acerbe sur le nouveau garde des Sceaux, Christiane Taubira, dans sa chronique quotidienne du 23 mai dernier sur RTL "Z comme Zemmour", Eric Zemmour se retrouve une nouvelle fois au centre d'une polémique où la chasse aux sorcières bas son plein.
Le chroniqueur a pour habitude de véhiculer des opinions souvent dérangeantes pour les prétendus bien-pensants de la société qui, sous le couvert d'associations contre le racisme, de partis politiques, ou de différents médias, rivalisent de grands mots pour s'offusquer, s'indigner, se décréter scandalisés et finalement pour condamner lourdement le "petit canard boiteux" qui n'entre pas dans le cadre strictement vertueux de certains principes moraux qui étouffent la liberté d'expression.
Ceux qui connaissent Eric Zemmour et qui suivent régulièrement ses chroniques ou ses diverses autres interventions médiatiques, savent parfaitement que l'homme ne s'est jamais embarrassé du langage pompeux et conventionnel qui sied à tout bon journaliste désireux de rester dans le droit chemin, à savoir que dès lors qu'il s'agit de sujets sociaux éminemment sensibles, tout le monde se réfugie dans le royaume de l'hypocrisie pour éviter les coups de bâton assurés.
Or, Eric Zemmour n'a jamais fait dans la dentelle ni la bienséance.
Aussi discutable que peuvent être ses propos, qu'on aime ou qu'on déteste le personnage, c'est justement son style controversé qui a fait son succès et il sait en jouer.
Dans cette fameuse chronique du 23 mai, Eric Zemmour exprimait sont désaccord sur l'attitude de Madame Taubira qui, en quelques jours, aurait choisi "ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues qui sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs qui sont dans le mauvais".
Zemmour persiste dans son attaque contre Christianne Taubira où, selon ses dires, elle ferait preuve de compassion et de compréhension pour "ces pauvres enfants qui volent, trafiquent, torturent, menacent, rackettent, violentent, tuent aussi parfois". 
D'autre part le chroniqueur, au nom d'une féminisation de la société qu'il dénonce, reproche à Christiane Taubira son souhait de faire voter une nouvelle loi sur la répression du harcèlement sexuel.
Ceci, après la censure du Conseil constitutionnel sur la législation précédente, jugée trop floue, juste avant le second tour de l'élection présidentielle.
Cette attaque contre le garde des Sceaux a donc entraîné de véritables procès en sorcellerie, dignes de la période de l'inquisition.
Il est d'ailleurs heureux qu'on n'envoie plus les gens sur le bûcher, auquel cas, Eric Zemmour y aurait brûlé depuis fort longtemps. 
Il est évident que certains propos d'Eric Zemmour méritent la critique.
Je pense particulièrement à sa position sur la féminisation de la société qui révèle un personnage machiste mais en aucun cas les accusations formulées contre sa rubrique quotidienne, jugée haineuse et raciste, ne sont justifiées.
La nouvelle politique pénale de Madame Taubira apparaît à mes yeux comme un angélisme malsain puisqu’en décidant de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, elle ouvrent une porte à la culture systématique de l’excuse, chaque fois qu'une de ces petites raclures, quelques soient ses origines ou l'endroit où il vit, sera interpellée pour des délits multiples et répétées.
Les nouveaux déboires d'Eric Zemmour avec des associations qui prétendent lutter contre le racisme ou avec des gens appartenant à des partis politiques qui se veulent républicains, me conduisent à formuler plusieurs observations.
Dans un pays où la liberté d'expression est régulièrement remise en question par les défenseurs d'une pensée monolithique, où il est de plus en plus courant de se retrouver devant les tribunaux pour délit d'opinion, on ne peut s'étonner de constater que de plus en plus de gens égarés, se sentent proches de certains partis extrémistes dans lesquels ils trouvent une sorte de réconfort, une forme de protection morale et psychologique. 
