dimanche 5 août 2012

JO 2012 : Le foulard de la discorde


En acceptant, à la stupéfaction générale, le port d'un foulard ou d'un voile au cours de la participation d'une concurrente saoudienne dans la discipline du judo, dont les règles, pour des raisons de stricte sécurité, imposent à tout le monde de combattre tête nue, les membres du CIO auront donc ouvert une porte qu'il ne sera désormais plus jamais possible de refermer à l'avenir.
Une fois de plus, dans un contexte où le fanatisme religieux gagne chaque jour du terrain, on aura permis, après de multiples tractations, à l’obscurantisme d'imposer ses propres règles au détriment de celles qui existaient déjà.
Les exigences de l'Arabie Saoudite, dictature religieuse impitoyable et arriérée, qui se situe à la troisième place, derrière la Corée du Nord et l'Afghanistan, dans le classement de l'Index Mondial de Persécution des chrétiens dans le monde, auront donc triomphé.
(www.portesouvertes.fr/index-mondial-de-persecution/) 
Cette victoire, éminemment symbolique, d'une ampleur planétaire, montre que le radicalisme religieux a décidément de beaux jours devant lui depuis l'avènement des révolutions arabes que je croyais naïvement, voici encore quelques mois, destiné à apporter la liberté aux peuples opprimés.
Une jeune fille de 16 ans, simple potiche d'une propagande politico-religieuse orchestrée par son sinistre pays, aura ainsi défrayé, malgré elle, la chronique sportive des Jeux Olympiques de Londres 2012.
Ne maitrisant visiblement aucun des fondamentaux du judo, tant elle paraissait techniquement démunie face à son très modeste adversaire du jour, Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shaherkani aura donc été la première "athlète" féminine saoudienne de l'histoire olympique. 
Et son ridicule bonnet noir, qui a finalement remplacé le voile exigé, n'aura rien arrangé à un pitoyable numéro de cirque effectué sur le tatami, dont on pourrait sourire ou se gausser si celui-ci, pendant 82 secondes qui ont paru des heures, n'envoyait pas un message clair et significatif à tous ceux qui justifient leur tyrannie religieuse en prétendant agir au nom de Dieu.
On pourrait croire que la première participation d'une saoudienne à des Jeux Olympiques est une preuve du désir de l'Arabie Saoudite d'évoluer quant à sa manière de traiter la femme, mais il n'en est rien.
Ce semblant d'ouverture, intervenu après l’insistance des membres du CIO, a été transformé fort opportunément par les dirigeants saoudiens, en propagande islamique qui n'aura servi qu'à faire avancer la cause de l'intégrisme au sein de la communauté internationale. 
Un jour viendra où un pays comme l'Arabie Saoudite, à coups de milliards de pétrodollars, obtiendra l'organisation des Jeux Olympiques.
Cette perspective affolante est inéluctable.
Et ceux qui dirigeront le CIO à l'avenir, aussi inconscients qu'ils le sont actuellement, pour ne pas déplaire aux seuls vrais "représentants" de Dieu sur terre, accepteront sans nul doute que nos sportives soient dans l'obligation de porter elles mêmes le voile ou un bonnet pour cacher le sommet insultant de leur crane mais aussi un survêtement complet pour ne pas montrer leur corps musclé d'infidèles sans foi ni loi.
Et si une telle abjection devait survenir de mon vivant, j'espère avoir le courage de jeter, par la fenêtre, mon écran de télévision pour ne pas être tenté d'appuyer sur le bouton de l'infamie et du déshonneur.
Et de grâce, qu'on m'épargne les éternelles accusations de racisme et d’intolérance formulées inlassablement par les soi-disant bien-pensants invétérés, qui ne visent qu'à taire les vérités pour mieux paraître en conformité avec la bonne société dont la doctrine du "peace and love" est aussi dangereuse que celle qui vise à imposer des dogmes moyenâgeux au monde entier.
Lorsqu'un pays qui pratique régulièrement la lapidation et la décapitation, qui traite mieux ses dromadaires que les mères de ses enfants, qui interdit la moindre construction d'un édifice religieux autre que musulman, qui ne tolère, d'aucune sorte, la possession d'une bible ou d'un chapelet, sous peine de prison et de torture, parvient à imposer ses lois rétrogrades et indigestes, au nom de la tolérance universelle et de l’acceptation des différences, je ne peux ressentir qu'un sentiment de profond malaise. 
Je ne terminerai pas sans éprouver une grande compassion pour une gamine innocente de 16 ans, manipulée sous les feux de l'actualité par des individus sans scrupules, avec la complicité active de certains membres parasites du CIO, et qui n'a certainement pas plus d'arguments que moi à faire valoir en matière de judo de haut niveau.

