lundi 10 juin 2013

Lorsque des maires frondeurs refusent de célébrer les mariages gays.


 
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, risque de connaître prochainement quelques soucis avec plusieurs maires qui, malgré la loi en vigueur, continuent de refuser de célébrer les mariages gays.

Il convient de rappeler que la loi Républicaine doit s'appliquer partout en France et que les maires réfractaires s'exposent à des sanctions s'ils persistent à ne pas s'y soumettre.
Ces sanctions peuvent être lourdes puisque le peine encourue, en plus de la révocation, est 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.
Les maires frondeurs invoquent leur liberté de conscience, oubliant par la même occasion qu'ils sont des représentants de l'état sous l'autorité du procureur de la République.
De ce fait, quelque soit leur opinion, ils ont l'obligation de respecter la loi en vigueur et d'en appliquer tous les principes.
Certains d'entre eux affirment, à qui veut l'entendre, qu'une loi peut être légalement votée mais néanmoins demeurer illégitime.
Cela est faire fi, avec beaucoup de légèreté et bien peu de respect, de la décision du conseil Constitutionnel qui a validé la loi sur le mariage pour tous, votée par l'Assemblée nationale.
On ne peut pas se prétendre des démocrates et décréter illégitime des lois votées et validées par les plus hautes instances d'une démocratie unanimement reconnue.
Si on permet aux maires de bafouer les lois légalement promulguées, on ouvre une porte qui mène irrémédiablement vers des chemins dangereux, portant inévitablement atteinte à la crédibilité de la République et, en l’occurrence, à la démocratie.
Cela est inacceptable.

Cependant, au regard de l'extrême sensibilité de ce sujet qui continue de diviser profondément la société française, je ne crois pas que la politique de la sanction systématique doit prévaloir sans qu'on ait tenté de trouver, au préalable, une solution pour parvenir à résoudre le litige.
S'il ne me semble pas opportun de reconnaître une quelconque close de conscience aux maires frondeurs, close qui risquerait de créer un précédent, il serait souhaitable, en plus des maires adjoints, d'élargir le pouvoir de déléguer la célébration d'un mariage gay à d'autres collaborateurs d'une mairie.
En effet, si on a estimé que la société devait évoluer en permettant légalement aux homosexuels de se marier, pourquoi n'accepterait-on pas que des agents de mairies, dûment désignés par les maires pour les représenter, aient la charge de célébrer un mariage qu'il soit gay ou non ?
           
Dans un but de pure tolérance et dans un souci de maintenir la société en phase avec l'évolution des mœurs, j'ai toujours exprimé mon accord pour le mariage pour tous.
Je maintiens encore aujourd'hui ce choix parce que je continue de croire que, quels que soient les problèmes de conscience qui nous animent, nous ne devons pas nous enfermer dans des idées fondées uniquement sur des traditions ancestrales.
Le monde évolue, et je pense que les traditions, même les plus sacrées, doivent suivre cette évolution en s'ouvrant sur des idées nouvelles ou réformées.
N'est-ce pas ainsi que nous sommes passés du Moyen Age à l'époque industrielle et à l'ère de la technologie ?
Je mentirais néanmoins si j'affirmais que le premier mariage gay, tellement médiatisé, comme pour provoquer ceux qui y étaient opposés, n'a pas interpellé ma conscience.
Je n'ai éprouvé aucune satisfaction à voir deux hommes s'unir par les liens du mariage et j'ai même honnêtement ressenti, malgré moi, un certain malaise à les observer s'embrasser.
Il me faudra sûrement beaucoup de temps avant de considérer, exactement de la même manière, un couple marié hétérosexuel et un couple marié homosexuel.
Il ne s'agit pas ici d'homophobie de ma part mais d'un besoin intellectuel de parvenir à une parfaite harmonisation de mes sentiments en la matière, et cela demande de laisser de l'eau couler sous les ponts.
Le mariage d'un homme et d'une femme sera toujours pour moi celui qui se rapproche le plus de l'idéal amoureux qui génère les fondements d'une véritable famille.
Je ne me reconnais pas et je ne me reconnaîtrai jamais dans un couple homosexuel marié.
Mais cela ne m'a pas conduit et ne me conduira pas à me prononcer contre le mariage gay, malgré ma sensibilité personnelle.
Mes propres considérations ne sauraient se substituer à la nécessite de permettre à la société de poursuivre son évolution, en cohérence avec les individus qui la composent.
C'est la raison pour laquelle, si je peux comprendre le problème de conscience éprouvé par certains maires de France, je ne saurais les soutenir dans leur volonté de faire barrage à cette loi Républicaine.
Si des solutions sont trouvées par l'état pour permettre à ces maires d'éviter physiquement, de célébrer un mariage gay dans leur propre mairie, leur sentiment personnel sur le sujet ne doit aucunement occulter leur sens du devoir.
Il leur appartiendra alors de s'assurer, par l'intermédiaire de leurs éventuels représentants désignés, qu'il n'y ait aucune différence perceptible de traitement entre le mariage d'un couple hétérosexuel et celui d'un couple homosexuel.
Mais quoi qu'il en soit, leur responsabilité se trouve totalement engagée quant au bon déroulement des mariages homosexuels, qu'ils les célèbrent ou qu'ils délèguent leur pouvoir.
L'autorité doit toujours rester à l'Etat qu'ils représentent et ce, quelque soit leur sensibilité sur tel ou tel problème de société.

