dimanche 31 mars 2013

Le football : Ce sport qui révèle la vraie nature des hommes



Depuis de nombreuses décennies, le football pratiqué par près de 280 millions de personnes, est le sport le plus populaire dans le monde.
Quelles que soient les compétitions, les pays, il draine régulièrement une foule considérable dans les stades à travers la planète.
Il est considéré comme le sport roi en Europe, en Afrique et en Amérique du Sud.
Sa popularité continue de croître chaque année sur le continent asiatique, surtout en Chine qui revendique plus de 26 millions de participants.
Le football, est même depuis fort longtemps considéré comme une seconde religion dans plusieurs pays, tels que l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie, l'Argentine et le Brésil.
Des gens de toute condition sociale le pratiquent régulièrement, même si dans sa grande majorité, il reste l'apanage des couches populaires et pauvres de notre société.
Incontestablement, le football, ce sport universel, n'a pas d'équivalent dans le monde en matière de passion pure et n'en n'aura sans doute jamais.
Il est une drogue que l'on ingère depuis sa plus tendre enfance et qui nous impose, au fil du temps, une accoutumance irrésistible, dont il n'existe aucun remède pour s'en débarrasser.
Lorsqu'on a la chance de pratiquer régulièrement cette discipline, on sait le plaisir intense qu'elle procure au plus profond de son être, dans chacune de ses actions, que ce soit dans le fait de réaliser un contrôle du ballon, une passe, une interception ou de marquer un but.
Ce plaisir ressenti ne s'explique pas, ne se décrit pas.
Il se vit intensément dans toutes les parties de son corps, de la tête aux pieds.

Malheureusement, comme toutes les passions démesurées, le football, derrière son miroir doré, est constitué de tares qui véhiculent une image de plus en plus exécrable d'un sport, éloignant plus souvent les hommes les uns des autres qu'il ne les réunit.

Je commencerai par le nerf de la guerre, l'argent, qui voit des joueurs professionnels, de plus en plus jeunes, au niveau intellectuel souvent très bas, percevoir des sommes en tout point indécentes au regard de la misère qui gagne un peu plus de terrain chaque jour.
Bien sûr, on ne peut en vouloir à ces jeunes millionnaires, qui ne font qu'accepter ce que les grands clubs professionnels leur proposent pour signer un contrat.
Il n'existe, de par le monde, aucune personne sensée qui refuserait de gagner de cent mille euros à plus d'un million d'euros par mois, juste pour taper dans un ballon.
Mais, il faut le reconnaître, ces dernières années, cet argent colossal, distribué si facilement aux joueurs, aura fortement contribué à pourrir le milieu du football pour en faire essentiellement un sport business où des millionnaires du ballon rond qui, parfois, ne respectent même pas le maillot qu'ils portent, se comportent le plus souvent comme des voyous, à mille lieux de la moindre déontologie sportive.
Tout le monde n'a pas la mentalité et la simplicité d'un Messi !
Ce ne sont pourtant pas les joueurs qui sont les plus à blâmer.
Je crois que lorsqu'un jeune sort soudainement de l'anonymat et de la médiocrité pour être propulsé au statut de star nationale ou internationale et se retrouve à gérer une fortune, il y a de quoi perdre la tête pour peu que celle-ci ne se soit jamais trouvée bien droite sur les épaules.
Lorsqu'on n'a pas eu la chance de recevoir une bonne éducation, qu'on a passé la majorité de son enfance dans les quartiers défavorisés d'une grande ville, à errer d'une rue à l'autre, d'une école à l'autre, qu'on est incapable d'écrire une phrase correctement structurée et sans fautes d'orthographe, on peut comprendre que l’accès soudain à la lumière et à la notoriété ait un effet déstabilisateur, et qu'on puisse perdre le sens des réalités devant l'importance que prend soudainement sa petite personne dans les médias.
Ce sont surtout sur ces clubs qu'ils faudrait tirer à boulet rouge, qui usent régulièrement de surenchère pour s'arracher tous les talents à n'importe quel prix, alors que, bien souvent, leur propre situation financière ne le permet pas.
On ne peut sans doute rien faire pour obliger ces derniers à marquer une limite dans la course aux salaires mais puisque qu'ils acceptent de dépenser autant d'argent pour des hommes qui ne méritent sans doute pas 10% des revenus qu'ils reçoivent, peut-être serait-il judicieux que l'UEFA impose à ces véritables multinationales, une taxe dite de solidarité qui serait destinée exclusivement à des œuvres caritatives ou à la recherche médicale.
Nous aurions au moins l'impression qu'une partie des sommes astronomiques qui circulent dans le milieu du football sert réellement à quelque chose alors que la crise précipite de plus en plus de gens dans les bas fonds nauséabonds de la société.

