vendredi 15 mars 2013

Le péril jaune



Au début des années 70, alors que je n’étais qu’un gamin, le titre d’un livre écrit par Alain Peyrefitte, m’avait profondément interpellé, malgré mon jeune âge.
 « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera »
Sans avoir lu le livre, j’imaginais dès lors une invasion militaire de la France et de l’Europe par les petits hommes jaunes qui nous imposeraient leur culture, leur langue et leur mode de vie.
Bref, une forme de colonisation des temps modernes.
Quatre nouvelles décennies plus tard, doucement, au fil des années, la Chine s’est éveillée !
Or, si aujourd’hui, elle n’a pas envahi l’Europe avec son immense armée, comme je le craignais dans mes fantasmes d’enfant, elle a choisi une stratégie plus sournoise, moins violente et infiniment plus lucrative sur le long terme mais tout aussi dangereuse pour l’occident :
La conquête économique et industrielle du monde !
Oui, la Chine s’est éveillée, le monde tremble, l’occident en particulier, et cela n’est qu’un début.
Du fait d'une Europe en total déclin, qui se paupérise un peu plus chaque année, on observe actuellement une offensive économique généralisée sans précédent de la Chine sur les divers secteurs stratégiques de l'Union, par le rachat ou la tentative de rachat d’entreprises disposant de technologies clés ou porteuses de savoir-faire.
Celle-ci, désormais, propose et dispense son aide économique aux pays européens les plus vulnérables et en proie à de graves difficultés financières comme la Grèce.
Ces rachats d’entreprises de pointe et ces aides financières accordées généreusement, s’inscrivent dans une stratégie politico-économique remarquablement bien pensée.
Chaque action, après une étude poussée, est parfaitement ciblé pour atteindre un objectif précis et bien déterminé, qui vise au développement et au rayonnement de la Chine.
Son ambition fondamentale et majeure est de devenir la première puissance économique du monde dans les toutes prochaines années, et elle y parviendra sans aucun doute en supplantant bientôt les Etats-Unis.
Sur ce plan là, les jeux sont déjà faits.
La marche avant du mastodonte chinois est enclenchée depuis plusieurs décennies et plus rien ne semble en mesure de l'arrêter.
La chine inonde le monde de ses innombrables produits bons marchés, bas de gamme, et rachète de nombreuses entreprises en Europe et ailleurs, mais n'en continue pas moins d'ériger, à ses frontières, un mur d’une efficacité redoutable pour limiter, le plus possible, l’afflux des marchandises étrangères sur son territoire.
Exceptées les matières premières venues du monde entier, la Chine accepte d'ouvrir son marché intérieur, principalement dans le domaine des technologies et dans celui du luxe, et encore, sous conditions draconiennes.
Cette ouverture n'est naturellement pas anodine et poursuit un objectif parfaitement clair : s'approprier les technologies occidentales pour les faire sienne et imiter les procédés de fabrication des produits de luxe occidentaux pour les revendre à l'étranger, à vil prix, légèrement modifiés, sous le nom de marques chinoises.
En matière de technologie, le fameux train à grande vitesse, dont les chinois sont si fiers, est un exemple flagrant dans l'art de s'approprier le savoir-faire d'autrui, puisque ce dernier est issu de l'expérience et des compétences françaises sur le TGV.
Il en sera de même avec l'aéronautique et le nucléaire dans un avenir très proche.
Aucun autre pays au monde ne pourrait se permettre d’exporter ses produits en ouvrant au compte gouttes son marché local aux autres nations, sans s'exposer à des représailles économiques sévères. 
L'immensité du marché intérieur chinois ou vivent près de 1 milliard 400 mille individus et sa fabuleuse potentialité, déclenchent les fantasmes les plus fous des nations occidentales qui, sous l'emprise de l’appât du gain,  en oublient toute forme de prudence élémentaire.
Ceci, à un tel point qu'elles sont prêtes à accepter tous les compromis possibles, pour entrevoir la maigre possibilité de grignoter la plus petite miette de ce marché juteux qui, sur le moyen et long terme, ne profitera réellement qu'aux chinois.
Nous assistons ainsi à un véritable marché de dupes dans lequel la Chine excelle au plus haut point, en véhiculant des espoirs démesurés d'ouvertures vers des portes fermées à triple tours, qui ne s'ouvrent que pour servir les intérêts spécifiques de la mère patrie.
Si l’occident ne se décide pas à agir rapidement, au fur et à mesure que la Chine s’enrichira, en nous imposant ses propres règles et en s'appropriant, avec notre assentiment reconnaissant, notre savoir-faire, nos pays du nord s’appauvriront avec les conséquences économiques qu’on imagine sans mal :
