vendredi 7 décembre 2012

Les Baumettes de Marseille : La prison de l'enfer, les oubliettes de la République

Prison des Baumettes - Marseille

Les vingt personnes de l'équipe du contrôleur général des lieux de privation de liberté qui ont visité le centre pénitentiaire des Baumettes de Marseille pendant une dizaine de jours, en octobre dernier, n'oublieront pas de si tôt les horreurs qu'elles y ont découvertes.
Certes, elles ne pensaient pas trouver des locaux 4 étoiles comme on en construit en Norvège où l'innommable Anders Breivik coule des jours heureux, en récompense de ses exploits, mais sans doute n'imaginaient-elles pas un seul instant l'existence d'un endroit aussi infect et sordide, comme on en observe souvent dans certains pays du tiers-monde. 

La majorité des cellules est dans un épouvantable état de délabrement, pratiquement en ruine.
Nombre d'entre elles ne disposent plus de lumière, faute d'ampoule et d'aucun interphone en cas d'urgence.
Les murs sont décrépis, remplis d'humidité et le sol est d'une saleté repoussante.
Certains wc ne sont même pas fixés et le système de chasse d'eau est inopérant.
Il n'y a aucune cloison d'intimité pour effectuer ses besoins naturels et les lavabos, lorsqu'ils ne sont pas arrachés, montrent des fuites au niveau du siphon.
Les quelques rares tables et chaises sont rongées par le poids des années et les cafards ont depuis longtemps colonisés ces lieux insalubres.
Certains branchement électriques créent des feux d'artifice au point que la commission départementale incendie avait demandé, en vain, en avril 2011, la fermeture de certains locaux.
Et lorsque l'on sait que les fortes pluies occasionnent régulièrement des inondations à l'intérieur des cellules, on se demande comment, aucun drame n'est encore survenu à ce jour.

Le manque d'hygiène général est effarant.
Les nombreux couloirs sont envahis par la crasse et l'humidité.
Les odeurs d'ordures et d'urine agressent les narines et imprègnent les vêtements.
Les barquettes des repas et les baguettes de pain sont déposées devant les portes des cellules alors même que de nombreux détenus ne sont pas encore remontés de la promenade et ce sont les rats, parfois aussi gros qu'un chat, qui se goinfrent en premier avant que les prisonniers n'y aient touché.
Et même si la plupart des barquettes et du pain souillés par les rats est jetée par les fenêtres, il est surprenant que la prison ait pu échapper, jusqu'à ce jour, à une épidémie majeure.
70% des douches sont hors d'état de fonctionner et celles qui marchent sont d'une saleté immonde.
Les greffiers des juges d'application des peines, comme les magistrats, refusent régulièrement de se rendre dans ce lieu de perdition où il est mis à leur disposition des chaises à la propreté douteuse, devant une table poussiéreuse, au milieu d'un cagibis aux murs écaillés.

Au niveau de l'insécurité, on atteint des records.
Les rondes de nuit des surveillants sont souvent effectuées dans le noir, là aussi faute d'ampoules dans les coursives, et ceux-ci utilisent leur lampe de poche personnelle pour circuler et tenter d'effectuer leur travail.
Certains détenus n'osent même plus se rendre aux douches, lieu de sanglants règlement de comptes et de viols, voire même à la promenade surveillée de très loin par les matons qui craignent eux-mêmes pour leur propre sécurité.
Le rackette, permanent, s'étend jusqu'auprès de certaines familles de détenus qui sont directement menacées chez elles.
L'absentéisme du personnel pénitentiaire, logiquement démotivé, est de plus en plus important et tout est bon pour échapper, même pendant quelques heures, à cet univers carcéral où les conditions de travail sont exécrables.
La prison fonctionne donc, de manière permanente, en grave sous-effectif alors même que la présence de 100% du personnel ne suffirait pas à contrôler l'ensemble du site des Baumettes et à en assurer la sécurité des personnes incarcérées.
Dans cet immense bouge répugnant, le taux d'occupation des détenus est de 146%, aggravant de ce fait les violences en milieu carcéral.
Le budget des Baumettes ne cesse malgré tout d'être régulièrement revu à la baisse d'une année à l'autre, que ce soit sur le plan des fournitures, des travaux ou de l'hygiène et de la propreté.

