samedi 12 janvier 2013

La France entre en guerre au Mali


Le déclenchement d'une nouvelle offensive des islamistes du Nord Mali, qui a vu encore une fois l'armée malienne défaite dans les combats, a précipité les évènements.
Le risque de laisser la route de Bamako grande ouverte aux hordes des barbares islamistes a imposé à François Hollande de prendre la décision d'impliquer directement l'armée française dans le conflit malien.

Depuis longtemps, nous savons que dans ce conflit, l'avancée des islamistes ne menace pas seulement la souveraineté du Mali et l’existence de ce pays mais aussi l'intégrité des états voisins et, à court terme, les intérêts majeurs de l'occident en général et de la France en particulier.
Alors que les pays africains ne sont même pas en mesure de mobiliser, dans des délais raisonnables, un modeste effectif de 3 000 soldats pour aider à contrecarrer l'offensive des dévots dévoyés d'Allah, il ne restait qu'une seule solution pour tenter de stopper l'avancée islamiste au Mali : l'intervention directe d'une puissance occidentale.

Le président Hollande, malgré ses convictions, vient de se rendre compte qu'il est décidément très difficile de délester la France de l'uniforme de gendarme de l'Afrique et, accessoirement, de son fardeau post-colonial.
En déclenchant une intervention militaire française, il aura donc pris de très lourdes responsabilités, car il est fort probable que la France n'en sortira pas intacte.
D'abord parce qu'une guerre implique fatalement des pertes sur le terrain et que des soldats français vont sans doute mourir dans cette intervention mais aussi parce que la décision du président Hollande risque d'entraîner des conséquences catastrophiques pour les otages français retenus au Sahel.
Il serait en effet très surprenant que les islamistes n’exercent pas de représailles à l'encontre des français qu'ils détiennent.
J'imagine aujourd'hui le désarroi et l'immense inquiétude des familles des otages qui savent que le couperet peut désormais tomber à n'importe quel moment, anéantissant à jamais leurs espoirs de revoir un jour leurs proches.
D'autre part, les terroristes islamites disposent de réseaux assez bien organisés pour être en mesure de frapper la France à Bamako même ou pire, sur son propre territoire.
Une nouvelle fois, il faudra toute la vigilance et les compétences des services de renseignements et de la police pour tenter d'éviter un éventuel attentat.
Mais le peut-on vraiment sur le long terme ?
Et si pour Bamako, l'intervention française contribuera certainement à stopper l'avancée des islamises et à mobiliser plus sérieusement les pays africains qui se hâtaient fort lentement pour aider le Mali, leur prétendu pays frère, à recouvrer son intégrité territoriale, les ennuis vont commencer pour la France.

Quoi qu'il en soit et quoi qu'il advienne, François Hollande a agi comme il le devait, prouvant sa grande détermination à lutter contre le terrorisme.
Je reconnais ici son courage politique et même si je continue de regretter son élection à la présidence de la République, je salue sa décision que j'approuve sans aucune réserve.
Je crois que depuis hier, 11 janvier 2013, date de l'intervention militaire française au Mali, François Hollande est devenu véritablement président de la République en endossant le costume qui va avec la fonction.
C'est souvent dans des situations semblables qui imposent des prises de décisions graves, où le risque est important pour toute une nation, qu'on juge la qualité de celui qui en préside les destinées.
J'ai suffisamment douté de la capacité de Monsieur Hollande à diriger la France pour affirmer aujourd'hui, que depuis quelques heures, il y joue pleinement son rôle.

