jeudi 20 décembre 2012

Depardieu : Le bouc émissaire de l'exil fiscal



Alors que de plus en plus de français fortunés quittent discrètement leur pays pour échapper à la prochaine inquisition fiscale du pouvoir socialiste, on peut s'étonner que la domiciliation soudaine de Gérard Depardieu, dans le petit village belge de Néchin, à quelques pas de la frontière française, soit l'objet d'un débat aussi houleux dans l’hexagone.
L'extraordinaire notoriété de l'acteur aura sans aucun doute fortement contribué à multiplier l'ampleur de la polémique sur un exil fiscal ou prétendu comme tel, dont on a accordé bien trop d'importance.
Il me paraît nécessaire de rappeler que bien avant Gérard Depardieu, de nombreux français très argentés, et pas des moindres, ont choisi de s'exiler vers des contrées fiscalement plus clémentes, alors que la fameuse taxe de 75% sur les hauts revenus n'était pas encore à l'ordre du jour.
Au regard des difficultés économiques actuelles de la France, je reconnais cependant que la démarche de notre cher Obélix ne tombe pas au meilleur moment et qu'elle peut s'apparenter à une maladresse.
Mais la réelle question qui se pose est de savoir ce que l'on peut véritablement reprocher à ce personnage haut en couleur, souvent encensé par les français.
Il dispose d'une fortune importante qu'il a gagné honnêtement.
Il a décidé de transférer, le plus légalement du monde, une partie de celle-ci et d’élire domicile en Belgique afin d'éviter de subir un véritable pillage de ses revenus personnels.
Il faut avouer que la perspective de devoir verser 75% de ses revenus au fisc, soi-disant pendant deux ans, n'incite pas les plus privilégiés à demeurer sur le territoire français et impose incontestablement une réflexion lucide sur la manière d'échapper, autant que possible, à ce qu'il convient d'appeler une fiscalité confiscatoire, plus précisément, un racket d'état.
Monsieur François Hollande, en prenant la décision de taxer très fortement les hauts revenus, se doutait bien qu'il déclencherait une fuite des capitaux et un exil fiscal important.
Ses conseillers n'ont certainement pas manqué de l'avertir sur les conséquences d'une décision qui, au final, ne devrait pas rapporter plus de 200 millions d'euros dans les caisses de l'état, une somme dérisoire au regard de la dette colossale de la France qui se monte globalement à 1 789 milliards d'euros.
Aussi, comment croire qu'un gouvernement peut redresser son économie en étouffant ceux qui produisent et qui réussissent alors que ce sont justement eux qui créent les emplois et les richesses ?
D'autre part, en comptant sur le patriotisme des contribuables fortunés, le président de la République a fait preuve d'une naïveté étonnante et d'un manque flagrant de connaissances sur la nature humaine.
Dès lors qu'il s'agit de gros sous, le patriotisme trouve toujours ses limites et perd de sa vertu.
Peut-on décemment demander à quelqu'un de faire preuve d'un patriotisme aveugle alors qu'on le dépouille de 75% de ses revenus ?
J'entends ici et là les gens, qui disposent malheureusement de petits salaires, affirmer qu'ils aimeraient beaucoup payer ces 75% d'impôts, ceci impliquant qu'ils bénéficieraient d'un niveau de vie important et fort appréciable.
Je comprends bien la logique de cette observation mais elle serait dénuée de tout sens dès lors que les personnes, à bas revenus, se retrouveraient subitement fortunées.
La nature humaine étant ce qu'elle est, si les gens qui éprouvent de grandes difficultés à finir les fins de mois disposaient réellement de revenus supérieurs à 1 million d'euros, ils finiraient irrémédiablement par trouver scandaleux l'obligation d'avoir à en reverser 75% à l'état.
C'est bien connu, on s'habitue très vite au luxe et plus on en a, plus on en veut.
Il n'y a donc à mon humble avis, aucun reproche réellement fondé à formuler vis à vis de Gérard Depardieu, qui a agi en parfaite concordance avec les lois en vigueur.
De plus, évoquer la mauvaise moralité de l'artiste et son manque de patriotisme, en ne focalisant que sur ses démarches en vue de payer moins d'impôts, est faire preuve d'ignorance ou de pure mauvaise foi.
En effet, Gérard Depardieu qu'on accuse d'exil fiscal, de fuite à l'étranger, en dehors de sa vie d'artiste, est un entrepreneur extrêmement actif et très averti.
Ce dernier emploie plus d'une centaine de personnes au sein d'une quinzaine d'entreprises composées de restaurants, de bars, de poissonneries et de vignes.
Il possède également en France un château, des villas et des appartements qu'il n'est pas question de vendre, mais également des terres dans différentes régions de France.
Quoi qu'on puisse lui reprocher, il a donc lourdement investi en France où il continue de payer régulièrement des impôts à l'état et contribue de ce fait à l’essor de la société.
En conséquence, avant de qualifier le comportement de Gérard Depardieu de minable, le 1er ministre Jean-Marc Ayrault aurait été plus avisé de s'enquérir plus précisément des activités d'un homme qui a déjà beaucoup donné à son pays, non seulement par les impôts versés mais aussi par les investissements engagés.
Et même s'il ne s'agit pas à proprement dit d'une insulte, le terme "minable" employé pour définir l'action récente de Gérard Depardieu, me semble totalement inapproprié et irrespectueux.
En tant que monstre sacré du cinéma et chef d'entreprises, Monsieur Depardieu, même s'il n'est pas un saint homme, loin de là, mérite d'autres égards.
Je crois donc qu'il est grand temps de mettre un terme à cette pathétique "chasse à l'homme" médiatique qui n'a aucune raison d'être et semble plus motivée par le désir malsain de dénigrer la réputation d'un homme dont on connaît les liens qui l'unissent à Nicolas Sarkozy.
Bien-sûr, on pourra toujours critiquer la teneur de la lettre ouverte de Gérard Depardieu à Jean-Marc Ayrault où il indique lui rendre son passeport français.
L'artiste, dans la pure lignée de Cyrano de Bergerac, a toujours été un grand adepte de l'outrance.
Aussi, je ne crois pas un seul instant qu'un homme qui verse des larmes en écoutant la Marseillaise, soit réellement désireux de renier son propre pays.
Et cela, même s'il décidait d'acquérir une seconde nationalité.