16 commentaires:

  1. Cette lamentable affaire est un très mauvais signale donné au monde sportif.
    Désormais les exigences vont se faire de plus en plus fortes et les voiles et autres bonnets vont se multiplier. C'est la fin de la laïcité des JO et le début des signes religieux ostentatoires.

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'ai trouvé le combat, si on peut appeler ça un combat, tellement drôle et ridicule, que je me suis bien marré devant ma télé. La pauvre gamine s'est ridiculisée et avec elle son charmant pays.

    RépondreSupprimer
  3. Tout ça pour ça!
    Nous avons assisté à une superbe farce qui nous aura fait passer un bon petit moment de télévision. Les responsables de cette tartufferie ce ne sont pas les saoudiens mais les membres du CIO qui ont baissé leur culotte pour se faire introduire en beauté. Excusez moi pour cette image peu reluisante mais qui correspond bien selon moi aux divers acteurs de cette regrettable histoire.

    RépondreSupprimer
  4. Beau réquisitoire contre l’obscurantisme Phemga mais tout ce qu'on peut dire ou écrire n'y changera rien. La charia et le voile islamique gagnent irrésistiblement du terrain et donnent malheureusement une bien piètre image de l'islam qui est pourtant une religion de grande tolérance.

    RépondreSupprimer
  5. Attention Phemga de ne pas trop diaboliser l'Arabie Saoudite qui dispose des 2 principales villes saintes de l’islam avec la Mecque et Medine. Vous pourriez froisser de nombreux musulmans, même si je reconnais que vos affirmations ne sont pas infondées.
    Mais vous le savez très bien, toute vérité n'est pas bonne à dire et l'interprétation qui pourrait être faite de votre article peut s'avérer violente et sans discernement. Quand il s'agit de religion, même les esprits les plus vertueux peuvent s'égarer sur des chemins de traverses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La religion peut rendre fou, c'est connu.
      Je propose qu'il soit donné 50 coups de bâton à Phemga pour avoir osé écrire ce que beaucoup d'entre nous gardons sous silence de peur justement d'être accusés de choses terribles contraires à nos propres idées.
      Vous voyez Samiroutsef, ce que j'aime chez notre ami Phemga c'est qu'il se sent au dessus de tout cela et qu'il est imperméables aux accusations simplistes de ceux qu'il appelle les bien pensants. Il y a des vérités qui sont salutaires et qui interpellent.

      Supprimer
  6. Lorsqu'on n'est pas croyant, on doit halluciner devant tant de bondieuserie mais les hommes sont ce qu'ils sont et la foi a toujours été le moyen de se projeter dans l'avenir avec plus de certitudes. Elle permet aussi de supporter les plus grandes douleurs. La foi modérée n'existe pas, quelque soit la religion. On croit ou on ne croit pas. C'est surtout la démesure de l'esprit humain qui crée les abus que nous observons par ci et là. Pour ce qui concerne l'intégrisme, je crois qu'il mange son pain blanc et qu'il va vivre son âge d'or. Cela n'est pas une bonne nouvelle mais il faut avouer qu'il a su profiter des faiblesses des uns et des autres et des révolutions récentes. Oui, des cas comme cette jeune judoka saoudienne vont désormais se multiplier mais la faute à qui? A ceux qui ont ouvert une porte qu'ils n'auraient jamais fallu ouvrir.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis de l'avis de Rogange. Avec cette jeune fille ultra médiatisée qui n'avait rien à faire sur un tatami, c'est tout un pays qui s'est ridiculisé. Le jeu en valait la chandelle puisqu'au final c'est l'intégrisme qui a triomphé des règles des infidèles. Et ce ridicule n'est rien à côté de l'immense victoire acquise contre les croisés. De tristes jours nous attendent.

