samedi 31 mai 2014

Le triomphe du FN : A qui la faute ?


Comme les sondages le laissaient présager, le Front National aura donc triomphé aux élections européennes de 2014.
Madame Le Pen jubile autant qu'elle le peut du mauvais tour qu'elle a joué à la classe politique français où du moins ce qu'il en reste.
Le résultat du 25 mai dernier n'aura surpris personne tant cette victoire était attendue.
Pourtant, les 25% de suffrages obtenus par le parti de Marine Le Pen auront provoqué un choc retentissant en France et en Europe, comme si cela constituait une surprise colossale.
Le tremblement de terre annoncé a donc bien eu lieu et on pourrait même évoquer un véritable "big bang" tant les effets paraissent dévastateurs pour l'image de la France dans le monde.
Les principaux partis républicains ont été étrillés, pour ne pas dire ridiculisés, le PS en tête.
Quant à L'UMP, il n'aura pas eu le loisir de profiter très longtemps de sa victoire aux dernières municipales. 
Il sera descendu bien vite du piédestal, qu'un temps, la grande impopularité de François Hollande lui aura permis de gravir. 
Comme d'habitude, les politiques de droite et de gauche, après l’effarement de rigueur, ont pestiféré contre la montée de l'extrémisme et nous ont servi leur éternelle litanie vaseuse qui consiste à argumenter sur les raisons pour lesquelles le FN a le vent en poupe.
Alors qu'ils se sont montrés incapables de renverser la tendance qui se dessinait depuis de nombreux mois, aucun d'entre eux n'a été en mesure d'énoncer la moindre solution crédible pour se relever du tsunami FN.
Le paysage politique français, déjà désœuvré par la médiocrité et le manque de charisme de ses responsables, est désormais dévasté et en état de ruine manifeste.
Et après l'énorme claque reçue, la question que se pose aujourd'hui est de savoir si les grands partis traditionnels sont parvenus au fond du gouffre où s'ils poursuivront encore leur descente aux enfers.
Le mal paraît si profond que le pire reste peut-être encore à venir.
Voici quelques années, personne n'aurait imaginé un résultat aussi favorable du Front National aux élections européennes de 2014.
De ce fait, on ne peut s'empêcher de se projeter directement sur les prochaines présidentielles de 2017.
Le récent triomphe du FN, qui incarne à lui seul la faillite collective de tous les partis politiques français, est-il annonciateur, dans 3 ans, de l'explosion d'une bombe atomique qui dévastera toute l'Europe ?
Que se passera-t-il si le peuple français, toujours écœuré par les insuffisances coupables de ses responsables politiques qui se succèdent au pouvoir, saute le pas et traverse la ligne rouge pour élire Marine Le Pen ?
Noyés dans leurs certitudes de bas étage comme l'étaient nos "brillants" généraux en 1940, juste avant la débâcle, les chefs de l'UMP et du PS sauront-ils finalement prendre des initiatives consistantes et crédibles pour contrecarrer les plans de bataille de Marine Le Pen ?
Les récents déboires du président de L'UMP, François Copé, rattrapé par l'affaire de la société Bygmalion, n'incitent guère à l'optimisme.
Le discrédit des politiques atteint désormais des sommets jamais franchis auparavant.
Une partie non négligeable du peuple français a totalement perdu confiance en ceux qui la gouverne, quelque soit la sensibilité politique présente au pouvoir, et ne sait plus à quel saint se vouer.

- Cette partie se montre particulièrement mécontente de cette Europe dictatoriale, trop intrusive dans la vie des nations, la France prenant pratiquement tous ses ordres à Bruxelles pour avaliser la moindre décision économique. La liberté d'action a été annihilée par une bureaucratie pointilleuse et zélée, dont les membres se situent fort loin des réalités sociales.
Pour ma part, ce n'est pas l'Europe pour laquelle j'ai voté, animé à l'époque par tant d'espoir.