14 commentaires:

  1. C'est bien connu, la France n'aime pas ceux qui gagnent de l'argent et qui réussissent. Si en plus ils se tirent sous d'autres cieux alors là, ils deviennent des suppos de Satan.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut avouer que les médias de gauche ont été impitoyables avec Depardieu. Comme vous l'écrivez, il y a du règlement de compte dans l'air, Depardieu ayant effectivement supporté Sarko aux présidentielles.

    RépondreSupprimer
  3. Obélix, physiquement porte bien son nom et même de mieux en mieux. J'espère qu'il ne va pas finir pas exploser le Depardieu.
    Moi je trouve le chantage au passeport...assez minable. Si le gros veut balancer son passeport alors qu'il le fasse et bon vent. Je n'ai rien contre l'homme ni contre son exil fiscale mais la menace de renier sa nationalité française en dit long sur la haute estime que Depardieu a de lui. Quand on est plein de fric, c'est facile de balancer son passeport et de trouver un pays d'accueil pour lui ouvrir les bras.

    RépondreSupprimer
  4. On s'attaque à Depardieu parce que c'est l'un des hommes les plus connus. Si la presse de gauche commence à s'attaquer à tous les prochains exilés fiscaux, il va falloir rajouter des pages supplémentaires dans les journaux. Après Depardieu bien d'autres tireront leur révérence. Il n'est que le maillon d'une immense chaine.

    RépondreSupprimer
  5. Je comprends le désir de Gérard Depardieu d'aller voir ailleurs pour ne pas engraisser les escrocs socialistes mais on ne va quand même pas pleurer sur son sort. Il y a plus malheureux que lui. L'homme a suffisamment amassé d'argent pour ne plus s'inquiéter de l'avenir ni d'un redressement fiscal. Moi aussi je voudrais bien payer ces 75% d'impôts sur le revenu mais ça ne m'empêcherait pas de continuer à trouver cette méthode digne de la mafia et de tenter de m'y soustraire.

    RépondreSupprimer
  6. Vous en avez de bonnes Phemga. Si on ne fait pas payer les riches, qui va payer dans cette France où les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que Phemga se demande comment éviter lui aussi de payer ces 75%, lol. Il devrait écrire à Depardieu qui lui expliquera comment on fait.
      Quelque chose me dit que mon commentaire ne va pas passer.

      Supprimer
    2. Boulboul, comme vous êtes cruel de me faire rêver autant.
      Et je me vois déjà avec un château...en Espagne.

      Supprimer
  7. Si certains voulaient tuer la poule aux œufs d'or, ils ne s'y prendraient pas autrement. On assiste désormais à un véritable exode fiscal. Les voisins de la France doivent se frotter les mains et dire merci à Hollande.

    RépondreSupprimer
  8. Depardieu outragé!
    Depardieu brisé!
    Depardieu martyrisé!
    mais Depardieu libéré!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien mon Rogange, tu plagies désormais ?

      Supprimer
    2. Non mon frère, j'entretiens le culte.

      Supprimer
  9. Cette histoire devient de plus en plus une affaire politique comme si la France n'avait pas d'autres problèmes bien plus graves à résoudre.
    Quand on fait comprendre aux riches qu'ils ne sont pas les bienvenus, c'est normal qu'ils s'en aillent. Les socialistes ont pris le bâton pour se faire battre et ils pleurent pour avoir reçu des coups. Des Depardieu, il y en aura encore beaucoup et au final c'est l'économie français qui en paiera le prix fort. Les français ont voulu Hollande, ils ont eu Hollande. Qu'ils restent donc dans leur m....

    RépondreSupprimer
  10. De tout manière il faut arrêter l'hypocrisie. Si on était à la place de Depardieu, on ferait exactement comme lui. Qui ne voudrait pas être à sa place?
    Le patriotisme c'est bien beau mais ça n'a jamais réglé les problèmes quotidiens de la vie.

    RépondreSupprimer