Dans un pays où l'élection d'un président de la République fait soulever, plus de drapeaux étrangers que de drapeaux français, dans un lieu de surcroît rempli de tant de symboles qu'est la place de la Bastille, que lors de la campagne de certains candidats, on a entendu bien plus souvent entonner l'International que la Marseillaise, il n'est pas surprenant de remarquer que certaines personnes, dont l'instruction n'est pas la qualité première, expriment des craintes, souhaitent le repli sur soi et développent des idées nationalistes.
Dans un pays où certains quartiers de banlieues sont devenus de véritables zones de non droit où la police a pour principale instruction de ne surtout pas faire de vagues, où les pompiers et les médecins sont caillassés ou rackettés, où chaque jour la peur fait se tordent les tripes, on peut comprendre que les faibles aspirent à des changements radicaux, peu compatibles avec la tradition d'accueil de la France et ce, dans l'espoir unique d'une vie tout simplement plus apaisée.
Qu'on ne s'y trompe pas, je ne cherche pas à défendre ici les écarts de langage et encore moins des discours qui porteraient atteinte à la dignité humaine, mais si des vérités, aussi désagréables soient-elles, sont automatiquement rangées dans la colonne "raciste" ou "xénophobe", pour parvenir au but ultime d'en annihiler la teneur, qu'en est-il de la libre circulation de la diversité des opinions, qui est un élément fondamental à la bonne santé d'une démocratie ?
Quant à SOS Racisme ou le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) qui ont porté de lourdes accusations contre Eric Zemmour et qui se disent scandalisés par ses propos, je ne me souviens pas que ces associations se soient montrées consternées par certains rappeurs qui, dans ce qu'on a le plus grand mal à appeler une chanson, insultent continuellement la France.
Je n'ai jamais constaté d'indignation lorsque des jeunes de banlieues ont brûlé le drapeau français ou sifflé la Marseillaise, ou encore lorsque certains humoristes étaient accusés de proférer des paroles racistes contre quelques minorités très influentes du pays.
Il est bien difficile de donner foi aux allégations de ces organisations qui ont pour vocation de lutter contre le racisme mais qui cultivent avec beaucoup de talent l'indignation sélective.
Nous le savons tous, Eric Zemmour n’est pas un saint homme mais il reste entièrement dans son rôle de polémiste et de chroniqueur dans les propos qu'il a employés.
Ce ne sont pas ses idées que je défends mais son droit à les exprimer en toute liberté.
Et le devoir de ceux qui les contestent n'est pas de porter des accusations à tout va mais de contredire celles-ci par une expression intellectuelle, orale ou écrite, sans pour autant instaurer un climat qui consiste à établir systématiquement un procès d'inquisition contre le personnage.
A ce rythme là, le fait que Madame Taubira, soit une personne de couleur va peu à peu l’exonérer de toute critique, de peur que les habituelles accusations de racisme et de xénophobie ne tombent comme la foudre sur le malheureux qui osera afficher la moindre opinion négative à son égard.
J’espère sincèrement qu’Eric Zemmour continuera d’exprimer librement ses idées dans les médias, malgré les coups de fusil qui partent dans tous les sens, ne serait-ce que pour envoyer un bras d’honneur à ces pourfendeurs de la liberté d'expression, ces sinistres disciples de la pensée unique qui voudraient épurer le pays de toute forme de contestation et de dénonciation visant à apporter une lumière personnelle sur la face cachée de notre société décidément bien malade.
Force est de reconnaître que la France dispose elle-même de ses propres "barbus" dont l’obscurantisme primaire doit être rigoureusement combattu par "la plume et le papier". 
Et le meilleur moyen de lutter est de continuer de projeter ses idées en laissant les chiens aboyer.