- Cette partie demeure extrêmement inquiète de l'effritement progressif de son identité face à un fondamentalisme religieux de plus en plus vindicatif, que l'état accepte au nom d'une tolérance républicaine mais qui nous amène tout droit vers une future guerre de religion.
J'ai l'intime conviction que si l'esprit de tolérance républicain persiste à accepter l'intolérable en s’asseyant sur nos propres valeurs, un jour viendra où il sera nécessaire de se battre pour défendre l'existence des clochers de nos églises, qui à eux seuls racontent tout un pan de l’histoire de France.

- Cette partie craint sans cesse pour la stabilité de l'emploi, toujours plus bancale et ne parvient plus à se situer dans la société pour y prendre sa place. Elle sait que l'industrie française, qui n'a pas su prendre le train de la modernité, manque de compétitivité et que dans sont état actuel, elle ne proposera rien d'autre que des suppressions d'emplois.
Dans de telles circonstances, il me paraît bien compliqué de trouver une lueur d'espoir qui permettrait de croire en des jours meilleurs.

Face à ces inquiétudes légitimes, l'impuissance des partis politiques de droite et de gauche reste flagrante et aucune digue ne semble suffisamment solide pour casser la vague FN sur laquelle surfe fièrement Marine Le Pen.
Bien au contraire, leur affligeante guerre des chefs, l'existence de casseroles financières diverses et leurs trop nombreuses incohérences auront fortement contribué à accentuer une certaine forme de radicalisation qui se propage au fil des années.
Dans une France en déclin, dirigée par des hommes et des femmes qui inspirent la plus profonde méfiance, les sirènes du Front Nationale attirent irrésistiblement les français les plus fragiles et les plus inquiets.
Les résultats de ces élections européennes, même s'ils ne sauraient préfigurer de l'issue des prochaines présidentielles, démontrent, si besoin était, que la France souffre de graves maux.
Et à ce jour, il n'existe malheureusement aucun remède au mal.
Naturellement, on ne peut ignorer l'avancée importante des extrémismes dans toute l'Europe.
La France n'est pas la seule nation touchée par un phénomène général qui s’amplifie chaque année.
Mais lorsqu'on est l'une des principales nations fondatrices de l'Europe, lorsqu'on est le pays des droits de l'homme et des lumières, le moins que l'on puisse dire est que la victoire d'un parti extrémiste, même à une élection européenne, constitue un désordre absolu et une honte ineffable.
Il reste à espérer que la raclée infligée par le FN, tout compte fait, sera un mal pour un bien et permettra aux politiques français de sortir enfin de leur léthargie avant qu'il ne soit trop tard.
Il est impératif qu'ils parviennent à reprendre la main afin d'empêcher Marine Le Pen de franchir toutes les étapes qui la rapprochent peu à peu de l'Elysée.
Et les trois années à venir ne seront pas de trop pour redonner des couleurs à une nation au teint terriblement pâle, qui respire difficilement, égarée au coin d'un chemin sinueux, bordé d'un immense précipice.
Une nation qui voit se diluer ses valeurs dans les méandres de la crise économique, dans la peur du lendemain et qui, à travers ce vote en faveur du FN, envoie un immense message de détresse à la République.
Il n'y a rien de plus dangereux pour un pays qu'un peuple en proie au désespoir et démuni de tout repère.
Le temps où l'expression allemande " heureux comme Dieu en France " véhiculait l'image de la douceur et du savoir vivre à la française est définitivement révolu.
Allons enfants de la patrie...

22 commentaires:

  1. Rien qu'en voyant cette sale bonne femme en photo j'ai une crise d'urticaire.
    Pauvre France dont le peuple se fourvoie dans l'espoir de jours meilleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peuple n'est pas responsable de la situation présente. C'est l'incapacité de la classe politique à rassurer en cette période difficile qui est la source de tout. Plus d'humilité et un peu moins de suffisance serait déjà un bon départ pour entamer la reconquête de l'opinion.

      Supprimer
  2. Quelle honte !
    Je finirai par rendre mon passeport.

