vendredi 12 octobre 2012

La montée en puissance de l'intégrisme musulman français



L'opération antiterroriste déclenchée dans plusieurs villes françaises voici quelques jours, qui a mené à l'arrestation d'un groupuscule islamique radical et à la mort, les armes à la main, d'un des membres de ce réseau, montre à quel point la société française est peu à peu infiltrée par des individus, extrêmement dangereux et prêts à tout pour faire triompher leurs délires religieux au nom de ce qu'il appelle le djihad.
Le profil de ces intégristes montre également que nous n'avons plus forcément à faire à des islamistes avertis et expérimentés mais à une forme d'islamo-banditisme composée de jeunes hommes fraîchement convertis, connus des services de police, dont certains sont passés par la case prison, alors que d'autres disposent d'une relative bonne instruction générale.
Et ces derniers, en majorité français, nés en France, confirment une nouvelle fois que la menace terroriste n'est plus seulement d'origine étrangère mais également locale, française.
La France sécrète donc des terroristes, intégristes musulmans, susceptibles de frapper sur le territoire national et de donner la mort à n'importe quel moment.
Il est certain que ces apprentis djihadistes entretiennent des liens étroits avec des groupes terroristes étrangers aguerris dont beaucoup se réclament du salafisme.
A l'ère de la communication intensive, internet est devenu un véritable accélérateur de la radicalisation vers l'islamisme pur et dur et donc vers le djihad.
Depuis plusieurs années, il n'est plus nécessaire pour les recruteurs, adeptes du salafisme, ou de toute autre espèce de doctrine barbare, de se déplacer en France pour manipuler et embrigader des jeunes désœuvrés, en mal d'identité.
Un simple ordinateur connecté au web suffit désormais à véhiculer toutes les propagandes de dégénérés islamistes qui visent à combattre la civilisation occidentale.
Et ces discours propagandistes, parfaitement ciblés, provenant du net ou de quelques prétendus imams autoproclamés vivant en France, visent essentiellement à exacerber la haine de la République, en donnant aux individus qui les écoutent l'illusion qu'ils représentent, aux yeux de l'islam, du prophète et de Dieu, une importance particulière que la société leur a toujours refusée et que de ce fait, ils détiennent une responsabilité personnelle dans l'avancée "civilisatrice" du djiad en France.
La fameuse phrase "La République m'a rejeté mais Allah m'a ouvert les bras" est plus que jamais d'actualité dans la descente des bas fonds nauséabonds de l'intégrisme musulman.
Sans doute faudrait-il demander son avis à Dieu quant à cette phrase grotesque mais aussi son opinion sur ces guignols qui, de tout temps, toute confession confondue, se sont octroyés impunément le droit de parler, de décider, de torturer et d'exterminer leurs semblables en son nom.
Faut-il rappeler que l'épouvantable Inquisition qui a frappé l’Europe, voici de nombreux siècles, était soi-disant de source divine ?
Certains y verront sûrement une nouvelle preuve que c'est l'homme qui a créé Dieu et non l'inverse, mais ceci est un autre débat.
Le fait que plusieurs des individus arrêtés par la police aient déjà connu l’incarcération nous rappelle que la prison est devenue, depuis plusieurs années, une école du fanatisme religieux et demeure un terreau pour l'islam radical.
Lorsque l'on sait que dans certaines prisons, au sein de la communauté musulmane, les lois de la République ne sont plus appliquées et que ce sont des prisonniers, islamistes radicaux, qui régissent les règles intérieures, au nez et à la barbe de surveillants peu nombreux, découragés et dépassés par des situations ingérables, comment s'étonner alors que de simples délinquants recouvrent la liberté avec un état d'esprit envahi par la haine et le fanatisme, prêts à en découdre impitoyablement avec les fondements de la République ?
Le démantèlement de ce groupuscule terroriste, qui détenait des armes et tous les ingrédients pour fabriquer une bombe, doit constituer le début d'une prise de conscience collective nationale.
Nous sommes tous directement concernés par la menace terroriste et les dirigeants français doivent impérativement tout mettre en œuvre pour donner à la justice et aux forces de police tous les moyens nécessaires pour lutter impitoyablement contre l'intégrisme musulman.
Pour se faire, il me semble que des solutions nous tendent les bras depuis longtemps mais la volonté politique reste grisée par des considérations économiques défavorables et le soucis permanent de rester en totale conformité avec les lois républicaines en vigueur, alors que celles-ci devraient incontestablement évoluer en fonction de l'importance de la menace pour le pays.