Il va sans dire que les effroyables conditions dans lesquelles vivent les détenus, constituent incontestablement une violation très grave des droits fondamentaux des personnes.
Et les autorités publiques, qui ont l'obligation de préserver les détenus de tout traitement inhumain et dégradant, sont directement montrées du doigt par le contrôleur général des lieux de privation de liberté, dont le constat sur la situation est des plus accablant.
Madame Christiane Taubira, la garde des sceaux, a donc été officiellement informée depuis le 16 novembre dernier sur les conditions de vie dans cet enfer qu'est la prison des Baumettes de Marseille.
Bien-sûr, comme on pouvait s'y attendre, pour se dédouaner, celle-ci a répondu à la presse que le gouvernement actuel avait hérité de la situation présente.
L'argument est juste mais dans les moments difficiles, tous les ministres en place, de gauche comme de droite, commencent par accuser systématiquement, à tort ou à raison, la mauvaise gestion de leurs prédécesseurs, plutôt que de proposer un début de solution.
Madame Taubira, indique que les travaux de restructuration de la prison seront achevés en 2017, soit dans près de 5 ans, le manque de crédit ne permettant pas de raccourcir ce délai.
Les observations formulées par la vingtaine de contrôleurs des prisons ne sont sans doute pas suffisamment éloquentes aux yeux de l'état pour engager une véritable procédure d'urgence et débloquer des fonds afin de ramener ce délais scandaleux à une année maximum.
Quant aux sommations exprimées par Mme Taubira aux hauts fonctionnaires de l'état, "d'apporter une attention toute particulière aux faits de violence", on croit rêver.
Alors que la prison des Baumettes se trouve en sous-effectif permanent, les surveillants étant dépassés par les évènements, comment serait-il possible, en l'état actuel des choses, d'apporter la moindre attention à la violence si on n'augmente pas sensiblement le personnel et si on ne procède pas à une modernisation des lieux ?
Il n'est pas nécessaire de sortir de l'école de Polytechnique pour comprendre que nous avons à faire ici à un simple effet d'annonce destiné à rassurer l'opinion publique.
Quant au problème de la surpopulation carcérale, Mme Taubira a récemment pondu une circulaire de politique pénale qui vise à freiner les entrées en prison.
Je comprends donc en l’occurrence, que la garde des sceaux propose tout simplement de répondre à la surpopulation dans les prisons en laissant en liberté des malfaiteurs, accroissant ainsi l'insécurité à l'extérieur.
Si sous prétexte de surpopulation carcérale, un cambrioleur a toutes les chances d'échapper à la prison, autant demander aux français de faire leur justice eux-mêmes.
Nous savons tous que la seule et unique solution est la construction de nouvelles prisons mais que malheureusement les moyens financiers manquent cruellement.
La France s'appauvrissant de plus en plus, il faudrait encore croire au père Noël pour imaginer que des solutions concrètes seront trouvées rapidement pour améliorer significativement les conditions de vie aux Baumettes de Marseille.
Il n'y a donc aucune illusion à se faire à court comme à moyen terme.
Cela dit, si le manque de moyens de l'état est une cause essentielle à la dégradation de la prison des Baumettes, il me semble que les gens chargés de gérer la vie à l'intérieur des locaux ont aussi une responsabilité non moins importante sur les nombreuses carences constatées par les contrôleurs.
Si on sait que les rats infestent les différents couloirs de la prison, pourquoi continue-t-on de placer la nourriture destinée aux détenus à terre, juste devant les portes des cellules ?
Pour quelle raison, on n'oblige pas les détenus à rentrer dans leur cellule avant la distribution de ces repas afin qu'ils puissent en disposer immédiatement ?
Le manque de budget n'explique pas totalement l'état de saleté repoussant de certaines pièces.
Comment est-il possible que des corvées de propreté, même avec les moyens du bord, ne soient pas continuellement affectées à la bonne tenue des locaux ?
Il n'est pas nécessaire de disposer de moyens financiers pour ramasser les divers détritus qui pullulent à même le sol.
L'huile de coude ne manque pas dans ce triste univers.
On peut comprendre la démotivation du personnel pénitentiaire mais je crois aussi, qu'un coup de pied dans le derrière du directeur des Baumettes s'impose assurément afin qu'il fasse régner un minimum d'ordre et de discipline.
Car à l'heure actuelle, dans cette sinistre prison que la raison voudrait qu'on démolisse le plus tôt possible, ce n'est même plus une question de vie pour les détenus mais de survie.