    RépondreSupprimer
  3. Près de 15 jours après la victoire du fn, je suis encore sous le choc malgré les sondages qui nous avaient préparés au pire. Il serait folie d'élire une telle femme à la présidence de la république. Ca serait la guerre civile assurée.
    Je suis dégoûté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas à être dégouté. C'est la loi de la démocratie. On peut le regretter mais c'est la règle.
      Elle est la même pour tout le monde.

      Supprimer
  4. Oui, allons enfants de la patrie mais le jour de gloire n'est pas arrivé.
    Pour l'instant, c'est un jour de colère et de honte.

    RépondreSupprimer
  5. Une chose que vous n'avez pas évoqué est le vote pour le FN de nombreux français qui sont traditionnellement de droite et qui aux européennes ont soutenu le FN pour envoyer un nouveau message aux hommes politiques. Un sérieux avertissement. Souvenons nous qu'après le fameux 21 avril 2002, l'écrasante majorité des français a voté pour Chirac. Personnellement, malgré l'onde de choc, je ne suis pas inquiet. Au moment fatidique les français sauront se reprendre comme ils l'ont déjà fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense comme vous Melios car autour de moi je connais plusieurs personnes qui ont voté pour le FN uniquement pour exprimer un mécontentement et des inquiétudes mais qui n'ont aucune intention de voter pour Marine Le Pen aux présidentielles de 2017. Elles ont cherché à créé un choc et rien de plus.

      Supprimer
  6. Pour Marine Le Pen, c'est le soleil d’Austerlitz.
    Tous les voyants sont au vert. Malgré son récent succès je doute quand même qu'elle imagine vraiment qu'elle peut gagner les élections présidentielles. Parvenir au second tour est une probabilité mais de là à gagner les élections, pour moi c'est impossible. Trop de gens de droite et de gauche devraient voter pour elle pour qu'elle parvienne à 50.1%.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?
      " Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie ".
      Pas de Waterloo à l’horizon pour l'instant !
      Mais où sont donc ces mornes plaines où on rêve de voir le FN mourir ?

      Supprimer
  7. Ceux qui votent pour le FN n'ont plus peur d'exprimer haut et fort leur choix puisque maintenant ils l'assument sans complexe comme on voterait pour la droite ou la gauche. Ceci prouve bien la puissance de ce parti qui est parvenu à dédiaboliser sa doctrine politique. Marine Le Pen a réussi ce tour de force que son père trop violent dans ses propos ne parvenait pas à réaliser. L'élève a bien dépassé le maître.

    RépondreSupprimer
  8. Le triomphe du FN : A qui la faute ?
    Pourquoi à qui la faute ?
    La démocratie a parlé et c'est GRACE au peuple que le FN a gagné. Personne n'a volé personne.
    Tout ça s'est passé en parfaite légalité. En France nous ne sommes pas dans une démocratie bananière.
    Votre article nous promet l’apocalypse si Marine Le Pen devenait présidente.
    Mais pourquoi ?
    Je ne comprends pas vos propos qui ne sont pas fondés. Pendant des décennies ont a accepté le parti communiste comme parti légal et personne n'y a trouvé à redire. Vous même dans un de vos anciens articles vous dénoncez justement les horreurs du communisme. Le FN lui n'a pas de passé sombre et génocidaire.
    Pourquoi donc, ces 2 poids 2 mesures ?
    Les inquiétudes des français que vous détaillez sont parfaitement justes. L'Europe qui nous assomme à coups de gourdins, l'islamisme radical qui gagne tous les jours du terrain et auquel vous faites timidement allusion, le chômage et la peur de la misère sont des éléments suffisamment forts pour que les français désespérés par les politiciens véreux de gauche et de droite choisissent une autre voie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien mince, il va bientôt falloir crier Heil Hitler, pardon Heil Le Pen.
      Et pour le salut on fait lequel ? Le salut nazi ou le bras d'honneur ?
      J'affectionne particulièrement le bras d'honneur pour la Marine.
      Je sais, je sais, je suis trop stupide. (je reste poli car Phemga surveille et n'aime pas les gros mots)
      Ho France, ma France à moi, mon cher pays qu'es-tu devenu ?
      Allez, je me casse sinon je vais m'égarer moi aussi.
      C'est un salut républicain que je vous envoie.