- Je crois qu'il est urgent de débloquer des fonds supplémentaires pour poursuivre le développement des moyens d'écoute et de surveillance de toutes les plateformes de communication utilisées par les islamistes, dans les quartiers sensibles et autres endroits suspectés d'abriter des individus susceptibles de passer à l'action armée ou d'aider à la mise en œuvre d'attentats terroristes.

- Il me parait absolument fondamental de dégager une enveloppe conséquente pour les prisons, malgré les contraintes budgétaires, afin de repérer et d'isoler efficacement  les pseudo imams autoproclamés, prêcheurs de haine.
Cela passe par un accroissement très significatif du nombre de surveillants pénitentiaires qui bénéficierait d'une formation adaptée, par la mise à disposition de quartiers spécialement affectés aux intégristes, qui seraient regroupés sans possibilité de côtoyer les autres détenus, mais aussi par l'accroissement important de la présence de nouveaux aumôniers musulmans, toujours agréés par l'état et les autorités religieuses compétentes mais ce coup-ci, rémunérés en partie par les instances religieuses musulmanes.
Pourquoi ces nouveaux aumôniers seraient partiellement pris en charge par les instances religieuses musulmanes ?
Tout simplement parce celles-ci se doivent enfin d'engager des démarches concrètes qui montrent au pays, à l'opinion publique, leur détermination sans faille à aider l'état dans sa lutte contre ce terrible cancer de l'islam que constitue l'intégrisme musulman.
Il ne suffit plus aujourd'hui de se contenter de condamner, du bout des lèvres, les exactions des intégristes et de s'élever contre la peur d'une stigmatisation.
L'islam inspire plus que jamais la crainte de nombreux français qui l'associent, certes à tort,  avec les mots "violence" et "intolérance".
Mais que penseraient les musulmans modérés de Tunisie, d'Algérie et du Maroc si demain un intégrisme chrétien menaçait ouvertement leur culture et leur pays ?
L'heure n'est donc plus aux discours de circonstances devenus, au fil du temps, vides de sens.
Le temps n'est plus aux vieilles rengaines entendues des dizaines de fois.
Depuis l'avènement des révolutions arabes, jamais l'intégrisme musulman n'a été aussi influent et puissant en France et dans le monde.
J'ai la conviction que les français, quelque soit leur religion, attendent désormais des principaux responsables musulmans de l’hexagone, des actes précis de solidarité et qu'ils sont las du verbiage habituel.

- Quant aux islamistes radicaux incarcérés qui, malheureusement sont appelés à recouvrer la liberté, il me semble qu'un certain nombre de mesures draconiennes s'impose.
A mon sens, cela impliquerait pour les individus de nationalité française l'obligation de porter un bracelet électronique, pendant plusieurs années, voire ad vitam aeternam, qui permettrait la localisation permanente des individus et leur mise hors d'état de nuire à la moindre faute avérée.
Pour les étrangers, ou ceux qui possèdent la double nationalité, la perte définitive de la citoyenneté française, l'expulsion immédiate à la sortie de prison vers le pays d'origine et ce, sans considération d'une présence familiale et d'enfants français qui a trop tendance à justifier un maintien sur le territoire.
Il appartiendrait alors à la famille de rejoindre ou non l'individu expulsé en fonction des accords ou des conventions en vigueur entre la France et le pays d'origine.