Cette intervention militaire française devrait s'inscrire dans la durée car elle ne se limitera sans doute pas à quelques bombardements aériens, par ci et là, aux alentours de la ville de Konna.
En effet, desserrer l’étau des islamistes, uniquement dans cette zone, ne suffira pas.
Compte tenu de l'état de déliquescence dans lequel se trouve l'armée malienne, il sera sans doute nécessaire pour la France de frapper massivement les islamistes en profondeur, au nord du Mali, au sein même de leurs différentes positions, afin de tenter de détruire le plus possible leurs capacités militaires qui sont importes et performantes.
Cette solution me paraît la seule susceptible d'ouvrir la voie pour la reconquête prochaine du Nord-Mali.
Par qui ? La question reste à ce jour d'actualité mais seuls les africains, avec néanmoins la France et les occidentaux en soutien, doivent faire ce travail au sol, même si cela restera compliqué et périlleux pour eux.
Les islamistes ont démontré qu'ils savaient se battre et qu'ils maitrisaient fort bien l'art de la guerre dans le désert, disposant d'un armement sophistiqué et parfaitement adapté aux conditions.
Ils le prouveront malheureusement encore dans les jours à venir où la France a tout à craindre de leurs prochaines réactions.
Mais face à la barbarie, le seul dialogue qui s'impose est celui de la force et ce, quelles que soient les conséquences et les pertes qui seraient à déplorer.
On ne sortira pas toujours vainqueurs des batailles engagées contre les porte-flingues de la charia mais l'important est qu'ils sachent que notre détermination est sans faille, malgré les éventuels revers qui pourraient survenir.
La guerre contre les terroristes islamistes n'est pas un conflit entre deux nations qui s'efforceraient malgré tout de respecter une certaine forme d'honneur, en appliquant la convention de Genève.
Lorsqu'on lutte contre des fanatiques religieux dont la bestialité constitue un art de vivre, la seule règle qui vaille est de les trouver et de les éliminer.
Et malgré tout le respect que j'éprouve pour la vie humaine, j'aime me souvenir de cette fameuse phrase de Poutine, personnage au demeurant peu recommandable, au sujet des terroristes tchétchènes : "Il faut buter les terroristes jusque dans les chiottes".
A elle seule, cette petite phrase dénuée de toute poésie, est le symbole d'une détermination de fer, à toute épreuve.
Et je me demande, à la minute où j'écris ces lignes, pourquoi sommes-nous si seuls dans ce combat contre les terroristes.
Ou sont nos amis américains et anglais qui sont concernés comme nous par ce terrible fléau ?
Ont-ils été surpris par la promptitude de la réaction française à l'avancée des islamistes ?
Septembre 2001 est donc si loin ?

Pour finir, j'ose espérer qu'en cette période de coupes budgétaires multiples, qui fait que l'armée française perd chaque année un peu plus de sa puissance de feu, Monsieur Hollande, avec ce nouveau conflit qui engage la France dans une situation périlleuse, comprendra que réduire sans cesse les capacités militaires du pays l'expose à de graves déboires, mettant en danger la sécurité de la nation et les valeurs qu'elle véhicule.

30 commentaires:

  1. Et bien Phemga, tu n'as pas tardé à réagir sur la nouvelle donne du conflit malien.
    Moi aussi, elle m'a toujours plu cette fameuse phrase de Poutine.
    Tu me permettras d'être étonné de constater que tu oses l'apprécier sur le blog.
    Ce n'est pas dans tes habitudes de te lâcher à ce point.
    Tu t'es fait plaisir là et ça détend n'est-ce pas?
    Tu as de la chance, tu n'habites pas à Bamako, sinon ça allait encore être ta fête.

    RépondreSupprimer
  2. Hollande a pris ses responsabilités et je soutiens sa décision mais comme je plains les familles des otages. Ca doit être terrible pour elles et le moindre coup de téléphone doit être une infâme torture.

    RépondreSupprimer
  3. Et oui Phemga, il risque d'y avoir de grosses larmes dans les chaumières dans les prochaines heures ou les prochains jours. Les familles des otages doivent maudire Hollande comme nous le ferions à leur place. Malheureusement cette intervention française était la seule solution pour empêcher les terroristes d'arriver en grandes pompes à Bamako.
    D'accord avec vous, Hollande à eu du courage. On ne peut pas lui retirer cela.
    Vous m'avez fait rire avec la phrase de Poutine. C'est clair qu'elle vaut son pesant d'or. Autrement dit, pas de quartier.
    Rogange a raison, vous vous êtes lâché et j'en suis assez surpris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Phemga s'est lâché sur quoi? La phrase de Poutine?
      Personne ne dira le contraire, il faut buter les terroristes jusque dans les chiottes. Sauf que dans le désert, les chiottes sont en plein air.