      Supprimer
    2. C'est la faute à Marine Le Pen tout simplement qui a parfaitement su mener sa barque.
      Ok, elle dit quelques bêtises et certains éléments de son programme sont irréalisables mais elle dit aussi quelques vérités dérangeantes. Des vérités vraies si j'ose dire. Elle a au moins le mérite d'interpeler l'opinion sur certains dangers. Je pense à l'Europe où tout n'est pas rose mais surtout au radicalisme religieux pour employer les doux mots de Phemga.

      Supprimer
  9. Je ne crois pas Le FN en mesure de gagner les prochaines élections présidentielles mais la déplorable et pathétique image que donnent les 2 principaux partis politique, le PS et l'UMP, permettra probablement à Marine Le Pen d'être présente au second tour.

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai Phemga que la victoire du FN prouve que la France est malade mais je ne pense pas qu'il faille dramatiser. Le FN mange en ce moment son pain blanc. Il faut rappeler que malgré sa victoire, le FN n'a rassemblé que 1/4 des voix. Les 3/4 des gens n'ont donc pas voté pour ce parti. On se console comme on peut mais c'est une réalité.

    RépondreSupprimer
  11. Moi j'ai mal à ma France.
    La Marine au pouvoir c'est le sabordage assuré et peut-être la guerre civile.
    Nous vivons une époque misérable. Les esprits tourmentés s'égarent et les intelligences sont au raz des pâquerettes.

    RépondreSupprimer
  12. C'est étonnant Marine Le Pen n'a pas été invitée aux commémorations du débarquement du 6 juin 44. Pourtant c'était le jour des grands vainqueurs.
    Il y en a qui sont mauvais perdants quand même.

    RépondreSupprimer
  13. Cet intérêt pour les idées d'extrême droite chez les européens en général et chez les français en particulier est très inquiétante pour l'avenir. Je ne peux croire que tout un continent devienne petit à petit intolérant et raciste. Il y a donc un mal que je ne parviens pas à comprendre. Des peurs persistantes sont bien présentes mais comment est il possible que des partis comme l'Ump et le Ps ne sont pas encore parvenu à rassurer les gens ? Leurs responsabilités est énorme sur ce qui se passe. Je suis triste pour la France qui donne une très mauvaise image d'elle même.

    RépondreSupprimer
  14. Un pays qui subit une grave crise économique qui n'a pas de fin trouve souvent refuge dans l'extrémisme. On peut comparer l’engouement pour le FN à celui qu'on voit dans les pays musulmans pour le fondamentalisme religieux. C'est toujours dans la pauvreté que le radicalisme trouve des appuis importants pour progresser. La France s'appauvrit et les conséquences sont maintenant bien visibles. Les hommes politiques vont devoir se retrousser les manches pour arrêter un processus qui semble inarrêtable. Mais je ne vois pas à ce jour qui en France a suffisamment de poigne et de compétences pour regagner l'honneur perdu d'une classe politique qui ne mérite aucune estime et suscite le mépris.

    RépondreSupprimer
  15. Pardonnez moi Phemga mais je trouve qu'il y a un peu de Marine Le Pen dans certaines de vos phrases.
    Je pense à votre paragraphe sur les inquiétudes des français où vous évoquez le fondamentalisme religieux et la perspective d'une guerre de religion. Je ne parviens donc pas à situer vos sensibilités politiques. Vous condamnez le FN mais certaines de vos expressions vous rapprochent de lui.
    Vous naviguez en eaux troubles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naviguer en eaux troubles c'est faire du Sarkozysme non ?

      Supprimer