Quant à ceux dont les convictions ne peuvent s'accoutumer à l'idée de célébrer un mariage gay dans leur mairie, si aucune solution satisfaisante n'est trouvée, il leur appartiendra d'en tirer toutes les leçons et de remettre leur démission avant que les sanctions prévues par la loi soient appliquées dans toute leur rigueur.
Les maires sont des citoyens comme tout le monde et leurs fonctions imposent qu'ils montrent l'exemple à leurs administrés, en respectant scrupuleusement les lois promulguées par un état de droit comme le nôtre.

19 commentaires:

  1. Et bien mon Phemga, tu avais disparu de la circulation. Quelle longue absence !
    Bon retour sur ton blog mon frère.
    Pour ce qui est de ton article, je dirai que j'ai été assez écœuré par toute la publicité qui a été faite sur ce premier mariage gay en France. On se demande effectivement s'il n'y a pas eu une tentative de provocation de certains médias de gauche. Bon, ce qui est fait est fait mais les médias n'ont pas rendu service aux gays en imposant trop lourdement ce premier mariage sur toutes les chaines de télévision.
    Ha la connerie humaine !

    RépondreSupprimer
  2. Heureuse de vous retrouver Phemga.
    Oui, si les maires se mettent aussi à refuser d'appliquer les lois, comment imposer celles-ci au citoyen lambda?
    S'ils ne sont pas disposés à appliquer cette nouvelle loi, ça doit être la porte ou la prison. Je précise que je ne suis pas spécialement pour le mariage gay.

    RépondreSupprimer
  3. C'est abuser là.
    La loi n'est peut-être pas bonne mais le maire est là pour faire appliquer certaines lois votées par l'état.
    S'ils ne veulent pas obéir ils doivent être punis, suivant la loi.

    RépondreSupprimer
  4. Cette loi, moi je ne la digère toujours pas donc je ne vais pas tirer sur les maires parce que certains d'entre eux refusent de célébrer les mariages gays.
    Au contraire, je les trouve très courageux. Pour vous la loi est la loi Phemga mais il ne faut pas se limiter à cette seule réflexion qui est trop sectaire. Dans ce cas, on finira par marier n'importe qui avec n'importe quoi sous prétexte que la loi est la loi. Et je mesure mes propos...
    Demain les homosexuelles très croyants exigeront que l'église les marie aussi.
    Bon c'est vrai, là, avant qu'ils obtiennent gain de cause il se passera encore quelques siècles. Ouf!