      Supprimer
  4. Phemga, les islamistes ont le don de vous faire sortir de vos gongs. Votre opinion est le reflet de ce que beaucoup de gens pensent mais n'oseraient jamais écrire ou dire en public.
    Vous savez qu'aujourd'hui on ne dit plus terroristes islamistes mais terroristes et criminels pour ne pas avoir à choquer nos amis musulmans. Comme s'il n'était pas évident que des terroristes sont des criminels.
    Il faudrait tout de même vous mettre à la page.

    RépondreSupprimer
  5. Tout ça va mal finir pour les otages, il n'y a aucun doute.
    Les islamistes ont eu beaucoup de pertes ces dernières 24 heures et ils vont vouloir se venger à tout prix. Comme les terroristes auront toujours besoin de garder une monnaie d'échange ils ne les tueront pas tous mais ils vont faire un exemple pour marquer la communauté internationale et punir la France. C'est terrible.

    RépondreSupprimer
  6. L'un des principaux responsables du groupe islamiste d'Ansar Dine a été tué hier. C'est une bonne chose pour le monde mais une mauvaise nouvelle de plus pour les otages. En tout cas chapeau à François Hollande. Sur ce coup là il a vraiment assuré en intervenant au Mali.

    RépondreSupprimer
  7. Cette intervention est une grande surprise car je ne croyais pas François Hollande capable de prendre une telle décision alors que le risque pour les otages était maximum.
    C'est vrai que sa décision est très courageuse car il sait surement qu'elle aura des conséquences pour ceux qui sont détenus par les terroristes. Et puis, comme il disait à tout le monde que les méthodes d'avant n'avaient plus cours...
    La réalité et la gravité des évènements auront influencé de manière radicale ses convictions.
    Dans le cas du Mali, c'est une très bonne chose.

    RépondreSupprimer
  8. On se tape les islamistes à coups de bombes et eux ils vont se taper nos otages à coups flingues. La raclée qu'on est en train de leur mettre, ils vont nous la faire payer très rapidement.
    Contrairement à vous Phemga, je ne suis pas d'accord avec cette intervention militaire. Je croyais que la position de Hollande sur la Francafrique était très claire et je suis très déçu. Voilà, rien ne change en fait. Sarko ou Hollande, c'est la même chose.
    Pourquoi les africains ne se débrouillent pas entre eux?
    Vous parliez de fardeau post colonial. C'est exactement ça. On n'en finira donc jamais.

    RépondreSupprimer
  9. C'est très bien ce que fait la France pour le Mali.
    Elle le fait aussi pour elle car si Bamako tombe, le Mali deviendrait un état terroriste.
    Jamais elle ne pourrait accepter cette éventualité.
    Le président Hollande a pris la première grande décision de son quinquennat.

    RépondreSupprimer
  10. Hollande devient le grand sauveur du Mali.
    Il se serait bien passé de cette pub mais il n'avait pas le choix puisque les africains se font tirer l'oreille pour prendre leurs responsabilités devant l'agression des islamistes sur un pays souverain.

    RépondreSupprimer
  11. La France met les gros moyens en ce moment pour détruire les colonnes des islamistes avec son aviation et l'offensive de ces bandits est stoppée net. Le Mali retrouve l'espoir et le sourire mais le plus dur reste à faire avec la reconquête du nord Mali.
    Le président Hollande normalement n'exposera pas plus son pays dans cette action et se contentera de maintenir à distance les islamistes, le temps que les troupes africaines arrivent. C'est dommage car il faut profiter de la débandade des islamistes pour porter les coups fatales partout où il est possible de le faire. Et je pense aussi que Mr Hollande ne veut pas trop martyriser les islamistes pour laisser une petite chance aux otages français de s'en sortir. Bravo quand même à lui pour cette décision vraiment salutaire pour le Mali.