Mais après tout, la prison des Baumettes n'est-elle pas à l'image de la citée phocéenne ?
Bordélique, négligente, dangereuse et sans foi ni loi !
La France a aussi son tiers-monde.

Etat des cellules
Branchement électrique en cellule
Couloir conduisant aux cours de promenade
Déchets jetés par les détenus depuis leurs cellules
Humidité entre deux cellules
Douches
Distribution des repas avant les retours de la promenade. Les rats se régalent



Salle de parloir

21 commentaires:

  1. Quelles photos horribles.
    On a du mal à croire qu'une telle prison existe en France. Encore une mauvaise image donnée par le pays des droits de l'homme.

    RépondreSupprimer
  2. Donc en France, il y a des prisons comme chez nous en Afrique?
    Après les élections douteuses de l'ump, voici la prison de la honte.
    Non, la France n'a définitivement plus le droit de venir nous donner des leçons chez nous. Le tiers monde c'est aussi chez les gaulois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est honteux de voir des photos comme ça qui viennent de la France.
      Ce pays est vraiment en déclin dans tous les domaines.
      Je dois seulement reconnaître que la liberté de la presse fonctionne encore bien en France sinon nous n'aurions pas eu la possibilité de découvrir ces images.
      Mais la France n'est plus ce qu'elle était, le pays où il fait bon vivre.

      Supprimer
  3. Et oui, c'est l'horreur absolue.
    Et dire qu'à quelques kilomètres de cette si belle prison il y a des calanques magnifiques où on se croirait au paradis.

    RépondreSupprimer
  4. Cet endroit est épouvantable et une honte pour l'état français. Il est surprenant que l'Union Européenne ne se soit pas emparée de ce dossier.
    A une époque on parlait de l'horreur des prisons turques. Visiblement, la France a rattrapé ce pays dans la violation des droits de l'homme en milieu carcéral.

    RépondreSupprimer
  5. Sarkozy a préféré faire la guerre en Libye et dépenser des millions d'euros pour voir les islamistes arrivés au pouvoir plutôt que de rénover cette prison.
    En réalité, il destinait les Baumettes à Kadhafi mais ses agents secrets ont merdé dans le désert libyen en achevant discrètement le guide.

    RépondreSupprimer
  6. On reste sans voix devant de telles images.
    C'est vraiment un scandale et une honte que de tels faits se passent en France.
    Le soi-disant pays des droits de l'homme devrait se regarder dans un miroir et surtout se faire tout petit.
    Vous écrivez Phemga que cette prison est à l'image de la citée phocéenne.
    Je crois surtout qu'elle est à l'image de ceux qui nous gouvernent.
    Tous des porcs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca Hugo ce n'est pas sympa pour les porcs.
      Douce France, cher pays de mon enfance, bercée de tendre insouciance, je t'ai gardée dans mon cœur mais qu'es-tu devenue ?

      Supprimer
  7. Effectivement, ce n'est pas le club Med.
    Si on a l'intention de commettre un délit, c'est sur qu'il ne faut pas le faire à Marseille.
    Je proposerais Nantes.
    La prison est toute neuve, très sécurisée et super informatisée.
    Un modèle du genre.
    Cela pour dire que toutes les prisons de France ne sont pas heureusement comme celle de Marseille et qu'il en existe certaines qui sont tout à fait conformes à ce qu'on est en droit d'attendre.


    RépondreSupprimer
  8. On est où là?
    Chez nous à la prison centrale de Libreville?
    Non, non, en France au pays des droits de l'homme quoi.
    Pays des droits de l'homme?
    Encore un cliché surdimensionné et totalement infondé depuis des lustres.