23 commentaires:

  1. Eric Zemmour s'y entend pour provoquer et je dois avouer que je n'apprécie que très modérément ses idées. Pourtant, je suis de votre avis, celles-ci ne méritent pas qu'on les taxe de racistes ou de xénophobes et surtout, dans la logique de la liberté d'expression, il n'y a aucune raison pour qu'on essaie de le faire taire par des procédés qui n’honorent pas leurs auteurs.

    RépondreSupprimer
  2. Ce que tu dis n'est pas faux Phemga mais en prenant la défense du diable, on va aussi te diaboliser, lol.
    Pour ce qui est de laisser les chiens aboyer, ils sont tellement nombreux qu'ils font bien trop de bruit et il faudrait peut-être sonner la fin de la récréation en leur rappelant fermement que la liberté d'expression n'est pas une liberté qui fonctionne dans un seul sens et que tout le monde y a droit pourvu qu'elle ne soit pas utilisée pour insulter ou diffamer.

    RépondreSupprimer
  3. Zemmour est souvent une cible pour les associations anti racistes parce qu'il dénonce certaines vérités dont il est politiquement incorrect de parler. La récente prise de position en sa faveur de Marine Le Pen a bien des chances de le desservir. Ses ennemis ne vont pas hésiter à se servir du soutien de la présidente du FN pour tenter de le diaboliser encore plus. Je crains qu'il devienne dans peu de temps indésirable dans les médias qui vont avoir une peur bleue de lui ouvrir leur porte pour qu'il continue d'exprimer ses idées.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'aime pas du tout Eric Zemmour et je trouve ce type dangereux. Si on n'entendait plus parler de lui, je penserais que cela serait une très bonne nouvelle. Ses prises de position contre la féminisation de la société sont la preuve qu'il n'est qu'un vulgaire machiste.
    Je comprends que la diversité des opinions soit nécessaire à la démocratie mais on ne peut pas dire n'importe quoi n'importe comment sous prétexte de liberté d'expression. Je préfère en tous les cas Phemga ces journalistes qui, comme vous le dites, utilisent un langage pompeux et conventionnel que ce Zemmour qui gagne le plus souvent son argent en tapant sur la tête de ses concitoyens. Je regrette d'ailleurs beaucoup que vous le défendiez même si vous affirmez que c'est d'abord son droit à l'expression de ses idées qui vous intéresse plus particulièrement.
    Votre position est assez tendancieuse mais c'est votre droit de l'avoir.

    RépondreSupprimer
  5. Je hais ce mec. C'est une honte de faire du fric en envoyant des coups de mitraillette à tout le monde pour un oui ou pour un non. Je comprends donc très bien qu'on essaie de lui renvoyer la monnaie de sa pièce.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis de ceux qui apprécient beaucoup Zemmour et je suis en parfait accord avec votre article Phemga. Les principes de la liberté d'expression sont de plus en plus souvent menacés en France et ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'avenir.
    Il y en assez des discours de convenance où il ne faut surtout pas choquer. Il est bon d'entendre d'autres vérités dont cette presse trop bien pensante mais surtout très sélective dans ses critiques cherche à nous écarter.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, il faut laisser les chiens aboyer et que la caravane passe...
    J'ai toujours eu du mal à calculer ce Zemmour qui dit les choses sans fioriture mais qui parfois ferait mieux de plus réfléchir avant de parler ou d'écrire. Ca lui éviterait de prendre des vestes un peu trop souvent. Ses idées sont une chose mais il gagnerait à tenter de les exprimer avec un ton moins agressif tout en maintenant leur contenu.

    RépondreSupprimer
  8. Les propos d'Eric Zemmour sont surveillés de très près par toutes ces associations contre le racisme, toujours très enclines à une judiciarisation à outrance dès que le plus petit mot qui pourrait être considéré comme xénophobe y est trouvé. C'est vrai qu'on peut se poser quelques questions sur les motivations de certains responsables de ces associations dont la tendance à l'indignation est effectivement très sélective. Vous avez d'ailleurs Phemga donné des exemples bien concrets à ce sujet. Ceci étant, comme vous l'avez également indiqué, Zemmour n'est pas un saint homme et ses propos ont souvent pour but de choquer ou de blesser car il ne faut jamais oublier que c'est ce comportement volontairement agressif qui a fait sa notoriété et qui lui permet de faire bouillir la marmite. Il est donc normal que de temps en temps il subisse les conséquences de ses opinions qui ne sont pas toutes recommandables. Cela n'enlève rien au fait qu'il a le droit de les exprimer sans être automatiquement taxé de raciste ou de xénophobe, surtout lorsque ses propos ne sont que la pure vérité et qu'il est très facile d'en vérifier la véracité.

    RépondreSupprimer
  9. SOS Racisme passe une bonne partie de son temps à envoyer une véritable charia à ceux qui refusent le politiquement correct pour dire les vérités qu'on essaie de cacher.
    Mais l'état est complice dans les agissements de cette organisation puisque c'est bien la justice qui a condamné Zemmour pour ses propos lorsqu’il affirmait que la plupart des trafiquants de drogue sont noirs ou arabes. Affirmation totalement fondée. Il suffit de faire un tour dans certaines banlieues pour que cela crève les yeux.
    La France va décidément très mal et certains se trompent de cibles pour mieux respecter ce terrible politiquement correct qui est appelé à faire de plus en plus de ravages.
    Pardonnez moi, je ne suis pas raciste mais j'aime mon pays et j'en ai de plus en plus honte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cerbère, je vous invite à vous rapprocher du lien ci-dessous pour mieux apprécier les détails de la condamnation d'Eric Zemmour à propos des faits que vous relatez.
      Eric Zemmour n'a pas été condamné à cause de cette seule phrase dont vous faites référence.
      On en revient toujours au même problème dont Zemmour est souvent coutumier, à savoir l'outrance dans les propos qui génère un manque de mesure et de retenue.

      http://www.liberation.fr/societe/01012320842-eric-zemmour-condamne-pour-provocation-a-la-haine-raciale

      Cordialement.