    RépondreSupprimer
  12. Pour une fois je vais dire Vive la France et son président François Hollande.

    RépondreSupprimer
  13. Encore une nouvelle guerre où bien des gens vont mourir. Tout ça est triste et démontre encore une fois que l'homme est plus doué pour tuer ses semblables que pour leur faire du bien.
    Je ne sais pas s'il y a des guerres justes mais lorsqu'on décide de tuer, on a déjà perdu la bataille, celle du respect des valeurs humaines.
    Je comprends votre opinion Phemga mais moralement je ne l'approuve pas.

    RépondreSupprimer
  14. Rassurez vous Phemga, la France ne va pas rester seule longtemps dans cette guerre du désert.
    Les britanniques viennent de réagir et vont participer à ce conflit. Les américains apporteront à coup sur un appui logistique.
    Je crois que vous avez raison, Hollande est parti trop vite pour nos alliés. Ils ont du halluciner lorsqu'il leur a annoncé qu'il intervenait immédiatement au Mali.
    Tout devrait s'arranger dans les prochains jours.
    Et en plus les africains sortent de leur coupable torpeur en se décidant enfin à envoyer des troupes pour participer à la libération du nord-Mali. Visiblement tout le monde attendait que quelqu'un donne le feu vert en frappant le premier. Et bien voilà, c'est fait...et que Dieu nous protège.

    RépondreSupprimer
  15. On quitte l’Afghanistan pour nous retrouver au Mali. je finirai pas croire que la France aime prendre des coups. Je pensais qu'on serait un peu plus tranquille avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir. Il m'a bien eu celui-là.
    Et nos otages bordel?

    RépondreSupprimer
  16. La France n'a fait que son devoir en intervenant au Mali et a défendu par la même occasion ses intérêts. C'est comme même bien que le président Hollande ait eu ce courage politique de décider d'intervenir.

    RépondreSupprimer
  17. Nous avons pris une bonne gifle en Afghanistan et il faut croire que ça n'a pas suffit.
    Mais qu'est-ce qui a pris à Hollande de faire du sarkozysme?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La realpolitik Alsong, la realpolitik
      Les évènements africains finissent toujours par rattraper les présidents français.

      Supprimer
  18. La France n'est plus seule Phemga. Même l'Algérie vient de donner son feu vert pour le survol des avions français sur son territoire pour frapper les terroristes. Les dirigeants africains se félicitent de la décision de François Hollande et s'activent enfin pour envoyer des troupes. Comme dit Bernardini, ils attendaient que quelqu'un se décide à frapper le premier. La guerre sera pourtant longue et difficile pour tout le monde car les djihadistes ne sont pas des enfants de coeur et s'ils sont en ce moment en pleine débandade, surpris par l'ampleur de l'attaque française, ils vont se reprendre et utiliser toute leur connaissance du terrain pour nuire à nouveau.

    RépondreSupprimer
  19. Nouvelle guerre, nouveau bourbier en perspective.
    L'intervention française était nécessaire mais au final le prix à payer risque d'être très lourd.
    Il fallait y aller car on ne pouvait plus laisser les évènements se détériorer, l'armée malienne étant en totale déliquescence.
    Je me souviens très bien de cette phrase de Poutine.
    Comme vous Phemga, je pense qu'elle est parfaitement de circonstance dans le présent conflit.
    Il sera de toute évidence particulièrement difficile de reconquérir le Nord-Mali et il n'y aura pas de place pour les bons sentiments face à de tels adversaires.

    RépondreSupprimer
  20. Je me pose en ce moment une question que je trouve très importante.
    Dans combien de temps la France va commencer à payer par le sang son interventions?
    Garons nos fesses à Paris et dans les principaux pays musulmans, car ça va faire mal.
    Pauvres otages.