    RépondreSupprimer
  9. Berk, c'est à vomir.
    Bon, on va cacher le drapeau tricolore et surtout on ne va pas crier "Vive la France".
    Phemga, purée mon frère, tu viens d'insulter gravement les Marseillais dans l'achèvement de ton article.
    "Mais après tout la prison des Baumettes n'est-elle pas à l'image de la citée phocéenne?
    Bordélique négligente dangereuse et sans foi ni loi!"
    Ho là là tu va morfler mon vieux.
    Tu vas voir ta gueule à la récré!!!!
    Compte déjà tes abattis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Phemga doit être un supporter du PSG.
      Terribles les photos.
      Dans quel pays pauvre ça se passe?
      Ha Marseille?
      Normal!

      Supprimer
  10. Cette prison ne devrait même pas être rénovée mais carrément détruite.
    Elle est une insulte à la dignité humaine. Il est normal qu'on ne loge pas les détenus dans un hôtel 3 étoiles mais là, on atteint un degré très élevé dans le domaine de l'inacceptable. Si ça ne tenait qu'à moi, je ferai évacuer les détenus et je détruirai tout ces bâtiments à la dynamite.
    On se situe ici au-delà de la honte.

    RépondreSupprimer
  11. Pour le petit délinquant qui a goûté à cette prison, il doit être marqué à vie. Le seul point positif est qu'il ne doit pas du tout avoir envie d'y revenir. Donc, il se tient à carreaux où il quitte Marseille.

    RépondreSupprimer
  12. Marseille est-elle toujours en France?
    On pourrait fortement en douter quand on voit les photos. Ces images me rappellent la série américaine, Prison Break, lorsque les acteurs étaient dans une prison mexicaine.
    De la fiction à la réalité, il n'y a donc qu'une porte de cellule à ouvrir.

    RépondreSupprimer
  13. Voici des photos qui donnent froid dans le dos et qui ne font pas honneur à la France.
    Je suis bien d'accord avec vous Phemga.
    L'état est bien-sûr responsable de la situation mais le personnel dirigeant de cette prison semble se fiche royalement de tout ce qui concernent l'hygiène et la propreté. Malgré le manque de moyen, il y a quand même des choses à faire pour rendre l'existence moins difficile aux détenus. Comme vous le dites, l'huile de coude est largement disponible dans ce triste endroit. A mon avis des sanctions s'imposent du côté du responsable des Baumettes, même si on peut facilement imaginer qu'il doit être totalement démotivé et écœuré par la misère de son lieu de travail.

    RépondreSupprimer
  14. Triste situation effectivement mais comme le dit Phemga, cette prison est après tout à l'image de la ville. Elle en est le fidèle reflet.

    RépondreSupprimer
  15. Berk. On a du mal à croire qu'un tel endroit existe en France. C'est à dégobiller sont petit déjeuner, son déjeuner et son dîner. On imagine facilement les rats et les insectes en tout genre.
    La honte est un sentiment qui n'existe plus chez les responsables politiques et s'il y avait une vraie justice on les enverrait aux Baumettes pendant quelques jours.

    RépondreSupprimer
  16. Oui, ces images sont un scandale mais comme l'indique Bilounga56 nous avons au moins l’occasion de les découvrir parce que la liberté de la presse est une solide réalité en France.
    Il serait hallucinant dans nos pays africains de laisser divulguer de telles photos. Et pourtant, des prisons comme celles des Baumettes existent un peu partout sous nos latitudes avec en plus une surpopulation carcérale démente qui n'a rien à voir avec celle qui existe en France.

    RépondreSupprimer
  17. La France se paupérise de plus en plus. Elle devient un pays de clochards et de mendiants. Les Baumettes ne sont pas seulement à l'image de Marseille mais du pays tout entier. C'est la grande dégringolade, le grand déclin d'un pays qui s'efface petit à petit aux yeux du monde.

    RépondreSupprimer
  18. La France est la honte de l'Europe.
    Après la mascarade d'élection à l'ump, voici le scandale des prisons. Il faudrait mettre le pays sous tutelle de l'Onu.

    RépondreSupprimer