      Supprimer
    2. Phemga, dis moi que je rêve.
      Pour quelqu'un qui a l'habitude de voter à droite, donner le lien d'un journal de gauche c'est vraiment d'un mauvais goût.
      Mais depuis le résultat de l'élection présidentielle peut-être es-tu passé de l'autre côté de la barrière mon frère.
      Toi, si je te vois à la récré, tu vas me donner quelques explications! Non mais...

      Supprimer
    3. Bien vu Rogange.
      Tout du moins pour le journal de gauche.
      En ce qui concerne le reste, rassure-toi, je ne suis pas une girouette.

      Supprimer
  10. Vous me permettrez Phemga de ne pas être de votre avis par rapport à votre position dans votre article.
    Zemmour est pour moi ce qui se fait de pire en matière de racisme intellectuel. Ce n'est pas parce qu'il emploie des mots des quartiers riches parisiens qu'il faut lui pardonner ses excès de langage. Et pour obliger ce genre de type à un minimum de respect, le meilleur moyen est de s'en prendre à sa bourse en lui intentant des procès chaque fois qu'il dérape.

    RépondreSupprimer
  11. Il y a quand même une forme de courage en ce Zemmour. Il sait bien qu'il va prendre des coups et encore des coups et pourtant il persiste dans sa ligne de conduite. On peut ne pas être d'accord avec ce qu'il dit mais reconnaître l'existence d'une volonté constante de résister aux pressions des moralisateurs de notre bonne vieille société plus si bonne que ça d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  12. Eric Zemmour est un sale con prétentieux qui mérite d'être mouché. Désolé pour le mot employé mais je n'en vois pas d'autre pour parler de lui et tant pis si vous me censurez Phemga.
    Ce mec est rempli de haine que sa relative bonne éducation lui permet de contenir mais jamais de cacher. J'espère que RTL va le virer et qu'il se retrouvera au chômage pour lui apprendre le respect et la tolérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Abdaljef, on peut être un sale con prétention mais néanmoins dire des vérités.
      Et ce n'est pas parce qu'elles sont dérangeantes qu'elles sont remplies de haine.
      J'avoue ne pas trop aimer Zemmour car il est effectivement prétentieux et sa suffisance me met mal à l'aise. Mais cela ne veut pas dire qu'il raconte n'importe quoi. Il serait bien d'ouvrir les yeux de temps en temps même si ce sont de sales cons prétentieux qui nous montrent la voie.

      Supprimer
  13. On ne compte plus les gens qui ont été poignardés pour avoir osé dire des vérités qui fâchent.
    Zemmour finira ainsi, dans un placard à balais.
    Telle est la réalité sur la vraie liberté d'expression dans notre beau pays la France.

    RépondreSupprimer
  14. Et bien moi je l'aime bien Zemmour.
    Au moins il n'est pas hypocrite comme tous ces petits parvenus carriéristes qui ne songent qu'à leur propre bien être dans leurs beaux quartiers friqués.
    Il est facile de donner des leçons lorsqu'on ne trouve jamais devant son hall d'entrée des mecs qui vendent de la drogue ou des objets volés.

    RépondreSupprimer
  15. Phemga, vous aviez déjà fait un article en janvier 2011 sur Zemmour où vous défendiez déjà son droit d'exprimer ses opinions.
    C'est bien de revenir à la charge plus d'une année après votre précédent article. L'histoire est un éternel recommencement surtout quand il s'agit pour certains d'égratigner la liberté d'expression aussitôt qu'une opinion les indispose.
    Zemmour est ce qu'il est, choquant, troublant même caricatural mais sans langue de bois. Et à notre époque, la langue de bois étant utilisée comme on respire, j'apprécie la franchise des opinions tout en n'étant pas toujours sur la même ligne que Zemmour.

    RépondreSupprimer
  16. Je ne vous donne pas tort Phemga dans vos propos mais Zemmour fait aussi parti des chiens qui aboient. Lui aussi aboie un peu trop et fait trop de bruit avec ses discours moralisateurs. Ok, ce n'est pas une bonne raison pour l'envoyer brûler en enfer mais les mises en garde ne sont pas inutiles pour éviter les débordements de langage qu'il utilise parfois sans discernement.

    RépondreSupprimer
  17. Je vous trouve un peu trop complaisant avec Eric Zemmour et par contre très sévère envers la France et les français dans vos observations.
    Mais on dit souvent: qui aime bien châtie bien.
    Moi, Zemmour me fait froid dans le dos.

    RépondreSupprimer
  18. Tout à fait de l'avis de Celestin. Des sympathies FN peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En cette période d'élections législatives, Anonyme, permettez-moi de vous corriger : On ne dit pas FN mais Rassemblement Bleu Marine.

      Supprimer