    RépondreSupprimer
  5. Vous aviez disparu Phemga. Votre blog est resté plusieurs semaines sans articles et ça nous manquait. Le problème des maires frondeurs, pour reprendre votre terme, fait de plus en plus d'émules. Le premier maire qui sera jeté en prison pour refus de célébrer un mariage gay créera un profond malaise dans la société, qu'on soit pour ou contre le mariage pour tous. De nouveaux débordements risqueront d'embraser certaines villes de France. Je pense qu'il serait plus sage de traiter les problèmes au cas par cas plutôt que d'appliquer les sanctions prévues par la loi. Vous avez cependant raison, on ne peut pas autoriser indéfiniment des officiers d'Etat civil à se rebeller contre les lois du pays sans prendre des sanctions, mais on pourrait tout simplement se contenter de les révoquer en oubliant la case prison.

    RépondreSupprimer
  6. Ces histoires là finiront mal. Je ne vous cache pas que les embrassades des nouveaux mariés gay m'ont choqué. Et si je suis qualifié d'homophobe comme c'est la mode chaque fois qu'on se prononce contre le mariage gay alors tant pis. Et vous le dites très bien Phemga, la publicité qui a été faite sur ce mariage est comme une sorte de provocation.

    RépondreSupprimer
  7. Je veux bien que la société évolue, c'est inévitable mais cette société évolue-t-elle dans la bonne direction ?
    Il suffit d'observer la sortie des lycées pour voir que les filles ressemblent de plus en plus à des garçons et que de plus en plus de garçons sont efféminés. Ce n'est pas exactement ma vision d'une société progressive. J'aurai donc tendance à parler de décadence de la société plutôt que d'évolution réelle. Quant aux maires qui refusent de célébrer les mariages gay je les comprends mais ils doivent avoir le courage de leurs convictions en démissionnant de leurs fonctions.

    RépondreSupprimer
  8. La légalisation du mariage gay a vraiment choqué mon esprit d'homme africain.
    Si un pays comme la France envoie désormais ses maires en prison parce qu'ils refusent de marier les homosexuels alors, cette France là va devenir petit à petit comme la Corée du Nord. Ok, la loi est la loi mais la prison, quand même, ce n'est pas juste. Dans le pays des droits de l'homme on ne doit pas aller en taule pour ses idées, ce n'est pas possible.

    RépondreSupprimer
  9. J'imagine que les maires catholiques pratiquants éprouvent bien des difficultés avec cette nouvelle loi et que le malaise doit être profond.
    Ceci dit, comme vous l'avez indiqué Phemga, leur devoir est d'obéir aux lois Républicaines et de les respecter. La République n'a que faire de leur état d'âme.
    Si cela s'avère trop pénible pour eux, ils ont tout le loisir de démissionner.

    RépondreSupprimer
  10. Désolé mais cette loi me dégoûte.
    Suis-je homophobe pour autant ?
    Peu importe, je m'en fiche comme de l'an 40.
    Je ne ressens aucune animosité envers les homosexuels et il ne me viendrait jamais à l'idée de les agresser mais les voir se marier comme une famille traditionnelle, là ça ne passe pas.
    Les maires réfractaires ont raison de se battre et je soutiens leur combat.
    Je voudrais tout de même bien savoir si la justice aura le courage d'envoyer en prison des hommes uniquement pour leurs idées.

    RépondreSupprimer
  11. Bien qu'opposée au mariage pour tous, je ne comprends pas le comportement de certains maires qui refusent de marier les couples homosexuels. Leurs idées personnelles ne les autorisent pas à choisir ce qu'il convient ou non de faire dans le cadre de leurs fonctions. Ils ont des comptes à rendre à l'Etat et ils doivent agir en conséquence. Dans le cas contraire, je n'irai pas jusqu'à les envoyer en prison mais la révocation s'impose.