    RépondreSupprimer
  8. Je trouve que nous avons fait beaucoup trop de bruit pour un simple bonnet. Et cette pauvre jeune fille avait l'air dépassé par les évènements dont elle était elle même la victime. Elle semblait paralysée par l'enjeu qui n'était pas sportif mais uniquement politique.
    Dans ce genre de pays la religion est d'abord une affaire de politique.

    RépondreSupprimer
  9. Il faudrait plus s'inquiéter sur ce qui se passe au nord du Mali que sur un tatami à Londres. Les fous qui se sont emparés de la moitié d'un pays sont beaucoup plus dangereux qu'une pauvre fille instrumentalisée par son pays. S'il faut livrer un combat, c'est dans le désert malien et non pas aux JO.

    RépondreSupprimer
  10. Cette gamine était pathétique et sa peur se voyait bien à l'écran. Par son intermédiaire l'Arabie Saoudite aura eu son heure de gloire. C'est une bien mauvaise nouvelle pour toutes les femmes musulmanes qui aspirent à prendre elles mêmes leurs destin en main.

    RépondreSupprimer
  11. Et bien oui, ça a été la commedia dell'arte dans toute sa splendeur. Les plus ridicules ce n'était pas la judoka ou même les saoudiens mais ceux qui ont permis qu'une telle chose se produise. Il y aurait des têtes à couper dans le Cio si j'ose m'exprimer ainsi.

    RépondreSupprimer
  12. Tout compte fait la judoka a fini par mettre un bonnet à la place du voile dont on se demande comment il aurait tenu sur sa tête si le combat avait duré. Pour ce qui est du bonnet, il faudrait en mettre un à chaque membre du CIO. Le bonnet d'âne.

    RépondreSupprimer
  13. Votre article est très pertinent mais je crois néanmoins que les médias ont fait un peu trop de bruit sur cette histoire qui a des allures rocambolesques. Effectivement, cette gamine n'est qu'une potiche au milieu d'une propagande religieuse qui ne méritait pas tout cet honneur médiatique. Je conçois qu'on ne doive pas passer sous silence la montée de l'intégrisme qui représente ce qu'il y a de plus dangereux pour notre société mais lui ouvrir une énorme fenêtre médiatique lui permet encore plus de s'installer dans la durée et d'asseoir ses positions.
    Vous avez fait il y a quelques semaines un excellent article sur les évènements du Mali où les intégristes se sont emparés de la zone nord. Comme l'a dit Bossuet, c'est là bas que se joue vraiment notre avenir et non pas sur un tatami où une pauvre fille s'est ridiculisée pour servir la propagande d'inquisiteurs musulmans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends votre opinion Hugo mais parler à outrance de ce gendre d'évènement c'est aussi interpeler le maximum de gens dans le monde.
      La médiatisation, même trop forte, a au moins le mérite de transmettre des informations qui permettent la réflexion.

      Supprimer
  14. Ce qui s'est passé avec cette judoka est un symbole très fort qu'il ne faut surtout pas négliger. Pour les intégristes, c'est une très grande victoire. La tolérance des occidentaux finira par leur coûter très cher. Les saoudiens doivent bien rigoler dans leurs palais dorés. Le doigt d'honneur avec la main droite et le V de la victoire avec la gauche.

    RépondreSupprimer