Il va sans dire que, comme d'habitude, si une telle panoplie de mesures était appliquée, les associations des défenseurs des droits de l'homme ne manqueraient pas de se manifester pour défendre ces "braves gens" qui auraient payé leur dette à la société et qui redeviendraient donc, comme par miracle, des citoyens lambdas.
On connait la musique depuis des lustres : violation des droits de l'homme, non conformité avec l'état de droit, régime totalitaire, démocratie bananière et j'en passe...
Je pense qu'en matière de terrorisme, au regard des réalités présentes, alors que tout citoyen doit se sentir directement concerné par le danger, il convient d'adapter le droit et la loi en fonction de l'importance de la menace.
Même au nom des droits de l'homme et de la liberté d'expression, devant la gravité de la menace terroriste qui pèse sournoisement sur le pays, on ne peut plus laisser le moindre abruti illuminé s'exprimer en prônant ouvertement la lutte armée ou encourager le djiad contre les fondements et les valeurs de la République.
La sanction doit être forte, à savoir la prison systématique, après comparution immédiate devant un tribunal.
Il ne s'agit pas ici de partis politiques dans l'opposition, qui œuvrent légalement contre le pouvoir en place et rêvent de l’éjecter par la voie des urnes mais de potentiels criminels impitoyables qu'il faut éliminer par tous les moyens qui seraient mis à la disposition de la justice, dans ce cadre strict et précis qu'est le terrorisme.
Lorsqu'un degré élevé d'insécurité est atteint, on doit cesser de permettre à certains individus, considérés comme excessivement dangereux, de bénéficier des droits républicains pour continuer à nourrir leur haine de la société et d'entraîner les plus faibles dans leurs fantasmes débiles et meurtriers.
Et si pour cela, il faut en arriver à construire des prisons du style de "Guantanamo" alors qu'il en soit ainsi !
Bien sûr, il sera toujours impossible d'empêcher toute forme de radicalisation mais l’objectif principal doit impérativement tendre à en limiter au mieux les nuisances avec toutes les armes qui sont à disposition.
Il suffit d'observer en quelle estime tiennent de nombreux jeunes de banlieue, le tristement célèbre Mohamed Merah, pour se faire une idée précise de ce que pourrait nous réserver l'avenir proche, malgré une surveillance soutenue des quelques potentiels fous furieux qui polluent l’environnement républicain.
Il n'existe pas de solution miracle pour éradiquer totalement le terrorisme, sinon ce dernier n'existerait plus depuis fort longtemps, mais on peut toujours, quitte à restreindre certaines libertés, en limiter les effets, au nom de la sauvegarde des valeurs qui sont les nôtres.
Je pense que nous avons atteint aujourd’hui un seuil où il faut cesser de penser que la vérité, lorsqu'elle peut choquer et déplaire, doit rester un sujet tabou.
Car pendant ce temps là, face à notre silence coupable, à notre couardise, l'intégrisme islamique français poursuit son sinistre chemin qui vise à imposer, par la force brutale, ses dogmes et ses délires moyenâgeux.

28 commentaires:

  1. Et bien Phemga où étiez-vous donc passé?
    Vous aviez disparu de la circulation pendant des semaines sans donner de nouvelles...
    Des vacances peut-être?
    Je vois que vous avez durci votre ton pour ce qui concerne les responsables religieux musulmans car vous n'hésitez plus à les vilipender pour leur frilosité. Vous n'avez pas tort car, leurs discours, toujours les mêmes, ont été entendus des dizaines de fois et leur contenu est souvent fade et sans saveur. Il serait effectivement plus appréciable qu'ils mettent la main dans leur porte monnaie pour prendre en charge ces fameux aumôniers musulmans que vous souhaitez voir augmenter dans les prisons. Il y aurait là un acte autrement plus significatif que les éternels discours de circonstances que nous connaissons par cœur.
    Par contre, pour ce qui est de construire éventuellement des prisons dans le style de celle de Guantanamo, je serai plus réservée. Je crois qu'il faut trouver un juste équilibre entre la nécessite pour la France de se défendre contre l'intégrisme et son devoir de toujours favoriser les droits de l'homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact Solenza, j'étais en vadrouille en France. Des circonstances dramatiques, quelques jours avant les vacances, m'ont fait oublier mes devoirs et je tiens à formuler de plates excuses auprès de vous et des fidèles lecteurs de ce blog pour ce long silence sans explications.