Au niveau amateur, dans le domaine spécifique des loisirs, s'il n'est plus ici question d'argent, le problème se situe essentiellement au niveau des mentalités qui sont souvent épouvantables.
Il est certain que les exemples déplorables que nous renvoie la télévision où on observe tricherie, fourberie, insultes et agressivité de toute sorte, ne contribuent pas à donner une image très saine du football auprès de la jeunesse.
Oui, le football est un sport merveilleux mais contrairement aux autres disciplines, il révèle, malheureusement, tout ce qu'il y a de plus abjecte dans la nature humaine.
Aussi, il nous dévoile bien souvent le vrai visage d'un individu tel qu'il se cache derrière le masque qu'il s'efforce de porter quotidiennement sur cette immense scène qu'est le théâtre de la vie.
Alors que se rendre en famille dans un stade de rugby, dans une salle de handball, de volley, ou de basket, pour supporter son équipe favorite, quelque soit son nom et sa réputation, constitue une situation des plus normales, procéder de même en football peut s'avérer extrêmement dangereux.
Le fait que le football exacerbe les plus grandes passions ne saurait aucunement justifier qu'il soit possible de se trouver dans une relative insécurité lors d'un match de foot, quel qu'il soit.
S'il paraît évident que le football attire, en tout premier lieu, toute la racaille qui sévit quotidiennement dans les villes, des gens biens sous tout rapport, nombreux également, n'hésitent pas à déverser sur leurs semblables toutes leurs frustrations de la vie où à dévoiler tout simplement leurs instincts le plus bestiaux.
Or, ce genre de comportement n'existe dans aucun autre sport.
Il n'y a pas de comparaisons possibles ailleurs.
J'ai entendu des dizaines de fois de braves pères de famille traiter le PSG ou l'OM des pires noms d'oiseaux, sans qu'il y ait le moindre argument sensé devant ce flot d'insultes.
Pourquoi faut-il nécessairement détester ou haïr le PSG lorsqu'on est supporter de l'OM et vice et versa ?
J'ai pris pour exemple les équipes les plus connues en France mais il en est de même pour d'autres clubs français ou européens.
La rivalité de 2 clubs ne peut expliquer à elle seule ce culte de la haine permanente, unique dans le monde du sport.
En pratiquant le football régulièrement depuis plus de 40 ans, j'ai eu l'amertume d'être confronté, à plusieurs reprises, à des situations totalement irréelles où certains individus que je voyais dans la vie de tous les jours comme des hommes honorables, se comporter comme de véritables petites frappes.
Pis encore, j'ai connu des amis, exemplaires dans leur vie, avec lesquels passer une soirée était un réel plaisir, qui demandaient régulièrement des nouvelles de mes enfants, de mon épouse, de mon chien et de mon chat, adopter une attitude de véritables délinquants sur un terrain de football, oubliant subitement tout lien d'amitié.
J'en ai d'ailleurs été profondément affecté et mon regard sur le football en a été bouleversé, même si je n'ai jamais cessé de pratiquer ce sport.
Quoi qu'il en soit, l'expérience m'aura appris à relativiser bien des choses en matière de ballon rond et surtout à me faire une idée plus précise sur la valeur de la nature humaine.
Comme je l'ai déjà indiqué plus haut, ce sport, malgré ses nombreux défauts, a le grand mérite d'obliger les individus à se dévoiler tels qu'ils sont réellement.
Sur ce plan là, le football est infaillible et représente un véritable miroir pour ceux qui cherchent encore à savoir qui ils sont où qui n'ont pas encore compris qui ils étaient. 

17 commentaires:

  1. Il y avait bien longtemps qu'on ne t'avait pas lu mon cher Phemga. Je suis entièrement d'accord avec toi. Si tu veux savoir qui est quoi, tu l'invites à jouer au foot plusieurs fois et tu auras devant toi sa vraie nature. Et souvent, c'est la déception totale, le dégoût même.

    RépondreSupprimer
  2. Vos articles se font rares Phemga.
    Oui, c'est un reproche !
    Je crois qu'il n'y a rien de plus pernicieux que le foot. Argent trop facile, violence, bad boys sur le terrain et en dehors.
    Comme vous le dites, il est le sport le plus populaire mais au prix de trop de choses rédhibitoires.
    Mais effectivement quel révélateur de la nature humaine.

    RépondreSupprimer
  3. L'argent pourrit tout et déconnecte de toutes les réalités.
    Les supporters et les amateurs n'ont pas cette excuse et c'est vrai qu'ils nous donnent la vraie image de ce qu'ils sont réellement dans la vie malgré leur masque.

    RépondreSupprimer
  4. En dehors de l'argent et de la mentalité des amateurs de foot, ce qui est le plus choquant est le comportement de certains joueurs millionnaires, français essentiellement. Vous avez parlé de l'exemple donné par Messi. Quel dommage que certains ne s'en inspirent pas plus. Messi, contrairement à beaucoup d'autres joueurs à lui la tête bien accrochée sur les épaules mais aussi, son éducation de base est surement d'un autre niveau que celle de certaines stars. Il n'y a pas à tergiverser, si vous avez des parents qui vous ont éduqué comme un porc, vous vous comportez comme un porc. Si au contraire ils vous ont inculqué des valeurs, vous les respectez et les transmettez à votre entourage.