    RépondreSupprimer
  12. Nous avons bien des médecins qui refusent de pratiquer l'avortement pour des raisons religieuses donc pourquoi pas des maires qui refusent de célébrer un mariage gay pour exactement les mêmes raisons. En fait tout cela concerne d'abord la religion. Dieu est partout. Amen

    RépondreSupprimer
  13. Une loi qui est promulguée est légale mais pas forcément légitime. Cette loi sur le mariage pour tous est entièrement illégitime car elle touche aux fondamentaux du mariage et dénature gravement sa signification. Hollande a voulu cette loi et on ne peut s'étonner du manque de respect qu'il a pour le mariage puisque lui même n'a jamais épousé les femmes avec lesquelles il a vécu et fait des enfants. Pour ce monsieur, le mariage ne veut rien dire et n'a aucune valeur. Croit-il seulement en Dieu ce gars là?

    RépondreSupprimer
  14. Content de vous lire Phemga. Ca faisait quelques semaines que vous aviez abandonné la plume.
    Je pense effectivement que les maires ont tort de mélanger leurs convictions personnelles avec le rôle qu'ils jouent dans la ville. Pourtant, ça ne doit pas être évident de marier 2 hommes ou 2 femmes lorsque les convictions religieuses prennent le pas sur le devoir envers les fonctions qu'on occupe. Malheureusement dans ce cas, il faut avoir le courage de rendre son tablier et de partir. J'espère qu'on n'arrivera pas à ces extrémités que sont la prison et qu'on trouvera une solution pour éviter une telle chose qui ne serait pas bonne pour notre démocratie.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis encore écœuré par toute cette publicité qui a été faite sur le premier mariage gay. En considérant ces gens comme des héros de guerre on a participé un peu plus à radicaliser ceux qui étaient contre le mariage pour tous mais qui restaient mesurés dans leurs réactions. Encore un coup de ces médias de gauche qui roulent pour Hollande. Je doute que la justice socialiste envoie les maires frondeurs en prison car dans ce cas l'opinion risque de réagir à sa façon dans les sondages déjà très bas pour Hollande. Mais bon, il parait que la justice est indépendante du pouvoir alors...

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrai qu'une loi est passée et que tout le monde doit respecter la loi mais je soutiens à 100% les maires qui ne veulent pas marier les homosexuels. Le sujet est trop sensible et fait bien trop appel à nos sentiments profonds pour qu'on puisse exiger que des gens aillent à l'encontre de leurs convictions culturelles.
    C'est donc à ceux qui ont décidé d'autoriser le mariage pour tous de trouver une solution pour que les maires frondeurs ne soient pas obligés de célébrer un acte qui les choque. Dans le cas contraire, il ne restera que la démission comme choix ultime mais je suis sûr que des alternatives existent entre gens de bonne volonté.

    RépondreSupprimer
  17. Plus il y aura de maires frondeurs et plus il sera impossible à la justice de prendre les sanctions prévues par la loi. On voit mal la justice envoyer en prison des dizaines de maires. Cela ferait désordre et les associations des droits de l'homme, avec l'Europe, commenceraient à s'en mêler. La France serait dans une mauvaise situation et finirait par céder, pays des droits de l'homme oblige. Seul le nombre fera donc la différence. Pas pour changer la loi sur le mariage pour tous mais pour obliger l'état à trouver lui même une solution à ce problème. Certains ont mis la pagaille, alors qu'ils fassent le ménage.

    RépondreSupprimer
  18. Heureusement Hollande est né avant la honte. Ces histoires de gaulois continuent de me dépasser. Les maires qui refusent de marier les homosexuels ont bien raison et ils doivent persister dans cette volonté de rébellion. Ce qu'ont décidé Hollande et sa clique est une honte pour les familles traditionnelles.

    RépondreSupprimer
  19. Je comprends très bien que cette nouvelle loi divise les français et elle continuera de le faire encore pendant de nombreuses années. On ne pourra rien y faire tant ce problème est délicat dans l'esprit des gens. Mais les maires, eux, doivent être au dessus de tout cela et n'ont pas à mélanger leurs convictions personnelles avec leur fonction d'officiers d'Etat civil. Ils le savent très bien d'ailleurs. Donc, s'ils ne veulent pas suivre la loi en vigueur qu'ils démissionnent, c'est simple. Il faut donc arrêter ces enfantillages et avoir le courage de prendre la porte.

    RépondreSupprimer