désertification industrielle, chômage à outrance, conflits sociaux multiples et violents, guerres civiles, misère généralisée et faillite des états.
Lénine a dit un jour à propos des occidentaux :
« Ils nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons.»
Il semble certain que les chinois ont repris à leur compte le sens de cette fameuse phrase et qu'ils n'ont jamais été aussi proches de réaliser le vœux pieux de ce cher Lénine.
Et, pour asseoir encore plus sa puissance économique montante, la Chine effectue actuellement le plus grand réarmement militaire de son histoire avec un budget pour la défense qui se situe en seconde position dans le monde, derrière celui des USA.
Ce budget qui affiche un accroissement à 2 chiffres, depuis plus de 20 ans, a permis un développement militaires sur le plan maritime, nucléaire, spatial et cybernétique tel qu'il constitue aujourd'hui une véritable menace pour l'équilibre régional du continent asiatique.
L'ambition de l'empire du milieu, d'imposer de plus en plus ses volontés au reste du monde, pour parvenir à une domination économique et industrielle sans partage de la planète, est une réalité qu'il n'est plus possible de nier.
Le Japon, l'éternel ennemi de la Chine a d'ailleurs parfaitement compris ce qui se passe puisque ce pays a lui même décidé, afin de contrer les velléités hégémoniques de son puissant voisin, avec lequel il entretien des rapports difficiles, d'accroître considérablement son budget militaire.
Au cours de ses 5 000 ans  d'histoire, la Chine n’a eu de respect que pour une seule méthode :
"l'instauration d'un rapport de force" 
Celui-ci est considéré par elle comme un véritablement instrument de mesure entre les nations.
Chaque fois qu'un état cède à la Chine, chaque fois qu'il accepte des compromis, il se retrouve dans une position d'infériorité qui est immédiatement exploitée.
C’est la raison pour laquelle, je crois qu’il est extrêmement urgent que les européens, dont la lâcheté légendaire et les nombreuses divisions sont très habilement utilisées par la Chine, s’unissent pour trouver une parade efficace à l’influence grandissante de ce pays-continent qui, peu à peu, grignote leurs principales forces et ressources au mépris de tout règlement.
Il ne s'agit pas ici de crier "aux armes citoyens" contre ce pays mais de repenser considérablement nos relations économiques avec lui afin qu'elles soient en totale conformité avec les lois du commerce international, dans une stricte équité.
Et pour y parvenir, il appartient aux européens d'analyser, point par point, tous les éléments du côté chinois, qui empêchent les industriels occidentaux de développer leurs activités en Chine et de procéder à une rigoureuse réciprocité des lois locales en vigueur.
Il est également de leur responsabilité de placer un véto systématique sur les tentatives de rachats d'entreprises dont le savoir-faire stratégique demeure encore une force pour l'Europe.
Il me paraît aussi primordial d'analyser, avec la plus vive attention, tous les produits exportés par la chine et qui inondent le marché européen grâce à des tarifs qui sont une véritable violation des règles de la concurrence.
Ces produits devraient être l'objet de taxes conséquentes qui rendent le coût de leur commercialisation au moins comparable à celui des produits européens vendus au sein de l'Union.
Je crois que nous sommes arrivés désormais à un stade où les menaces constantes de représailles économiques chinoises, dans le cas d'une réglementation européennes draconienne à l'encontre de leurs produits d'exportation, doivent être balayées d'un revers de la main. 
L'heure n'est plus à tenter de préserver le présent, ni même le proche avenir, mais à la sauvegarde de l'identité et de la destinée des prochaines générations européennes sur les 50 années qui viennent.
Et si rien n'est entrepris pour stopper rapidement cette avancée quasi irrésistible en l'état actuel des choses, nos arrières petits enfants auront comme langue officielle le mandarin.
Mais surtout qu'on ne s'y trompe pas !
Je n'éprouve véritablement aucun sentiment d'animosité envers la Chine qui est une très grande nation, dont la culture, d'une fabuleuse richesse, est digne d'admiration.
Le peuple chinois possède un courage extraordinaire qui s'est révélé au monde entier au cours de nombreuses épreuves par le passé.
Mais, ma considération pour la chine s'arrête là où commencent les intérêts supérieurs de mon pays.