    RépondreSupprimer
  5. Dans les années 80, les joueurs étaient tous très attachés au maillot du club qu'ils portaient. Cette attitude a disparu depuis belle lurette et seuls comptent désormais les 0 qui sont inscrits sur le chèque à la fin du mois. Et le pire, c'est qu'à notre époque même porter le maillot de l'équipe nationale ne veut plus rien dire pour certains abrutis.

    RépondreSupprimer
  6. Le foot est de plus en plus pourri, c'est un fait. Je pratique ce sport depuis de nombreuse années et malgré tout, je ne pourrai jamais m'en lasser, que ce soit sur un terrain ou devant mon écran de télé. Vous avez bien raison Phemga, on peut être très intelligent et instruit et se comporter comme une vraie ordure dans un stade de foot.
    Pourquoi ?
    La question reste posée.

    RépondreSupprimer
  7. Le foot c'est l'endroit où sont présents le plus grand nombre de dégénérés au m2.
    Pour un type à peu près correct, vous devez supporter 10 fous furieux qui n'attendent qu'une seule occasion pour passer à la baston. C'est bien le sport le plus populaire du monde mais ça veut dire une seule chose. L'homme est d'une connerie sans limite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne dit on pas que la connerie est la seule chose que l'homme est capable de renouveler à l'infini? C'est la raison pour laquelle il adore le foot.

      Supprimer
  8. Le foot nous fait bien comprendre les raisons pour lesquelles l'homme n'a jamais cessé d'agresser ses semblables. Et sa popularité qui ne se dément pas montre la perversité chronique de l'être humain.

    RépondreSupprimer
  9. Votre jugement sur le football est très dur. Il y a aussi de très bons moments, même en famille. Bon je conviens que si vous vous trouvez avec votre famille chez les ultras d'un club, vous ne serez pas à la fête mais il y a de la place ailleurs, en payant plus cher.
    Il ne faut pas non plus chercher le bâton pour se faire battre.

    RépondreSupprimer
  10. Vous connaissez l'adage qui compare le foot au rugby: Le football est un sport de gentlemen joué par des voyous et le rugby est un sport de voyous joué par des gentlemen.

    RépondreSupprimer
  11. Le foot procure des sensations extraordinaires qu'on ne connait nulle part ailleurs. Il est capable de faire chavirer de bonheur tout un peuple comme de le faire pleurer. Il y a malheureusement un revers de la médaille qui n'est pas bien glorieux. C'est la rançon de la gloire et de la passion. Il faut l'accepter comme tel où tourner définitivement le dos à ce fabuleux sport. Mais ça, personne ne le peut.

    RépondreSupprimer
  12. Ok le football est un sport qui peut être génial mais je supporte de moins en moins ces petites pleureuses qui s'écroulent pour un rien en se tordant de douleur dans l'espoir d'influencer les décisions de l'arbitre.
    Si le rugby est un sport d'hommes, on ne peut pas en dire autant du foot où on a souvent envie de tendre un mouchoir à ces mecs rois de la comédie et de la manipulation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que quand on sort d'un match de rugby et qu'on se tape un match de foot, c'est le jour et la nuit. Quand on voit un type hurler de douleur et se relever 15 secondes plus tard comme s'il ne s'était jamais rien passé, c'est difficile d'avoir du respect. Pourtant, nous sommes une écrasante majorité à être branchés foot dans le monde. Quel paradoxe.

      Supprimer
  13. J'aime bien votre analyse Phemga qui est pertinente. Le foot a souvent brouillé les meilleurs amis du monde mais il reste quand même le sport roi dans le monde et cela n'est pas un hasard. On y retrouve des sentiments qu'aucun autre sport ne peut produire.
    Et rien que pour cela il vaut la peine qu'on s'y intéresse.

    RépondreSupprimer
  14. Il est clair que si seulement 10% des gens qui pourrissent le foot étaient capables de faire leur mea culpa après avoir proféré des insultes par ci et là, voire pire, ça serait déjà une grande victoire pour ce sport. Mais il est difficile de demander à des bœufs d'avoir du bon sens et de la réflexion. Je suis fan de rugby et heureusement, comme vous l'avez dit vous mêmes, on peut emmener sa petite famille dans n'importe quel zone des tribunes sans risquer de prendre une barre de fer ou tout autre projectile.

    RépondreSupprimer
  15. En fait Phemga, ce qui serait très intéressant comme sujet de réflexion est de savoir pourquoi des gens biens, parfaitement posés dans la vie de tous les jours disjonctent subitement en côtoyant le monde du foot. Comment se fait-il que de braves pères de famille deviennent des ordures de premier plan dans l'antre d'un stade ou sur un terrain.
    Heureusement, le football ce n'est pas que de la violence. Ce sont aussi des moments de rêve et de pur spectacle. Le match d'hier soir, PSG Barcelone, en est l'exemple le plus récent.

    RépondreSupprimer