      Supprimer
  2. Phemga, content de te retrouver mon frère. Tu m'as manqué.
    Je vois que tu as mangé du lion. Il y a bien des vérités qu'on juge tabou alors qu'elles mériteraient d'être évoquées, rien que pour ouvrir les yeux de ceux qui refusent de voir. Lorsque enfin ils accepteront de regarder les choses en face, il sera trop tard. C'est surtout pour nos enfants que l'avenir est inquiétant. Ce sont eux qui devront subir les conséquences...de nos inconséquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rogange.
      Comme il est bon de savoir que tu demeures toujours un fidèle lecteur de ce modeste blog.

      Supprimer
  3. A travers vos commentaires sur l'intégrisme musulman, je devine une certaine colère contre les instances religieuses musulmanes de France. Il faut bien avouer qu'elles ne donnent pas l'impression de s'impliquer vraiment pour aider l'état dans sa lutte contre l'islam radical alors qu'elles sont directement concernées, plus que les autres, par la montée de l'intégrisme. Ca sent la peur et pour reprendre votre mot, la couardise. Tout cela favorise la montée de l'islam radical en France mais aussi celle du Front national pour qui la situation présente est du pain béni.
    Vous y allez un peu fort en ce qui concerne une prison de Guantanamo en France mais il est possible qu'on en arrive un jour à cette extrémité si l'état se trouve dépassé par le fléau intégriste.

    RépondreSupprimer
  4. La vérité, sujet tabou, est un problème qui ne date pas d'aujourd'hui. Il faut rappeler que sur certains problèmes, ceux qui se sont risqués à la révéler ont été cloués au pilori avec des accusations gratuites cent fois proférées, racisme, xénophobie etc...
    Ce silence imposé, cette auto censure, où on s'évertue à cacher, à minimiser les vérités sont sûrement encore plus dangereux que l'intégrisme lui même. On parle de liberté d'expression mais celle-ci n'a plus cours depuis bien des années dès lors que les sujets sensibles sont évoqués. Ce n’est pas directement l’intégrisme musulman qui aura raison de la France mais l’hypocrisie générale et la lâcheté des politiques comme des religieux.

    RépondreSupprimer
  5. Lénine a dit un jour : Les occidentaux nous vendront la corde pour les pendre. Heureusement, cela n'est pas arrivé. Dans le cas de la montée de l'intégrisme musulman, ce sont les ouvertures et les opportunités qu'offrent notre démocratie trop laxiste qui finiront par nous perdre.
    La démocratie complice de l'intégrisme, c'est loin d'être une simple vue de l'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bossuet, quel excellent sujet de philosophie : "La démocratie complice de l'intégrisme".

      Supprimer
  6. En fait Phemga, devant la gravité de la situation, vous proposez tout simplement de porter atteinte à certaines de nos libertés pour mieux lutter contre l'intégrisme. Je crois qu'avant d'en arriver là, vous l'avez dit vous même, il faudrait déjà que les hommes et femmes politiques de ce pays aient tous le courage de dire les choses telles qu'elles sont et non pas de nous abreuver de démagogie et de contre vérités.
    Nous sommes tous d'accord pour dire que l'intégrisme, musulman en l’occurrence, est une horreur infâme mais de là à envisager des prisons comme celle de Guantanamo, il y a un pas que je ne franchirai pas. Je trouve aussi choquant le fait que vous proposiez de placer des bracelets électroniques à vie sur les ex détenus intégristes. Vous sautez les étapes. Avant d'en arriver à de telles extrémités, on ne me fera pas croire qu'il n'existe pas de solutions intermédiaires. Par contre, votre idée d'augmenter les aumôniers musulmans dans les prisons, en partie aux frais des autorités religieuses musulmanes, est une bonne idée. Cela serait une excellente preuve de la solidarité des responsables musulmans avec l'état car, il faut bien en convenir, leurs discours de condamnation de l'intégrisme est rassi et sent de plus en plus le renfermé. Comme vous le dites : vide de sens.