17 commentaires:

  1. Les chinois ils sont déjà partout chez nous au Gabon. Ils construisent nos routes et nos bâtiments administratifs avec des produits bas de gamme qui ne durent jamais. En contre partie ils gagnent nos matières premières haut de gamme. Ils piquent nos métiers traditionnels font le taxi, le chauffeur de camions et même les putes.
    Ils feront la même chose en France dans quelques années. Ici on a seulement changé de colonisateur. L'ironie de cette histoire, c'est que le Gabon et la France risquent d'avoir le même colonisateur. Il y aura donc toujours un point commun entre nos 2 pays.

    RépondreSupprimer
  2. Et bien mon Phemga, tu as mangé du lion !!
    Essaie le petit homme jaune, tu verras, l'estomac le digère très bien.
    Le seul petit problème est qu'après on a les yeux bridés et on ri jaune, lol.
    Euh...ok je m'en vais.

    RépondreSupprimer
  3. Vous diabolisez un peu trop les chinois qui ont toujours été un peuple de commerçants. Si les occidentaux ne peuvent s'adapter ils ne doivent s'en prendre qu'à eux mêmes. Nous vivons dans un monde où qui ne s'adapte disparaît. Là où je suis d'accord avec vous c'est que les chinois profitent très bien de la mésentente entre les européens pour gagner des parts de marché. Mais là encore ce ne sont pas les chinois qui sont responsables de cette situation mais les européens. Les chinois ne font que profiter d'une situation qui leur ait favorable et les européens n'hésiteraient pas à faire de même si l'occasion leur était donnée. Les européens ne cessent de pleurer sur leur sort mais ils ne font rien pour en sortir et ils finiront par en payer le juste prix, celui du déclin et de l'oubli.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis assez d'accord avec vous sur la méthode employée par les chinois qui ne vise qu'à dominer le monde. Je pense que dans 20 ans le mandarin sera d'ailleurs la première langue employée dans le monde des affaires, devant l'anglais. La roue est en train de tourner et l’Europe va devenir petit à petit un satellite économique chinois. Que pouvons nous faire contre cela? La puissance chinoise semble irrésistible et il ne faut pas compter sur une union Européenne pour faire front tant les égoïsmes nationaux sont importants. L'union Européenne a toujours été un rêve inaccessible et le restera toujours au grand bonheur de la Chine.

    RépondreSupprimer
  5. Je crois que nous avons beaucoup de soucis à nous faire et qu'il serait temps de recadrer les choses avec la Chine. Il faudrait pour cela que nous en ayions encore les moyens et malheureusement ce n'est plus vraiment le cas. Il est pratiquement trop tard et comme vous le dites, il va bientôt falloir se mettre à apprendre le mandarin.

    RépondreSupprimer
  6. Je comprends vos inquiétudes Phemga mais la situation n'est pas aussi sombre que votre article le laisse penser. Pour maintenir sa croissance la Chine a absolument besoin de commercer avec l'occident. Or c'est justement là qu'est le point faible du pays. Pas de commerce avec l'occident, pas de croissance soutenue. Il y a donc là un moyen de rétorsion qui est très loin d'être négligeable. Là où je vous rejoins c'est de savoir si les occidentaux et les européens en particulier auraient le courage de briser l'élan chinois en instaurant par exemple des quotas sur les exportations. chinoises.

    RépondreSupprimer
  7. On constate que dans les magasins beaucoup de produits sont fabriqués en Chine. Ce pays est appelé à devenir le fabricant attitré de tous les produits consommés par les occidentaux. Le tendance ne s'inversera plus et je crois qu'il est même trop tard pour agir. Tout ça finira par une troisième guerre mondiale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les évènements qui se déroulent en ce moment sur le plan économique sont effectivement les prémices de la 3è guerre mondiale. Je suis d'ailleurs surpris que Phemga n'ait même pas parler de cette perspective.