    RépondreSupprimer
  21. Ca ne va pas être bon d'être français désormais mais Hollande a pris la bonne décision. Le type a montré du courage bravo. C'est dommage que les pays africains n'ont pas eu ce même courage pour aider le Mali. Maintenant ils se bousculent pour envoyer des troupes mais ça il fallait le faire avant le bouclier français. On demande à la France d'arrêter sa françafrique mais nous sommes quand même bien contents qu'il en reste encore un peu pour faire le ménage là où nous n'osons pas passer la serpillière.

    RépondreSupprimer
  22. Je loue le courage du président Hollande mais les islamistes vont réagir et les représailles seront douloureuses pour les français.
    Quand on décide de combattre ce genre de fanatiques, il faut s'attendre à toutes les horreurs.
    Je ne suis pas sûr que l'opinion publique française soit prête à l'accepter.

    RépondreSupprimer
  23. Phemga je constate que s'il est vrai que vous n'avez pas voté pour Hollande à la présidentielle de 2012, vous partagez quand même certaines de ses positions.
    La guerre au Mali, le mariage pour tous et son désir de changer les relations de la France avec l'Afrique. Un désir qui a pris un coup dans l'aile depuis 3 jours avec le Mali. Ne prenez pas cela comme une critique, au contraire. Je trouve que c'est bien de reconnaître qu'on peut avoir souhaité la défaite d'un homme politique mais partager néanmoins une partie de ses idées.
    Pour la guerre au Mali, sujet du présent article, j’approuve moi aussi cette intervention qui s’imposait pour empêcher les islamistes de menacer directement Bamako mais les africains doivent prendre très vite leur destin en main dans ce conflit. Toutes ces tergiversations des uns et des autres sont honteuses et lâches. On ne se fait pas respecter par la communauté internationale en agissant comme des mollassons.
    Pour la France, ça risque de se terminer mal. Je suis loin d'être sûr que toute la technologie employée pour détruire les islamistes sera suffisante. L'Afghanistan vient de nous le prouver. Cette histoire risque de s’inscrire dans la durée avec un nouveau bourbier en vue. Le Mali est un pays immense et très difficile à quadriller.

    RépondreSupprimer
  24. Les jihadistes viennent de prendre une petite localité au sud ouest à 400 km de Bamako en passant par la Mauritanie. Encore une fois l'armée malienne a été incapable de résister victorieusement sans la présence de la France.
    Avec de tels combattants pour alliés la France est mal barrée si elle ne met pas la main à la pâte directement au sol. Et dire que les soldats maliens sont censés défendre leur pays. On hallucine devant tant d'incompétence et d'inaptitude au combat.

    RépondreSupprimer
  25. Le Conseil français du culte musulman a salué la "précaution utile et nécessaire" de François Hollande, qui dans son allocution n'a pas qualifié d'islamistes les éléments terroristes visés par l'intervention militaire française au Mali.
    Et bien pourquoi ça, ils ont changé de religion ?
    Il faut bien appeler un chat un chat et c'est un musulman qui vous le dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est encore moi.
      En tout cas Phemga lui ne s'en est pas privé.
      Il est vrai qu'il n'est pas président de la république et qu'il n'a besoin de ménager personne, lol.

      Supprimer
    2. Ces bandits se réclament eux mêmes de l'islam.
      Ok, ils en violent tous les principes de tolérance mais le mot islamiste est tout à fait approprié en ce qui les concerne.
      Il est normal que François Hollande cherche à ménager la communauté musulmane pour qu'elle ne se sente pas stigmatisée.

      Supprimer
  26. Il faut arrêter de rêver.
    La France intervient au Mali non pas pour lutter contre l'islamisme radical mais pour préserver ses intérêts économiques.
    Le reste n'est qu'illusion et hypocrisie.

    RépondreSupprimer