    RépondreSupprimer
  7. L'idée que les futurs aumôniers musulmans soient en partie à la charge des instances religieuses musulmanes n'est pas mauvaise mais où vont-ils trouver l'argent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien, les fidèles sont de plus en plus nombreux n'est-ce pas? Ils n'ont qu'à verser une obole. C'est quand même un peu à eux de se bouger pour essayer de soigner ce cancer de l'islam qui ne prend quand même pas sa source chez les chrétiens.

      Supprimer
  8. Savez-vous Phemga que pour un pourcentage d'environ 50% de détenus chrétiens et de 50% de détenus musulmans, il y a bien plus d’aumônier chrétiens que musulmans dans les prisons françaises?
    Si l'état avait respecté la parité dans ce domaine, les intégristes seraient moins nombreux à la sortie des prisons. C'est là un détail qu'il ne faut pas négliger et que vous avez oublié d'écrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Abdaljef, vous n'avez pas tort mais il ne faut pas réduire le problème de l'intégrisme musulman à cette seule vérité. Croyez-vous très honnêtement qui si la situation était inversée, nous verrions l'apparition d'intégristes chrétiens au sortir des prisons?
      Le vrai problème de fond se trouve dans la différence d'interprétation que font certains musulmans dans la lecture du coran et au fait que la religion musulmane est d'abord une religion d'état avant d'être une religion tout simplement. Beaucoup de musulmans se sentent d'abord musulmans avant d'être marocains, tunisiens ou français. Ceci, contrairement aux chrétiens qui appartiennent avant tout à une nation. C'est peut-être dans cette différence qu'il faut rechercher la source réelle de l'intégrisme.

      Supprimer
    2. Phemga ne l'a pas tout à fait oublié Abdaljef puisqu'il écrit qu'il faudrait augmenter considérablement le nombre d’aumôniers musulmans dans les prisons. C'est bien qu'il a conscience d'un manque flagrant même s'il souhaiterait faire cracher au bassinet les autorités religieuses musulmanes pour prendre en charge les nouveaux prêcheurs de paix.
      Là, moi je trouve quand même qu'il exagère mais bon...

      Supprimer
  9. Le problème de l'islam radical interpelle de plus en plus car son essor semble irrésistible. Il est bon de ne jamais baisser les bras et de dénoncer régulièrement cette doctrine affreuse. Ce qui se passe au nord Mali est un exemple flagrant de ce que signifie la barbarie et de ce qui nous attend tous si nous ne prenons pas des mesures punitives pour éradiquer ce fléau. Je crois d'ailleurs que les responsables occidentaux n'ont pas encore pris conscience de l'importance du danger. Sinon, une force expéditionnaire aurait déjà été envoyée au Mali pour éliminer cette clic de charlatans.

    RépondreSupprimer
  10. Phemga, je pense que si le gouvernement demandait aux instances religieuses musulmanes de participer au traitement des nouveaux aumôniers musulmans, on assisterait à un bras de fer et il serait accusé de brimade et d'autres termes peu flatteurs. Cela serait donc irréalisable ne serait-ce que pour préserver l'équité entre toutes les religions. Bon, il est sûr que ce n'est pas l'intégrisme chrétien ou une autre religion qui menace les valeurs de l'occident mais bien l'intégrisme musulman. Je reconnais donc que les instances religieuses musulmanes ont une responsabilité toute particulière par rapport aux autres religions dans un tel contexte où ce sont bien des gens qui se prétendent musulmans qui créent la menace. C'est une évidence qu'on ne peut nier. J'imagine donc que c'est à ce titre spécial que votre idée a pris forme mais aussi parce que, visiblement, vous n'êtes plus convaincu que les autorités religieuses musulmanes se sentent vraiment concernées par l'intégrisme.