      Supprimer
  8. C'est clair que les occidentaux peuvent trembler car leur déclin sera précipité par l'hégémonie chinoise sur le commerce international. Je suis d'accord avec vous phemga, dans 50 années au plus la première langue parlée en occident sera le mandarin. Vous verrez que tout le monde l'acceptera. Regardez en Afrique francophone, nous parlons tous français et nous ne nous en portons pas plus mal. Nous ne tarderons pas aussi à remplacer le français par le chinois et là encore tout se passera bien.

    RépondreSupprimer
  9. Le vrai danger ce n'est pas vraiment la chine mais la mentalité des européens trop occupés à défendre leurs minables petits intérêts au détriment de toute l'Europe. C'est cette attitude qui permet à la Chine d'avancer ses pions. L’égoïsme des nations européennes ouvre un vrai boulevard à l'avancée chinoise et nous n'aurons que ce que nous méritons.

    RépondreSupprimer
  10. Le plus frustrant, c'est l'affreuse impression d'impuissance que montre l'occident face à la Chine. Cela finira mal car à un moment donné, il se trouvera un Georges Bush pour taper dans la fourmilière et comme l'écrivait Vero333, il y aura une 3e guerre mondiale. Il faut avouer qu'il n'y aurait pas plus radical pour stopper définitivement, non pas la Chine mais le chômage, tout aussi dangereux.

    RépondreSupprimer
  11. Attention,le mandarin n'est pas une langue mais un dialecte. Nous finirons surement par le parler un jour en Europe. Cela aura au moins l'avantage de nous permettre de mieux comprendre nos prochains maitres chinois.

    RépondreSupprimer
  12. Ils sont incroyables ces chinois.
    Ils ont réussi à harmoniser le communisme avec le capitalisme.
    Ils ont ainsi trouvé la formule pour dominer l'occident.
    Mao doit se retourner dans sa tombe pour ne pas avoir trouvé la solution en son temps.

    RépondreSupprimer
  13. La grande force de la Chine, c'est surtout les divisions et les mesquineries des européens entre eux. Et vu sous cet angle le plus grand ennemi commercial et économique de l'Europe c'est l'Europe elle même.

    RépondreSupprimer
  14. Il y a quand même un pays européen qui s'en sort mieux que les autres en Chine, c'est comme d'habitude l'Allemagne avec ses voitures haut de gamme très recherchées par les chinois fortunés. Mais sûrement que là aussi, ça ne devrait pas durer car les chinois finiront comme avec le TGV par fabriquer des Mercedes chinoises qu'ils revendront aux européens et aux américains sous un autre nom. Ils sont quand même forts ces gens là, on ne peut pas le nier.

    RépondreSupprimer
  15. On assiste en chine à une occidentalisation des grandes villes. Il faut voir les énormes transformations d'une ville comme Shanghai bardée de grattes ciel comme à New-York. Les Chinois ont su parfaitement se servir de nos méthodes et de nos stratégies d'entreprises pour évoluer dans le monde et nous contrer avec leur main d’œuvre bon marché qui travaille presque 18 heures par jour. On ne peut pas lutter dans ces circonstances sinon en repensant totalement nos relations commerciales avec ce pays. Mais repenser ces relations exige du courage que les européens n'ont pas et n'auront jamais. Comme d'habitude, l'espoir viendra peut-être des USA.

    RépondreSupprimer
  16. A tout prendre, entre l'islamisation radicale et progressive d'une partie de la société française et l'influence chinoise de plus en plus marquée, il vaut mieux choisir nos amis chinois. Au moins avec eux, culturellement, on aura toujours l'impression d'avancer et il sera toujours possible de faire des affaires. Aussi avec eux, plus de chômage. Il y aura du boulot pour tout le monde...20 heures par jour.
    C'est mieux que de se morfondre dans la recherche d'un boulot improbable. C'est bien connu, l’exercice maintient en bonne santé.

    RépondreSupprimer