    RépondreSupprimer
  11. Permettez moi Phemga d'être surpris et déçu par vos propos dans cet article. Je vous ai toujours vu défendre l'islam chaque fois que les intégristes ont fait parler d'eux et là, j'ai l'impression désagréable que votre ton a changé et que vous n'avez plus du tout le même état d'esprit qui a toujours été le vôtre avant cet article. Je comprends cette forme d'exaspération et de sensibilité motivée par la crainte et la menace mais vraiment j'aurais toujours souhaité que vous préserviez cette mesure qui vous caractérisait et qui semble avoir disparu. Les autorités religieuses musulmanes se sont toujours montrées très préoccupées par l'islam radical qu'elles ont toujours condamné fermement. Tenter de mettre le doute sur ce fait précis n'est pas très honnête même si je respecte votre opinion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassurez vous cher Kaled, je n'ai pas changé mon fusil d'épaule.
      L'islam demeure toujours, pour moi, une religion de paix et de tolérance.
      Néanmoins, la passivité collective des responsables de la communauté musulmane de France me semble de plus en plus exaspérante. Il faut désormais aller au-delà de tous ces mêmes discours de circonstances cent fois entendus et devenus, avec le temps, totalement inaudibles.

      Supprimer
  12. Des prisons de style Guantanamo en France?
    Il fallait avoir le courage de la sortir celle-là!!
    Cette perspective malheureuse n'est pourtant pas une simple vue de l'esprit. Si l'intégrisme musulman poursuit son ascension comme cela est plus que probable, des dispositions particulières pourraient être prises dont, effectivement, la construction de prisons telles que Guantanamo que nous décrions tant depuis des années et qui pourraient voir le jour au nom de la sacro sainte raison d'état.

    RépondreSupprimer
  13. L'occident commence à trembler devant les avancées des intégristes et ce qui arrive au Mali arrivera à d'autres pays si on continue à regarder ces bandits évoluer sans qu'on décide de manière radicale d'y mettre un terme.
    Regardons ce qui se passe en Tunisie et ce n'est pas fini. Ha il est beau le printemps arabe qui a vomi tous ces salafistes au nom de la liberté. Si la situation n'était pas grave, on pourrait éclater de rire. Virer des tyrans pour en retrouver d'autres encore plus sanguinaires ça ne peut pas prêter à sourire.

    RépondreSupprimer
  14. Phemga parlait de l'inquisition dans les siècles passés. Nous y arrivons petit à petit. Le cancer fait son chemin et son travail de sape. L'avenir est sombre comme le drapeau noir des salafistes mais l'occident n'aura eu que ce qu'il méritait. Trop de choses sont tolérées au nom de la liberté qui se retourne doucement contre ceux qui la défendent sans aucune mesure.

    RépondreSupprimer
  15. Le ver est déjà dans le fruit. C'est trop tard.
    Ce coup-ci, tout ne s'arrêtera pas à Poitiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le drapeau salafiste flottant fièrement au sommet de Notre Dame de Paris, c'est flippant mais il y aurait quand même un petit côté exotique, lol.

      Supprimer
    2. Mais alors un exotisme qui, celui là, ne serait absolument pas voilé.

      Supprimer
    3. Ha Seigneur Dieu, que de grâces écloses...

      Supprimer
  16. Ronsard n'apprécierait pas qu'on le cite en de telles circonstances Daliah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que si Phemga. Ronsard était un homme qui avait de l'humour.

      Supprimer